Grand Prix de l'Age d'Or 2001

L'Age d'Or 2001 a permis aux passionnés de voir et revoir, dans le vaste espace clubs, les grands classiques de la collection, tout en découvrant quelques insolites raretés. Quant aux courses et démonstrations, elles furent passionnantes et spectaculaires.

sommaire :

Happy birthday pour la Type E et la Jeep

Gilles Bonnafous le 23/06/2001

Partagez

réagir


La Type E présentée par la carrosserie Lecoq Motorlegend.com

Motorlegend.com
Difficile d'imaginer deux voitures plus différentes que la Type E et la Jeep. Elles étaient pourtant associées à Montlhéry pour la commémoration de leurs anniversaires respectifs : 40 ans pour la Type E, 60 ans pour la Jeep. Image sympathique et symbole éloquent de la passion automobile sans frontières.

Outre la présentation de véhicules par les clubs Jaguar et le Club Jeep Story, des parades étaient prévues sur l'anneau de Montlhéry pendant la pause déjeuner des deux journées - celles du dimanche furent annulées en raison du tragique accident dont nous avons parlé. Toutefois, on espérait plus de ces commémorations. On aurait aimé que ces rendez-vous de l'histoire fussent honorés par des manifestations plus marquantes

Créé par une poignée de passionnés issus du MVCG, le Club Jeep Story proposait aux spectateurs un intéressant ensemble de versions de la célèbre bonne à tout faire de l'armée américaine. Présidé par Christophe Lebitou et regroupant cinquante membres, le Club Jeep Story cultive l'esprit de liberté attaché à la Jeep. Il regroupe tous les types de Jeep, y compris l'Hotchkiss française et les voitures civiles (Wrangler, Cherokee, etc.). Les manifestations qu'il organise sont très diversifiées, allant des commémorations militaires aux sorties tout terrain en famille.


A droite, le prototype de la Jeep Ford Type GPW. Motorlegend.com
Parmi les voitures exposées, nous en avons remarqué deux en particulier : un prototype Ford Type GPW de 1942 (châssis n° 88450), mais recarrossé en 1946 et qui sort de restauration. Unique au monde, cette voiture fut présentée à l'armée américaine en 1947 pour les officiers de liaison. Le projet ne connut pas de suite.

Quant à la Jeep blindée (équivalent de la T 25), il s'agit d'une voiture de première ligne, qui se fit remarquer après le débarquement de 1944 lors de l'avancée de l'armée américaine vers Cherbourg. Les plaques de blindage (issues des half-tracks) furent soudées sur le champ d'opération pour un minimum de protection. On retrouvera cette voiture en grand nombre dans la 82ème Airborne marchant vers Bastogne dans les Ardennes.

La Jeep blindée de la Seconde Guerre mondiale présentée par le Club Jeep Story. Motorlegend.com

La Jeep blindée de la Seconde Guerre mondiale présentée par le Club Jeep Story. Motorlegend.com


Motorlegend.com
S'agissant des 40 ans de la Type E, on s'attendait à ce que les clubs Jaguar français fassent cause commune pour offrir aux spectateurs un spectacle à la hauteur de l'événement. On espérait une mise en scène qui soit digne de cette voiture exceptionnelle qu'est la Type E.

Rien de tout cela. Seuls deux clubs étaient présents, le FJDC (French Jaguar Drivers' Club) et le Jaguar Enthusiasts' Club, qui, de plus, s'ignoraient superbement. Pas d'information, ni de perspective historique sur le modèle, aucun effort pédagogique. Juste un parking de Type E garées sans ordre sur une pelouse…

La Type E série 1 4,2 litres de 1966 de M. Fournier et l'équipe du Jaguar Enthusiasts' Club autour d Motorlegend.com

Un parking de Type E Motorlegend.com
Peu connu du grand public, le Jaguar Enthusiasts' Club est un club britannique fondé en 1985 fort de 19 500 membres ! Il possède de nombreuses représentations de par le monde - dans 72 pays, dont la France qui regroupe 215 membres. Les modèles acceptés sont les XK, Type E, Mk 2 et Type S, ainsi que les XJ (mais pas au-delà de la série 3). Sa spécificité par rapport aux autres clubs Jaguar tient à ce que 80 % de ses membres restaurent eux-mêmes leurs voitures. Pour une cotisation d'un faible montant (28 £ par an), chacun reçoit une épaisse revue éditée en anglais (plus de 100 pages). Assez technique, elle paraît chaque mois ! Présent à Montlhéry pour la quatrième année, le Jaguar Enthusiasts' Club était représenté par sa branche française Nord et Ile de France présidée par Serge Guillermo et Yves Kerbers.


Roland Urban pendant la course des Type E. Motorlegend.com
Les courses dédiées à la Type E constituèrent le véritable plat de résistance de la commémoration des 40 ans de la voiture. Elles furent aussi spectaculaires que passionnantes. Et ce malgré la maigreur du plateau, dans lequel on mentionnera notamment les voitures de Jean-François Bentz (associé comme d'habitude à Francis Trichet) et de Roland Urban. Mais les vedettes furent les frères Mindshaw. Se doublant et se redoublant sans cesse, les deux Britanniques offrirent aux spectateurs un superbe spectacle, dont sortit vainqueur Jon.

La Type E de Jason Mindshaw sur la grille de départ de la course dédiée aux Type E. Motorlegend.com

Jon Mindshaw, vainqueur de la course des Type E. Motorlegend.com
Equipées du moteur de 3,8 litres développant entre 320 ch et 340 ch, leurs Type E Lightweight sont différentes dans leur structure. De construction récente, celle de Jon a été entièrement réalisée en aluminium sur la base d'un cabriolet de 1963. Terminée il y a trois ans - la transformation qui a duré deux années est due au spécialiste Bob Smith installé à Coventry -, elle est l'une des plus rapides Type E existant aujourd'hui. Plus légère (1050 kilos), elle est légèrement plus performante que celle de Jason, un coupé à la caisse en acier seulement doté d'ouvrants en aluminium.

On ajoutera à ces prouesses la belle victoire des frères Mindshaw dans l'épreuve d'endurance disputée le samedi en fin d'après-midi. Un week-end " successfull " pour les deux frères… et un spectacle béni pour les organisateurs qui ont déjà invité Jon et Jason pour l'an prochain !
article précédent Compte rendu

Page précédente
Compte rendu

article suivant  Le Team les Galapiats : un rêve d'enfants

Page suivante
Le Team les Galapiats : un rêve d'enfants

Partagez

réagir