Acheter une RENAULT Clio V6 (2000 - 2005)

Stéphane Schlesinger le 02/12/2022

Descendante de la mythique R5 Turbo, la Clio V6 rejoue la carte de la citadine monstrueuse et exotique. Un délire savoureux que les passionnés s'arrachent aujourd'hui.

Partagez

réagir

La dernière folie de Renault

RENAULT Clio V6 (2000 - 2005)

Avec son moteur central gavé de chevaux et ses ailes arrière hypertrophiées, la R5 Turbo avait fait rêver des bataillons de passionnés. Elle avait aussi énormément profité à l'image de Renault, qui décida de s'en inspirer pour lancer la Clio II, en 1998.

Sept mois après la présentation de celle-ci, un concept en est exposé en octobre au Mondial de Paris, qui place son bloc derrière les passagers avant. Et cette fois, il s'agit d'un gros V6, celui développé conjointement avec Peugeot. Le projet est encore plus fou que la R5 Turbo. Car si celle-ci avait pour raison d'être initiale la compétition, la Clio V6 n'est qu'un délire servant à montrer la belle santé du Losange.

Le public réagissant avec enthousiasme, décision est prise de la produire. C'est un spécialiste de la voiture de course, TWR, qui la mettra au point et la fabriquera, en Suède, à Uddevalla. Mais après son apparition en 2000, les essais révèlent que l'auto est bâclée. Malgré ses 230 ch, la Clio V6 n'est pas tellement plus véloce que la RS sur le 0 à 100 km/h (à cause de ses 1 330 kg) et surtout se montre imprévisible à l'approche de ses limites, se passant en outre d'antipatinage et d'ESP. Comme elle coûte 240 000 F (49 200 € actuels selon l'Insee), elle se vend très mal : 1 633 unités seront fabriquées.


Renault, conscient des problèmes, stoppe alors la production en 2002. Croyant toujours en sa Supercar de poche, il demande à son département Renault Sport de la corriger et rapatrie la fabrication à Dieppe. La V6 revient en mars 2003, transformée. Outre la carrosserie et l'habitacle restylés comme ceux de la Clio standard, son empattement allongé de 23 mm, ses suspensions revues (ancrages compris), sa caisse renforcée, sa puissance accrue à 255 ch et sa boîte réétagée concourent à faire du dommageable brouillon une authentique diva. La nouvelle Clio V6 se montre non seulement plus performante mais aussi plus efficace et rassurante à mener à la limite que l'ancienne, même si ESP et autobloquant demeurent absents. Abattant le 0 à 100 km/h en 5,8 s et pointant à 240 km/h, elle s'offre en sus des chronos ahurissants. À l'image de son prix : 39 700 € (50 100 € actuels), énorme pour une citadine.

Conséquence, quand sa production cesse en 2005, la V6 Phase II n'a été écoulée qu'à 1 309 unités. Depuis, Renault n'a plus jamais proposé de voiture un tant soit peu exotique...

Voir plus de photos

Au volant

Très impressionnante à l'extérieur, cette Renault Clio V6 rentre dans le rang à l'intérieur. On y retrouve l'ambiance et la position de conduite moyenne des autres Clio, même si le siège maintient rigoureusement. Dès le démarrage, on a des frissons : un gros V6 gronde derrière ! Les commandes, douces, ne cachent pas la vraie nature de la voiture. Il s'agit d'une authentique sportive.

En effet, quoiqu'un peu atone à bas régime, le moteur pousse ensuite très fort jusqu'à plus de 7 000 tr/mn, et son emplacement oblige à adopter des techniques de conduite de Porsche 91 : on arrive en virage avec du frein pour charger l'avant et aider la Clio à tourner, puis on remet les gaz très tôt pour exploiter l'énorme motricité. On se relance comme une balle, mais dans les grandes courbes rapides, on devra rester très propre pour ne pas survirer. Ceci assimilé, on prend un vif plaisir aux manettes de cette Clio monstrueuse et radicale, qui manque tout de même d'amortissement et d'informations dans le volant. Mais quel engin !

À surveiller

Quasi identique à celui de la 406, le V6 de la Clio est très solide, pour peu que son circuit de refroidissement soit en bon état. L'habitacle vieillit mieux sur les phases II que sur les I, mais les pépins électroniques sont courants. Délicates à piloter, les Clio V6 ont souvent tapé : vérifiez bien l'état des trains roulants, quitte à retirer le “lavabo”, c'est-à-dire le fond de coffre (à l'avant) pour examiner le châssis.

La cote

Exclusive et rare, la Clio V6 n'a jamais vu sa valeur s'effondrer. En 2008, la phase 1 débutait à 20 000 € et la phase II à 30 000 €. En 2017, la première s'était hissée à 40 000 € et la seconde à 50 000 €. Et aujourd'hui ? La 230 ch se déniche en très bon état dès 45 000 € et la 255 ch dès 60 000 €, pour des kilométrages dépassant les 50 000 km. Les moins utilisées pourront respectivement grimper jusqu'à 60 000 € et 75 000 €. Chose inhabituelle, le coloris influe sur la cote. Si vous dénichez une V6 en Noir Doré, Bleu Profond ou Vert Orion (il n'y en aurait qu'une), attendez-vous à dépenser une fortune. Les packs de personnalisation proposés par Renault (incluant le cuir) augmentent, eux aussi, la valeur. La cote semble stabilisée, sauf pour les exemplaires en configuration rare qui restent en hausse.

3 points clés

⦁ Concept unique
⦁ Grosses performances
⦁ Cote stable

Chronologie

1998 : Présentation du concept Clio V6 au Mondial de Paris.
2000 : Le modèle de série est commercialisé dans sa première phase (230 ch), à l'automne.
2002 : Fin de carrière de la Clio V6 phase I.
2003 : La Clio V6 revient, profondément modifiée (phase II, 255 ch).
2005 : Fin de production.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat RENAULT

RENAULT Clio Williams (1993 - 1995)
RENAULT Clio Williams (1993 - 1995)
RENAULT Clio III RS (2006 - 2012)
RENAULT Clio III RS (2006 - 2012)
RENAULT Clio 2 RS 2.0i 182 ch
RENAULT Clio 2 RS 2.0i 182 ch
Tous les guides d'achat RENAULT

Avis des propriétaires

Commentaires