Salon de Detroit 2005

LEXUS LF-A

Jean-François Destin le 17/01/2005

Lexus s'attaque à la voiture de sport à très hautes performances en présentant au salon de Détroit 2005 le concept Lexus LF-A.

Créée en 1988 par Toyota pour concurrencer les marques de luxe américaines, Lexus est devenue une référence, tant aux USA qu'en Europe et en Asie. Devançant Acura (Honda) et Infiniti (Nissan) auteurs de la même opération, Lexus en moins de 20 ans n'a cessé d'élargir sa gamme en investissant en particulier les niches du marché.

LEXUS LF-A LEXUS LF-A

Après les 4X4 SUV et le succès extraordinaire du RX300 dont on attend dans quelques mois une version hybride (V6 essence + 2 moteurs électriques), Lexus s'attaque à la voiture de sport à très hautes performances en présentant à Détroit le concept LF-A. Alors que les résultats de Toyota en F1 se font sérieusement attendre depuis 2 ans, la marque japonaise n'hésite pas à établir un parallèle entre cette étude et les monoplaces déjà prêtes pour entamer en mars à Melbourne une troisième saison.

Si Lexus s'est longtemps contentée de copier la carrosserie des berlines de luxe allemandes (la toute première berline LS 430 s'inspirait d'une Classe S Mercedes), la marque fait preuve depuis la fin des années 90 et la sortie du RX300 d'une imagination inspirée. Ainsi cette LF-A de 4.40m de long se voulant une interprétation routière d'une F1 à l'instar de l'Enzo Ferrari. On s'en rend compte en découvrant le capot plongeant s'achevant par un nez guère plus large que celui d'une monoplace. Ses flancs s'apparentent à des pontons latéraux et son arrière plat fait penser à un aileron. Signes distinctifs : l'implantation originale des feux arrière reposant en partie sur du vide, la découpe de la jupe arrière et la disposition originale des trois pots d'échappement.

Dans son communiqué de presse Salon, Lexus livre très peu d'informations sur cette étude, fruit d'un long travail en soufflerie. La ligne plate, les arches de pavillon étirées et la compacité pure d'un arrière très vertical composent une silhouette homogène, dynamique, tendue vers la performance. Dans ce domaine, on sait seulement que son V8 5l de plus de 500 chevaux en position centrale arrière lui permettrait d'atteindre théoriquement les 320 km/h. Des données susceptibles de rivaliser avec celles d'une Ferrari F430 ou d'une Aston Martin DB9.

Lexus indique tout de même que le concept LF-A révèle quelques axes de la future orientation du design. Y compris dans l'habitacle où la console centrale très inclinée semble encastrée dans un large tunnel central. On ne distingue pas de commande de boite mais les palettes derrière le volant trahissent la présence d'une boite automatique à commande séquentielle.

Aucune date de commercialisation n'a été avancée à Détroit mais on peut penser que cette sportive biplace pourrait apparaître aux Etats Unis courant 2006 avant de franchir l'Atlantique quelques mois plus tard.

LEXUS LF-A LEXUS LF-A

Avis des propriétaires

Commentaires