Tour Auto 2007

Pour le départ de son édition 2007, les organisateurs ont offert au Tour Auto de faire salon dans un écrin d’exception, le Grand Palais.

sommaire :

ASTON MARTIN DB2

Gilles Bonnafous le 26/04/2007

Partagez

réagir

L’Aston Martin DB 2 de Mark Midgley est une pure machine de compétition. Passionné par la marque de David Brown — il possède également une DB4 et une DB5 —, Mark Midgley l’a acquise il y a deux ans. La voiture avait été entièrement restaurée dans les années 90, mais il souhaitait la convertir aux caractéristiques des voitures d’usine des 24 Heures du Mans. Ce qu’il fit en prenant pour base la DB2 « VMF 56 » (son immatriculation) des 24 Heures de 1952 et 1954.

Le moteur a donc été refait et préparé pour participer à des rallyes et à des courses sur circuit. La boîte de vitesses et le pont arrière ont subi le même traitement, ainsi que la suspension (revue avec carrossage négatif).
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
Sous le capot, qui se soulève en dégageant toute la partie antérieure de la voiture, à l’image de la future Jaguar Type E, on découvre le six cylindres double arbre Aston Martin de 2,6 litres conçu par W.O. Bentley et acquis par David Brown au moment où il a racheté la marque Lagonda.

Mais il s’agit là d’une version préparée pour la compétition : arbres à cames de DB3S, pistons et vilebrequin spéciaux et trois carburateurs double corps Weber de 45 millimètres. Cette cure de vitamines permet de développer 230 ch à 8000 tr/mn. On est très loin des 105 ch du modèle de série, qui, avec 175 km/h, se positionnait tout de même comme l’une des plus rapides GT de son époque. Même si en 1951, la DB2 pouvait accueillir en option une version du 2,6 litres portée à 125 ch grâce à des carburateurs de plus gros diamètre et à un taux de compression augmenté (8,2 à 1).
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous

Par rapport à la DB2 de série, la voiture a été considérablement allégée. Entièrement en aluminium, elle a reçu un habitacle dépouillé de tout superflu avec un tableau de bord type Le Mans. Elle accuse ainsi moins de mille kilos sur la bascule.

L’année dernière, la DB 2 de Mark Midgley a couru en VHC à Silverstone où, dans la course des Aston Martin, elle s’est classée derrière la DBR1 et les DB3S malgré son moteur de 2,6 litres. Comme l’homme n’aime pas faire les choses à moitié, le moteur a été refait pour le Tour Auto au cours des trois dernières semaines…
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
Rappelons que la DB2 prend la suite de la « 2 Litre Sports » (rebaptisée DB1) apparue deux ans plus tôt. Lancée au salon de New York en avril 1950, la DB2 a la course dans ses gênes. Son prototype, dû à Frank Freeley et construit comme la DB1 sur un châssis tubulaire, a été baptisé aux 24 Heures du Mans de 1949. Et le succès que le modèle va connaître est largement dû aux cinquième et sixième places qu’il obtient aux 24 Heures du Mans de 1950.

Stricte deux places, cette voiture légère existe en coupé et en cabriolet. Les premières DB2 reçoivent une calandre en trois parties et à barres verticales identique à celle de la DB1, qui sera remplacée par un dessin à barres horizontales. Ce dernier sera conservé sur la DB2/4 et se maintiendra jusqu’en 1957, date du lancement de la DB Mark III qui donnera leur visage moderne aux Aston Martin.
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
ASTON MARTIN
Gilles Bonnafous
article précédent Compte rendu

Page précédente
Compte rendu

article suivant FERRARI 250 GT Tour de France

Page suivante
FERRARI 250 GT Tour de France

Partagez

réagir

Commentaires