Rétromobile 2003

FERRARI 250 Testa Rossa

Gilles Bonnafous le 17/02/2003

La Ferrari 250 Testa Rossa est exceptionnelle à plus d'un titre. Voiture d'usine construite à deux exemplaires en 1957, elle a intégralement conservé son état d'origine.

Exposée sur le stand commun à Ferrari et Maserati, la 250 Testa Rossa était sans conteste l'une des voitures les plus remarquables de Rétromobile. A deux titres. D'abord parce qu'elle est aujourd'hui, au monde, la seule Testa Rossa qui ait intégralement conservé son état d'origine. Ceci est tout simplement extraordinaire, s'agissant surtout d'une Ferrari. Ce privilège exceptionnel en fait une voiture inestimable. Tout est d'époque : châssis, mécanique (le moteur est du reste bloqué), peinture, même les autocollants et le papier adhésif sur les vitres… Réalisée par Scaglietti, dont l'écusson apparaît sur les flancs, lui aussi dans son jus, la carrosserie porte encore quelques stigmates des nombreuses courses auxquelles la Testa Rossa a participé. De plus, s'agissant du châssis n°0704, elle est l'une des deux voitures construites par l'usine en 1957 (SEFAC).

FERRARI 250 Testa Rossa FERRARI 250 Testa Rossa

La 250 Testa Rossa subit son baptême du feu le 26 mai 1957 lors des 1000 Kilomètres du Nürburgring. La voiture engagée est le premier prototype d'usine (châssis n°0666) équipé du nouveau trois litres dérivé du V12 équipant la 250 GT. Un important travail a été effectué sur les culasses pour atteindre le rendement de cent chevaux au litre, tandis que l'alimentation est assurée par une impressionnante batterie de six carburateurs Weber double corps de 38 millimètres. Cette mécanique est montée sur un châssis de TRC, dont on a allongé l'empattement de dix centimètres (2,35 m).

Première carrosserie de 0704 Destinée à remplacer la 500 TRC, la version client de la 250 Testa Rossa sera présentée à Maranello le 22 novembre 1957. Elle se distingue des machines d'usine par sa boîte de vitesses montée à l'avant, sa conduite à gauche et sa carrosserie sensiblement retouchée. Elle sera construite à vingt exemplaires.

Sur 0704, qui est le deuxième prototype de la 250 Testa Rossa, le moteur est porté à 3117 cm3 par augmentation de deux millimètres de l'alésage. Par ailleurs, la voiture reçoit un train arrière à pont de Dion, ainsi qu'une boîte de vitesses accolée au différentiel, à l'image des quatre cylindres Ferrari de 1955 et 1956. La carrosserie doit son style original aux ailes antérieures, qui ne couvrent les roues que partiellement pour mieux refroidir les gigantesques tambours de freins. D'où une face avant assez singulière. La poupe fuyante reprend celle des 355 S.

0704 fait sa première apparition en compétition aux 24 Heures du Mans, le 22 juin 1957, où, pilotée par l'équipage Olivier Gendebien-Maurice Trintignant, elle se montre presque aussi rapide que les Ferrari quatre litres. Elle abandonnera à la dixième heure sur la défaillance d'un piston. En compagnie du premier prototype 0666, elle court ensuite le Grand Prix de Suède, le 11 août 57, aux mains de Gregory et Seidel (abandon). On la retrouve encore aux 1000 Kilomètres de Caracas, le 3 novembre, où Maurice Trintignant et Olivier Gendebien terminent à la quatrième place. Entre temps, un moteur de trois litres a remplacé le premier V12 de 3,1 litres monté sur la voiture.

L'année 1958 commence au mieux pour 0704. A son volant, Phil Hill et Peter Collins s'adjugent, le 26 janvier, les 1000 Kilomètres de Buenos Aires. Le même équipage récidive en mars en remportant les 12 Heures de Sebring. Le 11 mai, il prendra la quatrième place à la Targa Florio, la course étant remportée par une autre 250 Testa Rossa confiée à Luigi Musso et Olivier Gendebien. Associé cette fois à Mike Hawthorn, Peter Collins se classe deuxième des 1000 Kilomètres du Nürburgring devant trois autres Testa Rossa. 0704 clôturera sa carrière européenne aux 24 Heures du Mans, où Mike Hawthorn et Peter Collins abandonneront à la onzième heure sur problème d'embrayage.

Il convient de préciser que la voiture a été remaniée en cours de saison. En perdant ses ailes avant découpées, la carrosserie arbore maintenant une face avant plus conventionnelle, le refroidissement des freins étant assuré par deux ouvertures pratiquées de part et d'autre de la large bouche. Quant aux ailes arrière, elles sont désormais droites.

0704 part aux Etats-Unis en juillet 1958, acquise par John von Neumann, le célèbre concessionnaire Ferrari de Californie. Pilotée par Richie Ginther et Josie von Neumann, elle va remporter jusqu'à la fin 1959 de nombreuses épreuves américaines, telles Laguna Seca, Riverside, San Diego, etc… En 1960, la voiture devient la propriété de Dick Hahn. Pilotée par Jerry Grant, elle gagne encore plusieurs courses de moindre importance, avant de prendre sa retraite l'année suivante. Elle est alors achetée par Arthur L. True, qui l'offrira en 1967 au Musée Ford de Dearborn. 0704 en sortira trente ans plus tard grâce au collectionneur qui la possède aujourd'hui.

Il reste à espérer que la voiture ne tombe jamais entre les mains d'un collectionneur " mal élevé ", pour reprendre une expression en vogue ces jours-ci, et qu'elle ne subira pas une restauration outrancière avec six couches de peinture polylustrée…

Avis des propriétaires

Commentaires