Alfa Romeo GT, la tradition en héritage

Dévoilée en avant-première au Salon de Genève en mars 2003, l’Alfa Romeo GT est commercialisée depuis le début de l’année 2004. Elle reprend avec bonheur une longue tradition de Grand Tourisme typées initiée par la Giulietta Sprint, il y a cinquante ans.

sommaire :

ALFA ROMEO Giulietta Sprint

le 14/04/2004

Partagez

réagir

La Giulietta Sprint (Sprint désignait alors les coupés de la gamme chez Alfa Romeo) est non seulement un modèle majeur dans l’histoire d’Alfa Romeo, mais aussi dans l’histoire de l’automobile italienne et de son rayonnement. Plus encore que la berline Giulietta qui fut produite à plus de 130000 unités, c’est la Sprint et le Spider, construits respectivement à 29 042 et 17 096 unités, qui forgèrent l’image d’Alfa Romeo.
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
Le défi industriel

La Giulietta était un pari risqué pour Alfa Romeo. Avant la deuxième guerre, le constructeur milanais s’était cantonné aux modèles de compétition - que faisait courir un certain Enzo Ferrari - et à de prestigieuses versions routières qui en étaient dérivées. Nationalisée au lendemain du conflit, la marque devait aborder la construction de voitures de série et prendre une dimension industrielle qu’elle n’avait jamais connue. Un défi auquel elle n’était pas du tout préparée. Le premier essai se concrétisa sous la forme de l’Alfa Romeo 1900, dévoilée en 1950, dont le succès fut mitigé. Elle ne correspondait pas au marché italien de l’après-guerre et se cantonna à un rôle de second plan. Étrangement, malgré son statut, identique à celui de notre Régie Nationale des Usines Renault, le second essai arriva en avril 1954 sous la forme d’un pimpant coupé baptisé Giulietta.
ALFA ROMEO
D.R
ALFA ROMEO
D.R

Premières ébauches

Assumant leur calembour jusqu’au bout, les services de communication avaient même imaginé une mise en scène pour la présentation de la Giulietta Sprint, le 19 avril 1954, il y a cinquante ans. Un hélicoptère déposa Roméo et Juliette en chair et en os dans la cour de l’usine du Portello. Les lignes de la Giulietta Sprint avaient été ébauchées chez Alfa Romeo. Le projet s’était d’abord concrétisé sous la forme d’une maquette au 1/10, réalisée sur un dessin de Giuseppe Scarnati travaillant sous la houlette du patron du bureau d’études carrosserie, Ivo Colucci, en décembre 1952. Début 1953, un prototype roulant fut réalisé, encore maladroit. Le dessin définitif fut confié à Bertone. C’est Franco Scaglione, alors styliste attitré de la carrozzeria, qui donna à la Sprint sa forme définitive, réalisant plusieurs modèles au cours du premier trimestre 1954. C’est pourtant un autre carrossier, Ghia, qui fut chargé des finitions et de la peinture.
Prototype Bertone
Prototype Bertone Alfa Romeo
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
Un style en pleine maturité

N’ayons pas peur des mots, la Giulietta Sprint compte parmi les grandes classiques de l’automobile. Sobre, dépouillée, sans artifices à la mode, elle s’affirme par ses volumes simples et naturels et par un équilibre des formes qui force le respect. Les détails disséminés avec justesse et parcimonie, comme la calandre et les optiques arrière, ne nuisent jamais à la bonne appréhension des formes générales. Tout est harmonieux, semblant couler de source. Aujourd’hui encore, ses formes intemporelles ont gardé tout leur pouvoir de séduction. C’est l’une des dernières voitures dont Scaglione eut la charge chez Bertone. Le prototype dévoilé le 19 avril n’arborait pourtant pas encore toutes les caractéristiques du modèle définitif puisqu’il était doté d’un hayon englobant la lunette arrière. Une originalité qui ne fut malheureusement pas retenue pour la série pour des raisons de coût. C’est au Salon de Paris, en octobre 1954, qu’elle sera présentée avec son petit coffre arrière, dans sa version de série.
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
ALFA ROMEO
Alfa Romeo

ALFA ROMEO
Alfa Romeo
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
Fausse sortie

La Sprint connut un succès immédiat. Bien servie par un 4 cylindres à double arbre à cames en tête, avec une tenue de route à la hauteur de ses ambitions, elle suscita des vocations et les plus sportifs réclamèrent une version plus puissante. Ce fut chose faite en avril 1956 avec la Sprint Veloce équipée d’un moteur poussé de 80 ch à 6 300 tr/min à 90 ch à 6 500 tr/min. Esthétiquement, la Giulietta Sprint reçut quelques retouches avec une calandre désormais grillagée de chaque côté de l’écu Alfa Romeo en août 1959. La fabrication prit fin en 1962 après une production de 24 084 Sprint et 3 058 Sprint Veloce. Mais, la Giulietta n’avait pas dit son dernier mot puisque la production reprit en mars 1964, pour un an, avec 1900 exemplaires de la 1300 Sprint, le nom sous lequel cette dernière série fut commercialisée. Depuis septembre 1963, le coupé Giulia Sprint GT, lui aussi dû à Bertone, avait remplacé la Giulietta avec un égal bonheur.
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
ALFA ROMEO
Alfa Romeo
article précédent  Un enjeu national

Page précédente
Un enjeu national

article suivant ALFA ROMEO Giulietta SS et SZ

Page suivante
ALFA ROMEO Giulietta SS et SZ

Partagez

réagir

Commentaires