Rétromobile 2003

ALFA ROMEO 1750 GTAm

Gilles Bonnafous le 17/02/2003

Poursuivant la brillante carrière sportive des coupés Bertone GTA 1600 et 1300 Junior, l'Alfa Romeo 1750 GTAm s'adjuge en 1970 le Championnat d'Europe des voitures de Tourisme.

Partageant le large espace de Fiat Auto France avec Lancia et Fiat, Alfa Romeo présentait à Rétromobile deux voitures venues du musée d'Arese, la célèbre monoplace Bimotore et un coupé Giulia 1750 GTAm. Ces deux perles faisaient face à leurs cousines Ferrari et Maserati voisines de stand. Construite en 1935, la Bimotore est motorisée, comme son nom l'indique, par deux huit cylindres en ligne Tipo B de P3 (un à l'avant, l'autre à l'arrière). Quant à la 1750 GTAm, elle permettait de poursuivre à Rétromobile l'évocation historique des célèbres GTA, puisqu'une version 1600 cm3 était exposée l'an dernier sur le stand du constructeur milanais.

ALFA ROMEO 1750 GTAm ALFA ROMEO 1750 GTAm

Dérivée du coupé Bertone Giulia (1600 Sprint GT) et présentée au Salon de Genève de 1965, la 1600 GTA - A pour allégée - s'adresse à une clientèle très sportive. Si la voiture perd 200 kilos grâce notamment à sa carrosserie en aluminium, ce sont surtout ses améliorations mécaniques, en particulier au niveau de la culasse, qui lui valent ses remarquables performances. L'intervention a porté sur l'allumage (double), les soupapes, dont l'inclinaison a été réduite et le diamètre augmenté, le taux de compression porté à 9,7 à 1 et le montage de carburateurs Weber. Ainsi dopé, le superbe quatre cylindres double arbre de 1600 cm3 développe 133 ch SAE à 6000 tr/mn. Si la vitesse maximum n'est guère modifiée par rapport au modèle de référence (185 km/h), les accélérations s'avèrent plus brillantes. La GTA est reconnaissable extérieurement à sa calandre noire grillagée, ses deux entrées d'air supplémentaires au-dessus du pare-chocs, ses roues en alliage dépourvues d'enjoliveurs, ainsi qu'à la présence du trèfle à quatre feuilles sur les ailes et la jupe arrière.

Préparée par Autodelta, la version compétition "Corsa" (Groupe 2) va acquérir un palmarès exceptionnel sur les circuits comme en rallyes - plus de 200 victoires pour la seule saison 1966. Les nombreuses améliorations, permettant notamment d'alléger le moteur, portent la puissance à 170 ch à 7500 tr/mn, entraînant la voiture à près de 220 km/h - le 0 à 100 km/h est parcouru en 7,6 secondes. Grâce à sa vélocité et à sa fiabilité, la GTA, pilotée par Andrea de Amadich et Spartaco Dini, remporte le Challenge européen des voitures de Tourisme à trois reprises, ainsi que le Championnat d'Europe de la montagne en 1967.

Une version suralimentée (deux compresseurs) au moteur profondément remanié, la GTA-SA (pour Sovra Alimentata), est développée (à dix exemplaires) pour participer aux compétitions du Groupe 5 en 1967 et 1968. Ses 220 ch DIN et sa vitesse de 240 km/h lui permettront de s'illustrer dans de nombreuses courses. La GTA 1600 a été produite à cinq cents exemplaires, nombre nécessaire à l'homologation en Groupe 2.

Entre 1968 et 1972, la GTA est également développée en version 1300 cm3, dite Junior. En définition client, le moteur atteint 110 ch SAE à 6000 tr/mn (175 km/h). Sur la voiture de compétition, toujours préparée par Autodelta, la puissance est portée à 145 ch DIN à 7800 tr/mn, vingt chevaux supplémentaires étant obtenus avec l'injection indirecte multipoint Spica. La vitesse de pointe passe alors à 210 km/h. Pendant quatre années, cette petite bombe dominera tous ses adversaires dans sa catégorie, inquiétant même des voitures de cylindrée supérieure. Le moteur recevra même en 1974 une culasse à quatre soupapes par cylindres (allumage simple), lui permettant d'atteindre des sommets de puissance avec 180 ch à 9300 tr/mn.

Le dernier chapitre de l'histoire des coupés Bertone de compétition est écrit en 1970 et 1971 par les 1750 GTAm et 2000 GTAm (le m minuscule signifiant cylindrée majorée), évolutions du coupé 1750 GT Veloce. Elaboré par Autodelta, le moteur, toujours à double allumage, voit sa cylindrée passer à 1958 cm3, tandis que la puissance affiche 195 ch la première année, puis 240 ch en 1971 (avec respectivement des vitesses de pointe de 220 km/h et 230 km/h). L'alimentation est assurée par l'injection indirecte Spica et deux pompes électriques.

En 1970, le pilote Néerlandais Toine Hezemans s'adjuge le titre européen des conducteurs (championnat Tourisme) en remportant quatre épreuves, la BMW 2800 plus puissante précédant l'Alfa Romeo au classement des constructeurs. Il récidive l'année suivante au volant de la 2000 GTAm. L'excellente fiabilité de ces voitures, jointe à leurs remarquables performances, leur vaudra, outre leurs succès en championnat d'Europe, d'innombrables victoires dans les compétitions internationales.

ALFA ROMEO 1750 GTAm ALFA ROMEO 1750 GTAm

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de ABDULAZIZ
ABDULAZIZ a dit le 10-10-2013 à 12:00
Et aussi:les chemises devenues "monobloc" permettant un alésage maximum,la culasse avec l'angle des soupapes plus fermé ,pont autobloquant à "coulisse" pour atténuer le roulis trop important.Les jantes magnésium Campagnolo 11" derrière et 9" devant.La GTAm a également brillé en rallye et au Tour Auto avec Darniche Pianta et Barailler .