Grand Prix de l'Age d'Or 2002

CITROEN Le Conservatoire Citroën

Gilles Bonnafous le 22/06/2002

Partagez

réagir

L'expiration du contrat liant les organisateurs du Grand Prix de l'Âge d'Or à Audi, partenaire principal de la manifestation depuis plusieurs années, a donné aux constructeurs français la possibilité d'un retour à Montlhéry. Comme Renault, mais de manière moins spectaculaire, Citroën était présent dans l'enceinte du circuit au passé prestigieux.

Citroën donnait à voir un aréopage de huit voitures, dont six machines de compétition confiées par le Conservatoire du Patrimoine de la firme. Cinq évoquaient le passé sportif de la marque, dont quatre machines de rallyes et de raids : une DS 21 du rallye du Portugal 1972, une SM engagée en 1973 au rallye du Bandama (Côte d'Ivoire) et pilotée par Waldegaard, un prototype CX 2400 Super groupe V du rallye du Sénégal 1977, une ZX Rallye Raid pilotée par Lartigue et Perrin dans le 15ème Rallye Atlas Savane 1997, ainsi qu'une MEP de 1972, monoplace de promotion française Formule Bleue équipée d'un moteur de GS.
DS 21 du rallye du Portugal 1972
DS 21 du rallye du Portugal 1972 Citroën
SM engagée en 1973 au rallye du Bandama (Côte d'Ivoire)
SM engagée en 1973 au rallye du Bandama (Côte d'Ivoire) Citroën
Clin d'œil à la recherche, une Visa Lotus illustrait les développements dans le domaine de la motricité. Réalisé en 1981 chez Citroën Sport par l'équipe de Guy Verrier en collaboration avec Lotus, ce prototype à moteur central, qui n'a jamais couru, a reçu une mécanique suralimentée de Lotus Esprit (210 ch à 6500 tr/mn avec un turbo Garrett).

Pour marquer le retour récent de la marque aux chevrons dans le championnat du monde des rallyes, Citroën Sport avait prêté une WRC 2002. Le futur et le rêve étaient représentés par le Picasso Sbarro, qui sort de l'école de style de Pontarlier. La voiture est motorisée par un 2 litres 16 soupapes porté à 250 ch - le développement de la mécanique a été réalisé sous la responsabilité de Sbarro.

Nous avons profité de l'occasion pour faire le point sur le patrimoine Citroën avec Charles Herval, responsable du Conservatoire de la marque.
Prototype CX 2400 Super groupe V du rallye du Sénégal 1977
Prototype CX 2400 Super groupe V du rallye du Sénégal 1977 Citroën
ZX Rallye Raid 1997
ZX Rallye Raid 1997 Citroën

Motorlegend : Quelle est la vocation du Conservatoire du Patrimoine Citroën, récemment inauguré ?
Charles Herval : Le Conservatoire va nous permettre de faire l'inventaire du patrimoine historique dont l'entreprise est propriétaire et d'établir une politique de restauration et d'achats, afin de compléter la collection pour les pièces significatives qui nous manquent.

Motorlegend : Le Conservatoire ne visite pas. Il ne s'agit pas d'un musée.
Charles Herval : C'est un lieu de conservation et un local de stockage, qui n'a pas vocation à être visité - du reste, il ne réunit pas les conditions de sécurité nécessaires à l'accueil de visiteurs. Par contre, Citroën va au-devant du public à travers des manifestations comme Age d'Or. Nous saisissons les meilleures opportunités pour montrer notre patrimoine. Nous participerons en 2002 à six événements historiques.
MEP de 1972
MEP de 1972 Citroën
Prototype Visa Lotus
Prototype Visa Lotus Citroën
Motorlegend : Combien de véhicules possédez-vous ?
Charles Herval : Nous avons actuellement 350 véhicules : voitures de série, prototypes, concept cars, épaves ayant vocation à être restaurées et maquettes de style. Anciennes et modernes sont mêlées, à l'image d'une XM multiplexée et d'une XM multimédia. Nous constituons aussi le conservatoire de demain.

