Autojumble de Beaulieu 2004

Le 38e Autojumble de Beaulieu a confirmé son rang de plus grande bourse d´Europe consacrée à l´automobile de collection.

sommaire :

Autojumble de Beaulieu 2004

Gilles Bonnafous le 11/09/2004

Partagez

réagir

Le 38e Autojumble de Beaulieu a confirmé, les 11 et 12 septembre 2004, son rang de plus grande bourse d’Europe consacrée à l’automobile de collection. Avec 2000 stands répartis sur douze hectares et plus de 30 000 visiteurs venus de toute l’Europe, les organisateurs affichaient leur satisfaction. Les Français sont de plus en plus nombreux à franchir le Channel pour venir chiner à Beaulieu, près de 20% du public selon les estimations.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
A Beaulieu, on trouve de tout, pour peu qu’il y ait un lien (même ténu) avec la mécanique. Véhicules à deux, trois ou quatre roues, voire plus avec les camions et les autocars, roulants ou en épaves présentées sur plateaux, pièces détachées par dizaines de milliers, documentation, plaques émaillées, jouets, automobilia, etc. L’offre s’élargit même à des articles de brocante en tout genre, comme des montres, des horloges, des téléphones, etc.

Avec 200 autos présentées, anglaises pour la plupart, le marché des voitures de collection offrait un raccourci de l’automobile britannique depuis 80 ans. Cette année, les Rover étaient légion, surtout des P4 et des P5 (proposées de 2000 £ à 4000 £ en superbe état d’origine) et quelques P6. Un joli contingent de Jaguar également, des Type E et quelques berlines, dont une magnifique 420 G quasiment neuve d’origine. L’amateur de Bentley ne pouvait que s’émerveiller devant une S1 carrossée par Freestone et Webb, l’une des huit construites. Cette magnifique limousine à la poupe majestueuse et en très bel état était proposée à 24 000 £.

Motorlegend.com
Bentley S1 carrossée par Freestone et Webb
Bentley S1 carrossée par Freestone et Webb Motorlegend.com

Au chapitre des populaires, on trouvait de nombreuses Vauxhall, Morris Minor, dont plusieurs Traveller (break woody), et MGB. Mention spéciale pour une rare Austin 1300 Countryman (break) de 1973 en superbe état (43 000 miles). Et puis, il y a ces vieilles et rares anglaises qu’on ne trouve qu’à Beaulieu, comme une Lancaster type 14/6 de 1938, un coupé docteur motorisé par un six cylindres à boîte présélective Wilson. Affichant seulement 58 000 miles, cette voiture est la seule survivante de deux voitures carrossées par Charlesworth.
Auburn 851
Auburn 851 Motorlegend.com
Rolls Royce Siver Cloud III cabriolet Park Ward
Rolls Royce Siver Cloud III cabriolet Park Ward Motorlegend.com
Pour les amateurs d’américaines, Beaulieu réserve toujours de bonnes surprises comme cette Lincoln Zephyr V12 superbement restaurée. Remarquées aussi une Auburn 851 de 1935 et une Pontiac Eight Silver Streak 1941. Au rayon des curiosités rarissimes, on ne pouvait manquer une Ford Falcon Carribean en épave présentée sur un plateau. Cet élégant coupé à la carrosserie en polyester et fibre de verre est motorisé par un quatre cylindres Ford. La voiture était proposée en kit en 1960 par Falcon Shells, un fabricant anglais.

Moment fort du week-end, dont la tradition remonte à 1960, la vente aux enchères de la maison Bonhams proposait une soixantaine de voitures et motos. On remarquait plusieurs Jaguar dont un magnifique coupé XK 120 adjugé 27 600 £ et deux épaves de SS, un tourer 2,5 litres de 1937 assez complet (21 275 £) et une berline 1,5 litre (575 £). Parmi les lots les plus remarquables ou les plus rares, on citera : Minerva Type AB 1923 (25 300 £), Bentley 3,5 litres tourer 1934 (48 800 £), Aston Martin DB2/4 Mk I (16 100 £), AC 2 litres de 1955 (8970 £), Alvis TD 21 Park Ward de 1959 (7015 £), Bentley S1 Continental (31 050 £), sans oublier un charmant break de chasse Lea Francis de 1949, so british (14 950 £).
Lincoln Zephyr V12
Lincoln Zephyr V12 Motorlegend.com
Morris Eight
Morris Eight Motorlegend.com

Chaque année, le National Motor Museum organise une exposition temporaire, qui lui permet de renouveler sa présentation et de faire revenir les visiteurs. Installée dans la première salle du musée jusqu’à Noël, l’exposition 2004 est consacrée à la Mini à l’occasion des 45 ans de la petite merveille d’Alec Issigonis. Treize voitures sont exposées, les plus intéressantes étant une Austin Seven de 1959 avec 3250 miles au compteur (l’un des premiers exemplaires sortis d’usine), la Cooper S victorieuse du rallye de Monte-Carlo de 1967 (pilotée par Rauno Aaltonen et Henry Liddon), une camionnette jaune (Mini van) du Patrol Service de l’Automobile Association (AA), la Mini conduite par Mister Bean dans la célèbre série TV et une Moke de 1992 construite au Portugal par Cagiva (Piaggio). On ajoutera deux véhicules publicitaires sur base Mini, un Outspan en forme d’orange (six voitures fabriquées entre 1972 et 1974) et un Duckham en forme de bidon d’huile de trois mètres de haut…
Austin Mini
Austin Mini Motorlegend.com
Triumph Stag
Triumph Stag Motorlegend.com
Responsable du département film et vidéo du National Motor Museum, Stephen Vokins présentait un ouvrage dont il est l’auteur, « Weird Cars », consacré aux voitures étranges. Un vaste sujet, pour lequel il est difficile de trouver une unité. Le livre propose une large compilation de modèles insolites, qui va de la Renault Avantime à la Phantom Corsair en passant par les microcars…

Rendez-vous est pris pour l’édition 2005 de l’Autojumble, qui se tiendra le week-end des 10 et 11 septembre.
Alvis
Alvis Motorlegend.com
Austin Westminster 1957
Austin Westminster 1957 Motorlegend.com
article suivant JAGUAR 420 G

Page suivante
JAGUAR 420 G

Partagez

réagir

Commentaires