Autojumble de Beaulieu 2004

Le 38e Autojumble de Beaulieu a confirmé son rang de plus grande bourse d´Europe consacrée à l´automobile de collection.

sommaire :

LAGONDA LG 6

Gilles Bonnafous le 11/09/2004

Partagez

réagir

Présentée à la vente dans le cadre du marché des voitures de collection de Beaulieu, la Lagonda LG6 de 1938 illustre à merveille ces grandes firmes anglaises, qui conjuguaient (et conjuguent encore pour certaines) prestige et confort « très british » avec mécanique sportive et performances de haut niveau. Portant le numéro de châssis 12526, la voiture avait été achetée pour 1000 £ en 1973 par un jeune de 18 ans qui, par étapes, l’a fait entièrement restaurer. Elle était à vendre 35 000 £.

En 1935, année de la victoire de Lagonda aux 24 Heures du Mans, la marque, alors en grandes difficultés financières, est rachetée par Alan Good. L’une des premières décisions du nouveau propriétaire est d’engager W.O. Bentley au poste de directeur technique — Bentley quitte alors Rolls-Royce, peu satisfait du rôle qui lui est réservé.
LAGONDA
Motorlegend.com
LAGONDA
Motorlegend.com
La Lagonda LG6 est lancée en 1937 en même temps que la célèbre V12. Avec ces deux sommets de l’automobile britannique des années trente proposés à des prix très élevés, Alan Good vise clairement la clientèle Rolls-Royce. Si la LG6 entre de suite en fabrication, la V12 attendra plusieurs mois avant de passer en production. Au milieu de 1938, une douzaine de voitures sortent chaque semaine de l’usine de Staines, dans le Middlesex, 60% de V12 et 40% de LG6.

La LG6 est la première Lagonda à arborer les lignes fluides que W.O. Bentley et son équipe vont généraliser à toutes les voitures de la marque. A la longueur près (les carrosseries de la LG 6 sont plus longues que celles de la V12), LG6 et V12 arborent le même design, à l’exception de quelques détails de la face avant qui, seuls, permettent de ne pas les confondre : la partie de la jupe située sous les phares, qui est traitée différemment, et la présence d’avertisseurs apparents.
LAGONDA
Motorlegend.com
LAGONDA
Motorlegend.com

Contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, l’ancien moteur Meadows ne disparaît pas de la gamme mais prolonge sa carrière sous le capot de la LG6. Largement éprouvé et monté également sur l’Invicta, ce six cylindres de 4,5 litres à soupapes en tête et double allumage est alimenté par deux carburateurs SU. Il développe environ 140 ch et offre à la voiture une vitesse de l’ordre de 150 km/h. La boîte de vitesses manuelle possède quatre rapports.

Comme la V12, la LG6 reçoit un châssis cruciforme entièrement nouveau, plus rigide et plus bas que ceux des modèles Lagonda antérieurs. Ce dernier existe en deux longueurs d’empattement : court de 3,28 mètres et long de 3,44 mètres. Il est à noter que ces dimensions sont supérieures à celles de la V12 (3,15 mètres pour le châssis court le plus utilisé). Une curiosité qui tient au fait que le six cylindres Meadows est plus long que le V12.
LAGONDA
Motorlegend.com
LAGONDA
Motorlegend.com
La LG6 bénéficie d’une excellente suspension antérieure à roues indépendantes avec barres de torsion et bras triangulés. A l’arrière, prennent place des ressorts à lames semi-elliptiques et des barres de torsion. Cet ensemble apparaît comme l’une des meilleures suspensions de son temps, qui permet à la LG6 de revendiquer à la fois les qualités d’une limousine confortable et celles d’une sportive collant à la route (pour l’époque s’entend). Autre exemple de sophistication mécanique, les quatre tambours hydrauliques Lockheed sont actionnés par l’intermédiaire de deux maîtres-cylindres (pour des raisons de sécurité).

En octobre 1938, l’usine Lagonda fera tourner une berline LG6 sur le circuit de Brooklands, où, pilotée par Stan Ivermee, elle parcourra 95,87 miles dans l’heure (154,25 kilomètres), contre 101,5 miles (163,31 kilomètres) pour la V12 alignée pour la même cause.
LAGONDA
Motorlegend.com
LAGONDA
Motorlegend.com
article précédent JAGUAR 420 G

Page précédente
JAGUAR 420 G

article suivant PONTIAC Eight coupé Custom 1941

Page suivante
PONTIAC Eight coupé Custom 1941

Partagez

réagir

Commentaires