Saga Peugeot

Premier à s’intéresser à l’automobile, Armand Peugeot est à l’origine des succès de la marque. A côté de voitures de prestige, notamment des sans soupapes, ce sont les modèles populaires qui pérenniseront la firme.

sommaire :

PEUGEOT 402

Gilles Bonnafous le 18/04/2006

Partagez

réagir

Réponse de Peugeot à la Traction d’André Citroën lancée un an plus tôt, la 402 marque une étape importante dans l’histoire du constructeur. Dévoilée au salon de Paris de 1935, dont elle constitue la grande nouveauté, elle remplace à la fois la 401 et la 601 dans la gamme de Sochaux.
PEUGEOT
D.R.
PEUGEOT
D.R.
Voiture technologiquement moderne, la 402 est aussi l’une des plus belles Peugeot de l’histoire de la marque. Si sa ligne aérodynamique dite « Fuseau Sochaux » est fortement inspirée (c’est peu dire…) de la Chrysler Airflow lancée un an auparavant, il convient de faire crédit à Peugeot d’avoir notoirement amélioré l’esthétique du concept. Sa ligne élégante et fluide sera du reste reprise sur toute la gamme du constructeur jusqu’à la guerre. En plus de ce design audacieux, la Peugeot 402 présente avec ses phares logés derrière la calandre une innovation esthétique osée.

Techniquement, Peugeot, fidèle à sa politique, a évité les solutions compliquées et par trop onéreuses et, contrairement à Citroën, les ingénieurs ont gardé la propulsion. Toutefois, la voiture bénéficie d’une mécanique moderne, un quatre cylindres de deux litres à soupapes en tête, qui, avec 55 ch, entraîne la 402 à 120 km/h. Il est accolé à une boîte de vitesses silencieuse à trois rapports ou, en option, à une boîte électromécanique Cotal à quatre vitesses. A l’arrière, la suspension reçoit des ressorts cantilevers autograissés.
PEUGEOT
D.R.
PEUGEOT
D.R.

Peugeot 402 Eclipse, 1938
Peugeot 402 Eclipse, 1938 Peugeot
Peugeot 402 berline, 1937
Peugeot 402 berline, 1937 Peugeot
Le client a le choix entre de multiples versions de carrosserie : conduite intérieure, coach, cabriolet (quatre places), roadster (deux places), cabriolet à toit rétractable Eclipse et commerciale. De plus, une version longue (402 L), qui voit son empattement porté à 3,30 mètres, donne naissance à deux modèles (limousine familiale et taxi) au gabarit impressionnant (longueur hors tout de cinq mètres). A l’intérieur, le levier de vitesses et la poignée de frein à main sont implantés sur la planche de bord.

En matière de transmission, Peugeot souhaite aller plus loin. Une maquette de démonstration a particulièrement attiré l’attention sur le stand de la marque au salon de Paris 1935, celle d’une 402 entièrement automatique. La voiture est équipée de la technique développée par l’inventeur alsacien Gaston Fleischel, dont des brevets seront achetés par les Américains. Au point, cette transmission fonctionne bien, contrairement au système concurrent Sensaud de Lavaud. La 402 automatique semble prête pour la production en série comme l’atteste son inscription au catalogue Peugeot du salon. Elle ne sera malheureusement pas commercialisée, notamment en raison de son coût — le quart du prix de la voiture.
Peugeot 402 éclipse, 1937
Peugeot 402 éclipse, 1937 Peugeot

Peugeot 402
Peugeot 402 D.R.
La 402 connaît un vif succès dû à son esthétique séduisante, à ses bonnes performances et à un silence de fonctionnement supérieur à la moyenne de l’époque. Produite jusqu’à la guerre, elle bénéficiera de quelques évolutions. En 1937, l’Eclipse est remplacée par un nouveau modèle établi sur le châssis long de 3,30 mètres d’empattement (cinq places) et, l’année suivante, les versions haut de gamme de la 402 reçoivent une culasse en alpax. Le taux de compression est également augmenté (7 au lieu de 6), ce qui offre trois chevaux supplémentaires au quatre cylindres (58 ch).
Peugeot 402 B Légère
Peugeot 402 B Légère Peugeot
En 1939, la voiture devient 402 B en recevant un moteur à chemises humides porté à 2142 cm3 par allongement de la course. La puissance passe à 63 ch. En même temps, la calandre est modifiée et la berline se voit dotée d’une malle arrière faisant saillie sur la poupe.

Peugeot devait compléter sa gamme par une 402 B diesel équipée du 2,3 litres construit sous licence suisse Oberhaensli. Développant 55 ch, ce dernier motorisait depuis 1937 la camionnette Peugeot. La voiture devait être présentée au salon de Paris de 1939, qui n’eut pas lieu pour cause de Seconde Guerre mondiale…

On se gardera de confondre 402 et 402 Légère. Sortie en 1937, cette dernière est une 302 équipée du moteur deux litres de la 402. Quant à la 402 B Légère apparue en 1939, elle reçoit une caisse de 202 sur un châssis de 302 équipé du moteur de la 402 B. Une compacte puissante, ancêtre des berlines survitaminées de l’après-guerre.
article précédent PEUGEOT 203

Page précédente
PEUGEOT 203

article suivant PEUGEOT 403

Page suivante
PEUGEOT 403

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de grafiti81
grafiti81 a dit le 12-11-2016 à 14:04
Bonjour, En complément du message de saturnin33 l'Eclipse d'Izon a été récupérée et restaurée. Plus d'information sur le site http://402eclipse.free.fr (rubrique restauration)
avatar de lebasque
lebasque a dit le 12-02-2014 à 21:00
je recherche proprietaire 402 dk5 roues jumelees pour pièces merci
avatar de saturnin33
saturnin33 a dit le 30-07-2013 à 17:19
en 1989,alors que je possédais déja 2 voitures anciennes, j'ai vu à IZON, en Gironde, une épave de 402 éclipse, dehors depuis de nombreuses années et en piteux état, j'ai meme vu la carte grise, immatriculation: ...P 33! le garagiste n'a pas donné suite à ma proposition de rachat de cette épave (car elle était pourrie) elle en aurait valu la peine....Dommage.