Acheter une PEUGEOT 406 Coupé V6 (1996 - 2004)

Stéphane Schlesinger le 01/12/2022

Superbement dessiné et généreusement motorisé, le coupé Peugeot 406 a rencontré un succès mérité. Attention, sa cote monte : il est temps de mettre de côté les plus beaux exemplaires.

Partagez

réagir

La diva sochalienne

PEUGEOT 406 Coupé V6 (1996 - 2004)

Après-guerre, Peugeot a misé sur les coupés et cabriolets pour se doter de hauts de gamme à moindre coût. Cela a débuté avec la 203 et, à partir de sa remplaçante 403, Pininfarina est entré dans la danse, entamant avec le Lion une collaboration longue et fructueuse. Cela dit, Peugeot mettra treize ans à remplacer sa 504 coupé, disparue en 1983. Ce sera avec la 406 Coupé, révélée en 1996.

Dessinée avec un talent immense par Davide Arcangeli chez le carrossier italien, elle se signale par une alliance exceptionnelle d'élégance, de finesse et de fonctionnalité. Bref, c'est un grand moment de design. À noter que Gérard Welter, patron du style sochalien, a refusé de participer au projet, arguant d'une charge de travail excessive...

De la berline 406, le coupé reprend le tableau de bord - une petite déception, même s'il est bien réalisé - ainsi que toute la base technique, moteurs compris. Une bonne chose, tant les trains roulants (essieu multibras à l'arrière) sont raffinés.

En haut de gamme, la 406 Coupé est l'une des toutes premières à utiliser le V6 ES9, conçu avec Renault. C'est un 3,0 litres 24 soupapes à 4 arbres à cames en tête développant 194 ch. Ce noble bloc lui confère de belles performances (235 km/h au maxi) avec la boîte 5 manuelle de série, un peu moins avec l'automatique à 4 rapports proposée en option. Rançon de tout ceci, les prix sont élevés : 210 800 F (44 500 € actuels selon l'Insee) en version standard, et 235 800 F (49 900 € actuels) en variante Pack plus luxueuse (sellerie cuir à réglages électriques, régulateur de vitesse).


Très bien accueilli, ce coupé entame une carrière fructueuse. En 1999, des modifications sont introduites suite au restylage de la berline : système électrique partiellement multiplexé, console centrale redessinée, nouvelles commandes de climatisation, trappe à airbag passager effacée… À cette occasion, le V6 bénéficie d'améliorations effectuées avec Porsche : culasses et arbres à cames modifiés, dotés par ailleurs d'un calage variable côté admission. Le tout se solde par une puissance et un couple en hausse (210 ch pour 285 Nm, soit un gain de 14 ch et 18 Nm), au bénéfice des performances (maxi de 240 km/h).

En octobre 2000, une série limitée Settant'anni, peinte en bleu Hypérion, vient célébrer les 70 ans de Pininfarina. Outre un ESP, nouvellement introduit dans la gamme 406, elle inclut une sellerie cuir spécifique.

En juillet 2001, le multiplexage devient total, mais l'évolution la plus visible intervient en 2003 : le bouclier avant est redessiné et arbore une grille « coupe-frites » assez décriée. Une série limitée Ultima Edizione apparaît en 2003, pour accompagner la fin de carrière de la 406 Coupé, stoppée en 2004. 107 631 unités ont été produites, contre 70 000 prévues. Un beau succès prouvant qu'un haut de gamme français est viable s'il est rigoureusement conçu !

Voir plus de photos

Au volant

Face au conducteur, le tableau cercle ses compteurs pour se différencier de celui de la berline. On est fort bien installé, même si le volant demeure trop grand. Toutes les commandes affichent une grande douceur, à l'instar de la suspension et du moteur 210 ch. Celui-ci, remarquablement souple, procure du plaisir par sa disponibilité à mi-régime, où il autorise de belles reprises. En revanche, flirter avec la zone rouge n'est pas son truc, et sa sonorité, certes plaisante, demeure trop discrète.

Heureusement, le châssis ne suscite, lui, que des louanges. Équilibre, précision, efficacité (l'arrière se place au lever de pied) : tout y est, accompagné d'un amortissement judicieux, même si l'ensemble vise le confort, étonnant, plus que le sport. En somme, voilà une GT rapide et très homogène, idéale pour les longs voyages.

À surveiller 

Très bien fabriquée, la Peugeot 406 Coupé V6 profite d'une endurance appréciable, passant aisément les 300 000 km. On surveillera les blocs bobines (194 ch) ou les bobines crayon (210 ch), on changera à temps la courroie de distribution (1 500 €) et on fera attention à l'électronique sur les modèles multiplexés. Optez pour une auto complète, certaines pièces, comme les boucliers (1 500 € pièce), devenant difficiles à dénicher. Attention, la boîte automatique se vidange tous les 60 000 km, donc n'est pas lubrifiée à vie.

La cote

Depuis environ trois ans, la cote du coupé 406 V6 grimpe après avoir longtemps stagné aux alentours de 3 000 €. Désormais, il faut compter un minimum de 6 500 € pour un exemplaire bien entretenu ne nécessitant pas de frais, mais affichant plus de 200 000 km. Pour une auto de moins de 200 000 km, comptez plutôt 7 000 €, et 9 000 € pour moins de 150 000 km. À 12 000 €, le compteur affiche moins de 100 000 km, voire 15 000 € pour 60 000 km. Les séries spéciales (Settant'anni, Ultima Edizione) peuvent réclamer 2 000 € de plus. Des valeurs appelées à croître.

3 points clés

- Ligne superbe

- Belle qualité de fabrication

- Cote en hausse

Chronologie

1995 : Présentation de la Peugeot 406.
1996 : Lancement de la 406 Coupé.
1999 : Grosse mise à jour (multiplexage partiel, V6 porté à 210 ch).
2000 : Série limitée Settant'Anni en octobre, ESP.
2001 : Multiplexage total.
2003 : Nouvelle calandre, puis série limitée Ultima Edizione
2004 : Fin de production.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat PEUGEOT

PEUGEOT 406 V6 Coupé (1997 - 2004)
PEUGEOT 406 V6 Coupé (1997 - 2004)
PEUGEOT 308 GTi
PEUGEOT 308 GTi
PEUGEOT 205 GTI
PEUGEOT 205 GTI
Tous les guides d'achat PEUGEOT

Avis des propriétaires

Commentaires