Motorlegend : Je suppose que vous possédez les grands classiques de la marque dans des définitions rares.
Charles Herval : S'agissant de la Traction, nous possédons l'une des premières voitures sorties d'usine, qui a servi à l'époque de démonstration technique. Nous disposons aussi d'un cabriolet, d'un coupé et d'une 15 Six H. La collection comprend une DS de 1955, l'un des tout premiers exemplaires, encore dépourvu de commande de hauteur de caisse au niveau de l'habitacle. La voiture est à restaurer.
WRC 2002
WRC 2002 D.R
Picasso Sbarro
Picasso Sbarro Motorlegend.com

Motorlegend : Quelles sont les pièces qui vous manquent et que vous recherchez ?
Charles Herval : Une pièce majeure me manque encore, un cabriolet DS (d'usine). Je cherche également un autocar des transports Citroën, que je n'arrive pas à trouver. Pour le reste, les manques ont été progressivement comblés. Nous n'avions pas de GSA : un collectionneur nous en a offert une. Je recherche encore quelques breaks.
Citroën Traction 11B Cabriolet, 1939
Citroën Traction 11B Cabriolet, 1939 Citroën
Citroën 15 Six H Berline, 1954
Citroën 15 Six H Berline, 1954 Citroën
Motorlegend : Et les utilitaires ?
Charles Herval : Nous avons des TUB, U 23, Type H, et l'on vient d'acquérir une voiture de pompiers sur base de B 14.

Motorlegend : Disposez-vous de panneaux de signalisation Citroën, qui ont jadis beaucoup fait pour le décor des routes françaises ?
Charles Herval : Nous en avons. Et nous continuons d'enrichir notre collection, notamment pour la période moderne. Mais la tâche n'est pas évidente, car les gens qui travaillent tous les jours avec des objets de cette nature ont du mal à percevoir leur valeur patrimoniale. A titre d'exemple, j'ai des difficultés à trouver la célèbre affiche publicitaire représentant un petit Chinois, alors qu'elle a été tirée à des dizaines de milliers d'exemplaires !
TUB 11 Camionnette, 1941
TUB 11 Camionnette, 1941 Citroën
Citroën SM Carburateur, 1970
Citroën SM Carburateur, 1970 Citroën

Le Conservatoire Citroën
Le Conservatoire Citroën D.R
Le Conservatoire Citroën
Le Conservatoire Citroën D.R
Motorlegend : Votre rôle d'archiviste est essentiel quant à la conservation de la documentation commerciale et technique.
Charles Herval : Nous recevons aujourd'hui tous les documents qui paraissent sur la marque, y compris la documentation technique. S'agissant des documents anciens, il me reste des dizaines de mètres cubes à classer ! Mais nous avons sauvegardé toutes les mains courantes, c'est-à-dire les registres de production avec les numéros de série. Au début, ils étaient réalisés à la main, ce sont des livres, puis on est passé aux films et aux micro-fiches, avant de verser dans l'informatique au cours des années 80.

Motorlegend : Parlez-nous de votre projet sur les Champs-Élysées, qui permettra à Citroën de se mettre au diapason des autres grands constructeurs.
Charles Herval : Le nouveau bâtiment sera prêt en 2004. Actuellement, le lieu est partagé entre le show-room Citroën et un restaurant Hippopotamus. Les murs appartenant à Citroën, nous reprenons la totalité de l'espace. D'importantes modifications structurelles vont être réalisées et des niveaux supplémentaires construits. Une partie du show-room sera consacrée à la promotion de la gamme Citroën, une autre sera dédiée à des expositions thématiques, renouvelées selon un rythme trimestriel, et qui puiseront leur richesse dans le Conservatoire Citroën.
Le Conservatoire Citroën
Le Conservatoire Citroën D.R
Le Conservatoire Citroën
Le Conservatoire Citroën D.R
article précédent  La restauration de la Renault RS 01

Page précédente
La restauration de la Renault RS 01

article suivant  Les 40 ans de la MGB

Page suivante
Les 40 ans de la MGB

Partagez

réagir

Commentaires