Saga Peugeot

Premier à s’intéresser à l’automobile, Armand Peugeot est à l’origine des succès de la marque. A côté de voitures de prestige, notamment des sans soupapes, ce sont les modèles populaires qui pérenniseront la firme.

sommaire :

PEUGEOT 504

Gilles Bonnafous le 26/04/2006

Partagez

réagir

Prenant la succession de la 404 en 1968, la Peugeot 504 offre une cylindrée supérieure : 1,8 litre, puis 2 litres contre 1,6 litre. Qu'on ne s'y trompe pas, ces 200 cm3, puis 400 cm3 traduisent beaucoup plus qu'il n'y paraît. C'est d’un changement de catégorie dont il s’agit. De proportions plus importantes, cette grande berline illustre la montée en gamme des modèles de classe moyenne passés depuis la 203 de 1,3 litre à deux litres.

L'accouchement de la Peugeot 504 aura été mouvementé. Programmé au printemps 1968, son lancement sera différé pour cause de crise sociale et Sochaux connaîtra une grève de plus d'un mois avec occupation des usines. La voiture sera finalement présentée en septembre, à la veille du salon de Paris.
Peugeot 504 berline,1977
Peugeot 504 berline,1977 D.R.
Peugeot 504 berline, 1980
Peugeot 504 berline, 1980 Peugeot
On ne peut dire que la Peugeot 504 ressemble à son millésime, car sa personnalité apparaît aux antipodes de cette année folle. Berline aux formes lourdes, elle incarne parfaitement les valeurs traditionnelles de sérieux et de robustesse de la marque, dont elle porte l'image bourgeoise.

Dérivant techniquement de la 404, la Peugeot 504 assure la continuité au million de possesseurs de sa devancière. Son quatre cylindres super carré de 1796 cm3 est de suite proposé en deux versions à carburateur (87 ch SAE) et à injection (103 ch SAE). La vitesse est affichée respectivement à 156 km/h et 168 km/h. La boîte de vitesses possède quatre rapports et, en option, la voiture est équipée d’une transmission automatique ZF sensiblement différente de celle de la 404.
Intérieur dun premier modèle 504
Intérieur dun premier modèle 504 D.R.

Si la Peugeot 504 s’inscrit globalement dans le sillage de celle qui l’a précédée, tel n’est pas le cas de sa suspension à quatre roues indépendantes qui s’avère inédite chez Peugeot. Et relativement peu courante sur les berlines de grande diffusion de ce type. Elle assure à la voiture un excellent comportement routier. De plus, les quatre freins disques assistés confèrent à la 504 un freinage sans reproche.
Peugeot 504 cabriolet
Peugeot 504 cabriolet Peugeot
Peugeot 504 coupé
Peugeot 504 coupé
Sur le plan esthétique, le bilan est moins positif. Pininfarina a dessiné une proue assez massive porteuse de gros phares trapézoïdaux. Surtout, le plan incliné de son coffre à bagages apparaît d'une regrettable incongruité.

Au printemps 1969, soit six mois après la berline, sont lancés les coupé et cabriolet Peugeot 504. Là, le décor change du tout au tout et l'art transalpin en a fait de séduisantes italiennes. Les deux voitures n'ont rien de commun avec la berline : l'empattement a été réduit de 19 centimètres et la voie arrière élargie de cinq centimètres. Par contre, la mécanique est strictement empruntée à celle de la berline, mais elle est uniquement disponible en version à injection. Grâce à un pont légèrement plus long, la vitesse de pointe est améliorée (173 km/h). Nous sommes en présence de nouveaux modèles dotés d'un comportement routier qui leur est propre. Ils bénéficieront du V6 de la Peugeot 604.
PEUGEOT
D.R.
Peugeot 504, 1972
Peugeot 504, 1972 D.R.

Peugeot 504 familliale
Peugeot 504 familliale Peugeot
Peugeot 504 Pickup
Peugeot 504 Pickup Peugeot
Le salon de Paris de 1970 voit le développement tous azimuts de la Peugeot 504. La berline comme les cabriolet et coupé héritent d’un moteur réalésé à deux litres. Il développe 98 ch SAE dans sa version à carburateur (162 km/h) et 110 ch SAE avec l’injection (173 km/h). Parallèlement, la berline est déclinée en variante diesel motorisée par un 2,1 litres Indénor XD 90 emprunté à l’utilitaire J7 (75 ch SAE et 135 km/h). Et l’année suivante, trois nouveaux dérivés complètent la gamme, le break, la familiale et la commerciale construits sur un empattement allongé de seize centimètres mais dotés d’un essieu arrière rigide.

En 1973, Peugeot propose une 504 économique équipée du 1,8 litre des débuts. Dénommée L, elle se contente d’un essieu arrière rigide et de freins à tambour à l’arrière. La Peugeot 504 à carburateur est désormais baptisée GL et la version injection TI. Quatre ans plus tard, la berline GLD (haut de gamme diesel) bénéficie d’un moteur de 2,3 litres développant 70 ch DIN (140 km/h).
Peugeot 504 2.0l, 1971
Peugeot 504 2.0l, 1971 D.R.
L’année 1980 voit la suppression de la berline essence à moteur deux litres suite au lancement de la 505 un an auparavant. Ne subsiste alors que la version L rebaptisée GR ou SR selon le niveau de finition.

La Peugeot 504 sera produite en Europe jusqu’en 1983 (le pick-up jusqu’en 1987). Mais sa fabrication se poursuivra en Argentine et au Nigéria jusqu’en 2003. Son succès et sa longévité lui vaudront une diffusion exceptionnelle avec près de 3,7 millions d’exemplaires construits, toutes versions confondues. Sa fiabilité inaltérable, soulignée par les succès sportifs remportés dans les rallyes africains, aura entretenu l'image de sérieux attachée à la marque.
article précédent PEUGEOT 404

Page précédente
PEUGEOT 404

article suivant PEUGEOT 601

Page suivante
PEUGEOT 601

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de titi50458
titi50458 a dit le 12-07-2012 à 19:42
pouvez me donner la valeur de rachat d une 504 cc de 1981 en bon etat avec 101000 km d origine peinture et capote refaite voila 20ans
avatar de poupouc
poupouc a dit le 04-11-2008 à 11:39
Ma 1ère auto était une 504 GL de 1980...sa 4è tirait log comme une 5è vitesse mais celà ne l'empêchairt pas de reprendre ne 4è depuis 35 km/h sur une longue rampe à 6 %, et ce, assez vigoureusement, avec 5 personnes à bord....quant à la 11 CV n'en parlons pas...en plein massif central des reprises élégantes...moteur pas poussé mais très souple pour une conduite sans prétention sportive mais très agréable au quotidien. Peugeot ne doit pas oublier de perpétuer la légende. On ne demande pas des moteurs style wroum wroum mais en ces temps difficiles et autophobes, limitaions de vitesses revues à la baisse sans arrêt...Peugeot !!!fais-nous de nouveau rêver !!!