Essai MERCEDES G63 AMG

Loïc Bailliard le 08/04/2015

Il existe dans la gamme AMG un engin encore plus déjanté que les autres. Il s'agit évidemment du G 63 AMG : un 4x4 de conception antique, catapulté par un V8 biturbo de plus de 500 ch. Moteur, action !

Voir la vidéo en HD

Roi du pétrole

Conçu en 1979 et restylé deux fois (en 1990 et 2012), le Classe G (pour « Geländewagen », ou « tout-terrain » en allemand) n'a pas vraiment évolué techniquement en 36 ans d'existence. Il s'agit d'un pur tout terrain, à la manière d'un Land Rover Defender. Rustique, il est fait pour affronter les pires conditions avec son châssis échelle indéformable, ses ressorts à lames, 3 blocages de différentiels et une gamme courte.

Autant de raison qui en ont fait un engin de choix pour les forces armées d'une quinzaine de pays dans le monde... dont l'Armée de Terre français, puisque le Peugeot P4 est un proche parent du G. En soi, celui-ci est donc un modèle plutôt rationnel, bien que coûteux. Avec un bloc Diesel, il s'agit d'un 4x4 extrêmement performant pour les amateurs de baroud qui souhaitent profiter d'un équipement premium dans l'habitacle. Et c'est évidemment là que l'histoire dérape. Ajoutez au G deux chiffres et trois lettres, comme 63 et AMG, et vous obtenez un objet inexplicable.

Voir plus de photos

Armoire normande

Visuellement, le Mercedes G 63 AMG ne diffère pas vraiment des variantes plus classiques. Il conserve son physique d'Apéricube au format XXL. Les plus perspicaces notent tout de même la présence de chromes ici et là, les jantes spécifiques associées à des pneus taille basse inhabituels pour un tout-terrain, ainsi que les doubles sorties d'échappement latérales dépassant sous les marchepieds de chaque côté. Notre exemplaire du jour ne se faisait pas vraiment discret non plus, avec sa peinture blanche contrastant avec des jantes noires. Cela dit, parler de discrétion pour un monstre approchant les 5 mètres de long pour près de 1,80 m de large et 1,90 m de haut ne semble pas tout à fait approprié. Puis on remarque les badges AMG sur la porte arrière et « V8 Biturbo » sur les flancs, trahissant la présence de la dernière version du moteur AMG sous le capot, gavé par deux turbines pour sortir 544 ch.

Sous l'enveloppe de tôle et d'acier, installé dans ce châssis antédiluvien, le Mercedes G 63 AMG emprunte donc plus à une E 63 AMG qu'à un rustique 4x4. C'est également le cas pour l'habitacle. Position de conduite mise à part, on se croirait à bord d'une supercar : sièges chauffés et ventilés, cuir omniprésent, volant à méplat, touches d'aluminium, équipement haut de gamme… Le G AMG ne partage pas grand-chose avec ses cousins militaires. Autre point commun avec une supercar, la place limitée à l'arrière. Malgré ses dimensions titanesques, le 4x4 se contente d'une banquette arrière plutôt étroite et une place aux genoux limitée pour les passagers. Prenons donc place à l'avant…

Combat contre les éléments

Le bloc se réveille avec un grognement rageur typique d'AMG. Il y a un véritable plaisir dans le fait de se savoir aux commandes d'un aussi gros moteur. On enclenche le Drive sur la douce boîte 7G-Tronic et on se met en mouvement. Conduire un tel monstre dans la circulation est une expérience étonnante. Le monde semble tout petit autour de nous et la sensation de puissance que provoque l'engin est, il faut bien l'avouer, plutôt grisante. Les premiers virages étonnent également. On sait que le volant est relié à quelque chose, mais on se demande s'il s'agit bien de nos roues avant… Il faut dire que la colonne de direction emprunte un chemin tortueux qui l'oblige à passer par quatre cardans, soit autant de pertes d'informations. On s'extrait de la circulation pour atteindre une voie rapide.

