Acheter une PEUGEOT 208 GTI 30th

Stéphane Schlesinger le 09/03/2021

Par ses liaisons au sol, la 208 a renoué avec une certaine excellence, que la GTI 30th porte à son paroxysme, grâce à une préparation soignée. Déjà un collector !

Partagez

réagir

Bien plus qu'une héritière

PEUGEOT 208 GTI 30th

Il est très rare que nous incluions une citadine dans nos dossiers. Mais la Peugeot 208 GTI 30th y a tout sa place. Pourquoi ? Parce qu'elle profite de caractéristiques qui non seulement en font une auto rare, donc un collector, mais en plus extrêmement efficace. Elle dérive de la 208 GTI normale qui, en 2013, a marqué d'importants progrès face à la 207 RC qu'elle remplaçait. Elle s'est notamment allégée de quelque 165 kg, tout en en conservant dans leurs grandes lignes la plateforme et le moteur. Seulement, définie comme une auto polyvalente et non une pure sportive, elle a certes convaincu par son excellent comportement routier et son amortissement réussi, mais pas par ses sensations de conduite, encore édulcorées. Heureusement, en 2014, la GTI 30th rassure tout le monde. Son nom fait référence au 30e anniversaire d'une glorieuse devancière, la 205 GTI, apparue en 1984. Développée par Peugeot Sport sous la férule de Pierre Budar, ingénieur mais aussi pilote, la 30th bénéficie d'une excellente préparation, d'abord au niveau des trains roulants. À l'avant, la barre antiroulis avant s'affine, les ressorts durcissent de 30 % et les voies s'élargissent de 22 mm. À l'arrière, la barre antidévers n'évolue pas, mais les ressorts sont affermis de 80 % et la voie augmentée de 16 mm. Parallèlement, la garde au sol diminue de 10 mm, alors que les amortisseurs et la direction bénéficient d'un recalibrage. Le tout se complète de pneus Michelin Pilot Super Sport, très adaptés à la piste, et de freins renforcés. Ensuite, si le moteur ne change pas tellement, une reprogrammation lui permettant juste de passer de 200 à 208 ch, la boîte modifie son étagement et, surtout, accueille un différentiel à glissement limité Torsen. Un élément déterminant et excessivement rare dans la catégorie ! Affichée à 28 900 € (30 150 € actuels selon l'Insee), soit 3 800 € de plus qu'une 200 ch, la 30th n'est même pas ruineuse, surtout pour un modèle préparé en atelier et ne devant officiellement être fabriqué qu'à 800 unités. La voiture est très bien accueillie, tant par la presse que par le public, de sorte qu'elle se vendra à 1 000 exemplaires jusqu'en juin 2014. Là, elle ne disparaît pas mais se transforme légèrement et change de nom. Elle bénéficie du restylage de la gamme 208, et s'appelle désormais By Peugeot Sport. Celle-ci sera produite à environ 3 000 unités avant de disparaître en 2018. Malheureusement, la remplaçante se fait attendre et elle sera certainement... électrifiée !

Voir plus de photos

Au volant

Même si on n'apprécie pas l'esthétique de la 208, sa préparation par Peugeot Sport lui confère un beau regain d'agressivité. Dans l'habitacle, on note les nouveaux baquets renforcés et l'équipement très complet. À la mise en route, le moteur se révèle plus sonore, et à l'usage plus enclin à attaquer la zone rouge : un regain de caractère appréciable, même si les performances ne changent guère. En revanche, le comportement est transfiguré. Nettement plus ferme et précise, la 30th est également beaucoup plus communicative que la GTI. Elle gagne aussi nettement en efficacité grâce à un grip accru, son différentiel permettant de réaccélérer bien plus tôt et ses nouveaux disques autorisant un freinage nettement plus tardif. De surcroît, si on débranche l'ESP, l'arrière devient carrément joueur, au bénéfice de la maniabilité… Et du fun ! Sur route, la 30th perd clairement en confort, mais sa vraie destination, c'est la conduite sportive, notamment sur les petits circuits.

Avenir

Le moteur THP semble fiabilisé sur la 30th, qui pâtit surtout de bugs électroniques. Rareté aidant, elle a décoté raisonnablement, les exemplaires les plus kilométrés (120 000 km) ne tombant pas sous les 14 000 €. Pour une auto de 60 000 km, comptez 17 000 €, les exemplaires totalisant 20 000 km dépassant les 20 000 €. À kilométrage équivalent, les BPS sont un soupçon moins chères. Rares et sans équivalent dans la production actuelle, ces 208 devraient voir leur valeur baisser encore, mais sur un rythme ralenti, le kilométrage étant la première cause de dévaluation.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat PEUGEOT

PEUGEOT 406 V6 Coupé (1997 - 2004)
PEUGEOT 406 V6 Coupé (1997 - 2004)
PEUGEOT 504 CC (1969 - 1983)
PEUGEOT 504 CC (1969 - 1983)
PEUGEOT 404 Cabriolet
PEUGEOT 404 Cabriolet
Tous les guides d'achat PEUGEOT

Tags liés

Avis des propriétaires

Commentaires