24 Heures du Mans 2009

Quatre Peugeot, cinq Audi, trois Aston Martin sans parler des Pescarolo et des Courage Oreca : la 77 ème édition des 24 Heures du Mans ce week-end s’annonce passionnante en LMP1 mais aussi en LMP2 et en GT.

sommaire :

LMP1 : Peugeot terrasse Audi

Jean-François Destin le 15/06/2009

Partagez

réagir


Peugeot Sport

Jérôme Desvignes
Dans la liesse de l’arrivée, on a retrouvé l’ambiance de 1993 et du triplé des 905. Après 24 heures d’une course menée au rythme d’un Grand Prix, la 908 n°9 de Wurz, Brabham et Gené devance la 908 n°8 de Sarrazin, Montagny et Bourdais et surtout relègue à 6 tours l’Audi n° 1 troisième de Capello, Kristensen et Mac Nish.

Parvenue à maturité et entourée d’une équipe soudée par Olivier Quesnel, patron de Peugeot Sport, la 908 et son V12 diesel ont surclassé la nouvelle R15 Audi et son V10 inédit. Pourtant, les Français ont plusieurs fois frôlé la catastrophe. A commencer dans les stands une heure après le départ avec l’accrochage jugé « hallucinant » par Quesnel de deux de ses voitures. La n°7 de Pedro Lamy se faisait percuter en quittant son emplacement par la 17 de Jean Christophe Bouillon rentrant ravitailler prématurément. L’arrière arraché et un pneu crevé, la n°7 devait faire un tour complet au ralenti et rester au stand 24 minutes pour réparer. Coup de tonnerre aussi vers 4 heures du matin lorsque Benoit Treluyer pulvérisait la 17 décidément marquée par le sort peu après la passerelle Dunlop. Seule satisfaction du clan français à la mi-course : la 908 n°9 solidement installée en tête 1 tour devant une seule Audi R15 capable de suivre le train imposé par Peugeot.

Audi

Jérôme Desvignes
Chez Audi, on a vite compris que l’armada 2009 n’allait pas être opérationnelle. C’était dès le départ une sortie de piste pour l’Audi R15 n°3 de Premat au virage d’Indianapolis suivie de pertes de pression de l’injection du V10 puis la destruction sur accident de la n°2 par Luhr à la tombée de la nuit. Restait la n°1 de l’équipage vedette Capello, Kristensen, Mac Nish. Très rapide, celle-ci allait être trahie par des problèmes de surchauffe récurrents d’un V10 qui, au global, s’est montré bien moins fiable que le V12 des R10.

Jérôme Desvignes

Jérôme Desvignes
Peugeot a ainsi pu contrôler la course de bout en bout malgré les ennuis qui ont accablé la 908 n°8. Après 5 heures de course devait être changé un demi-train arrière. Le manceau Sébastien Bourdais tentait par la suite de recoller à la Peugeot de tête mais finissait par accrocher un autre concurrent à Mulsanne peu avant minuit. D’où un changement de capot et un ravitaillement anticipé coûteux en temps. Au final, Bourdais et ses équipiers Sarrazin et Montagny finissent 2ème à 1 tour sans jamais avoir été inquiété par Audi. Quant à la 908 n°7 de Minassian, Lamy, Klien classée 6ème à …13 tours, elle n’a jamais pu se remettre de l’échauffourée sur le « pit lane ».

Derrière Peugeot et Audi, Aston Martin 4ème remporte la catégorie des voitures « essence » avec un V12 enchanteur pour les oreilles de 250.000 spectateurs. La 007 de Charouz, Enge et Muze frôle le podium, la 008 trahie par un porte moyeu puis frappée par un « stop and go » pour avoir provoqué l’accident d’une Corvette pointe à la 11ème place. Victime de surchauffe et de problèmes électriques, la 009 finira par abandonner. Mais David Richards peut être fier de son retour au Mans avant d’aller se frotter à la F1.
article précédent  Les essais : Peugeot en pôle position

Page précédente
Les essais : Peugeot en pôle position

article suivant  LMP2 : Victoire du Team Essex sur Porsche Spyder

Page suivante
LMP2 : Victoire du Team Essex sur Porsche Spyder

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de chamu1986
chamu1986 a dit le 15-06-2009 à 15:34
Présent tout le weekend sur le circuit j'ai assisté à la très belle victoire de Peugeot. Bravo pour avoir enfin détrôné Audi. Bravo à Aston Martin pour leur victoire en LMP1 essence et surtout au bruit magnifique quelles dégagées. Encore une très belle édition des 24 heures du mans. Vivement l'année prochaine ...