Dans ces conditions, le G n'a rien d'une GT dernier cri, mais il parvient à être confortable et plutôt silencieux lorsqu'on considère le vent qu'il pousse et la taille de ses gommes. On décide cependant de prendre avec humour les indications de l'ordinateur de bord concernant la consommation. A 110 km/h au régulateur, il indique une moyenne de 17 l/100 km. Ça promet…! Enfin, on atteint une petite route isolée et on s'autorise à aller voir ce dont est capable le G 63 AMG. Les accélérations qu'il fournit sont ahurissantes. Les grondements du moteur se font plus violents et sourds que jamais et l'aiguille du tachymètre s'envole vers la case « retrait de permis » à une vitesse surréaliste. On sent que les éléments font tout pour retenir ce monstre de 2,6 tonnes aussi aérodynamique qu'une brique, mais même Mère Nature doit s'incliner face au punch du G 63 ! L'expérience est aussi grisante que terrifiante pour le conducteur. En troisième en ligne droite, l'engin continue à allumer son ESP et le volant de transmet toujours pas plus d'informations.

On acquiert rapidement la certitude que le Mercedes nous conduit bien plus que nous le conduisons. Heureusement, le freinage est d'une puissance considérable et permet de reprendre le contrôle en quelques instants. Les virages sont une autre paire de manche et doivent être abordés avec circonspection. Il faut lutter contre l'envie de piloter le G comme une sportive, sous peine de se retrouver du mauvais côté de la route suite à un sous-virage terminal ! On dévore ensuite le moindre bout de ligne droite qui conduit à la courbe suivante, avant de sauter sur les freins et de tourner avec prudence. Une sablière permet enfin de confirmer que même en version AMG, le Classe G reste capable de véritables prouesses en tout-terrain. Reste que, après cette journée entre sable, petites routes et ville, la consommation annoncée oscillait entre 28 et 30 l/100 km. Pas étonnant qu'il s'agisse d'un engin de choix pour les fortunes du Moyen-Orient…

À retenir

Il est impossible de trouver une raison valable à l'existence du Mercedes G 63 AMG. La combinaison de ce moteur démoniaque et d'un châssis archaïque n'a absolument aucun sens. La monte pneumatique sacrifie une partie de ses capacités en tout-terrain sans pour autant en faire une sportive. Pire, il est globalement terrifiant à piloter lorsqu'on tente d'exploiter ses 544 ch. Rationnellement, il n'y a donc aucune raison de justifier son existence. Et c'est bien pour cette raison qu'il faut se réjouir de son existence et qu'il est impossible de ne pas l'adorer. Il représente une forme de folie, de déraison, devenue trop rare de nos jours. Inutile ? Donc indispensable !
points fortsCaractère, moteur démoniaque, capacités en tout-terrain, luxe, freinage.
points faiblesConsommations, places arrière réduites, habilités tout-terrain compromises par sa monte pneumatique, qualité de l'amortissement, tarif, comportement en courbe.
14.9

20
Les chiffres
Prix 2012 : 142900 €
Puissance : 544 ch
0 à 100km/h : 5.4s
Conso mixte : 13.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 8/20

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé

Mercedes renouvelle son grand « SUV coupé » et le décline dans cette inédite...

MERCEDES EQC 400 4Matic AMG Line
MERCEDES EQC 400 4Matic AMG Line

Un an après sa présentation officielle au Mondial de Paris, l'EQC débarque en...

MERCEDES A35 AMG 4 Matic
MERCEDES A35 AMG 4 Matic

Alors que la sulfureuse A45 AMG pointe le bout de sa calandre, nous prenons...

Tous les essais MERCEDES
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé

Mercedes renouvelle son grand « SUV coupé » et le décline dans cette inédite...

JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce
ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce

Après presque trois ans d'une carrière en demi-teinte, le SUV Alfa Romeo...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de mir
mir a dit le 05-08-2016 à 09:04
je n aurais jamais du vendre le mien
avatar de bicquet
bicquet a dit le 12-11-2015 à 13:16
ça ne m'étonne pas que la police de Dubai en achette ij y a 544 ch !!! il n'y a vraiment pas de quoi s'en réjouire , on ne parle plus de voiture ! la déraison , la foliE nous l'avons chez FERRARI! MASERATI ! LAMBORGHINI ! ASTON MARTIN où JAGUAR HEUREUSEMENT !!! dixit un amoureux des belles caisses MA REFLEXION s'adresse au "débile" qui a rédigé :::: en conclusion