< retour

Essai AUDI Q8 50TDI

Julien Marcos le 01/10/2018

Audi a fini par céder à la mode du SUV aux allures de Coupé. La marque aux anneaux se lance sur cette niche de belle manière avec un nouveau Q8 aux allures de Concept-Car. Notre essai dans la région de Megève.

Voir la vidéo en HD

Un baroudeur aux accents de coupé

Audi s'est forgé une solide réputation aux yeux du grand public grâce à son savoir-faire en matière de transmissions intégrales (le fameux Quattro), de breaks et de motorisations notamment Diesel. À l'image d'un marché automobile en perpétuelle évolution, la firme d'Ingolstadt s'est aussi orientée avec succès vers les SUV, puisque ces derniers ont supplanté les versions Avant en chiffres de vente. Pourtant, il restait une niche pas encore investie par Audi, celle des SAC (pour Sport Activity Coupé). Ces SUV sportifs font désormais partie des modèles les plus recherchés, à l'instar des BMW X4, BMW X6 et Mercedes GLC Coupé. L'attente autour du nouveau Q8 était donc importante de la part de la clientèle, et de votre serviteur par la même occasion ! Si l'on reproche à juste titre à Audi de proposer des modèles au style parfois consensuel, les dernières nouveautés comme l'Audi A7 Sportback ont rebattu les cartes. L'Audi Q8 ne laissera personne indifférent. Bien au contraire. À peine plus court qu'un Q7, dont il est dérivé, le SAC aux anneaux se distingue nettement de son frère.

Voir plus de photos

Bien plus dynamique qu'un Q7

Sa calandre octogonale est plus agressive, ses muscles plus saillants, et preuve qu'il appartient à la famille des coupés, il se distingue par ses vitres sans encadrement et par sa faible hauteur de pavillon. La poupe se démarque aussi du Q7, par sa signature lumineuse qui se prolonge sur toute la malle et par ses feux qui intègrent chacun 12 Leds verticaux. Autre caractéristique de l'Audi Q8, son aspect baroudeur. Outre ses barres de toit, il reçoit des protections de bas de caisse et sa garde au sol peut atteindre jusqu'à 254 mm avec la suspension pneumatique proposée de série. Idéal pour se rendre jusqu'à son chalet.

Un gros Diesel au lancement

Pour cet essai, nous disposions de la motorisation V6 TDI avec la technologie MHEV, qui inclut une batterie au lithium ion et un alterno démarreur de 48 volts. Si la puissance n'évolue pas (286 ch et 600 Nm), la consommation et les émissions de CO2 diminuent. Une prouesse rendue possible grâce au fonctionnement en roue libre de 55 à 160 km/h et à la récupération de l'énergie au freinage... Un mode totalement imperceptible au volant. À l'usage, le Q8 V6 TDI offre un fonctionnement onctueux et suffisamment nerveux, puisque le 0 à 100 km/h ne réclame que 6,3 secondes. Notre consommation a oscillé entre 7,1 litres aux 100 km à allure stabilisée et 11 litres aux 100 km à l'attaque des cols alpins. La gestion sport de la transmission automatique est en revanche à déconseiller, notamment avec ses passages de rapports plus brutaux.

Confortable, mais...

Équipée de roues de 22 pouces, notre version d'essai peut heureusement compter sur une suspension pilotée qui améliore le confort. C'est impressionnant en ville et sur autoroute, moins sur des routes fortement dégradées où des réactions sèches malmènent les lombaires. Un conseil, choisissez une version en 19 pouces et maintenez l'amortissement normal ou confort, qui correspondent mieux au standing du Q8. Malgré son gabarit et sa masse conséquente, l'Audi Q8 se conduit très bien et démontre une belle agilité avec l'option « direction dynamique » qui permet aux roues arrière de braquer de 5 degrés. Et nous permettre de rester dans les échappements d'une Porsche 997 phase 2 sur la route de Megève. Une fois n'est pas coutume, nous avons emmené notre Q8 flambant neuf en tout chemin. Sa garde au sol élevée et sa transmission intégrale Quattro lui autorisent de belles prouesses, mais il conviendra d'opter pour des pneumatiques plus adaptés que nos gommes routières.

Un habitacle futuriste

Impossible de ne pas évoquer l'habitacle de ce Q8, tant le niveau de sophistication impressionne. À l'instar de la limousine A8, il s'articule autour de trois écrans numériques et bannit totalement les commandes « à l'ancienne ». L'usage est intuitif et les possibilités de personnalisation très variées. De la belle ouvrage, mais qu'en est-il lorsque l'électronique fait des caprices ? Reposant sur le même empattement que le Q7, l'Audi Q8 fait mieux que ses concurrents en matière d'habitabilité. Si la garde au toit est moins généreuse, l'espace aux jambes et aux coudes est très bon, même pour le 5e passager qui est plutôt bien loti pour une fois. Il fallait bien un défaut et il est à trouver du côté du coffre. Son volume chute comparé à celui du Q7, et passe ainsi de 890 litres à 605 litres, ce qui reste raisonnable dans l'absolu, d'autant que la suspension variable permet d'abaisser le seuil de coffre et de faciliter le chargement des valises. La lecture de la fiche équipements, confirme que cet Audi Q8 se positionne au-dessus de son frère Q7. Dès la version d'entrée de gamme (dès 78 300 euros), le SAC aux anneaux propose le hayon de coffre électrique, la navigation GPS, les Full LED, l'audio à 10 HP... Alors que notre version S Line (à partir de 85 200 euros) y ajoute les sièges sport, la caméra de recul, la suspension adaptative... La liste des options donne bien évidemment le tournis et notre exemplaire bourré d'options dépassait les 126 000 euros !

À retenir

Audi a pris le temps de développer son SUV Coupé (ou SAC), mais l'attente a été récompensée. Moins clivant qu'un BMW X6, très habitable et confortable, le Q8 a toutes les cartes en main pour réussir sa carrière. À tel point qu'il risque de faire de l'ombre à son frère Q7 qui prend tout de suite “un coup de vieux”. La prochaine étape consiste à décliner cette recette aux gammes inférieures et à mettre un coup d'accélérateur aux motorisations hybrides.
points fortsPersonnalité affirmée, belle habitabilité, vigueur et bonne sobriété du V6 TDI
points faiblesMasse conséquente (2145 kg), encombrement, surtout dans les parkings, confort dégradé en 22 pouces
16.7

20
Les chiffres
Prix 2018 : 126 000 €
Puissance : 286 ch
0 à 100km/h : 6.3s
Conso mixte : 6.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 16/20
Sécurité active et passive : 19/20
Confort et vie à bord : 18/20
Budget : 15/20

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic

Avec cette série limitée RWS, la R8 brise un tabou : c'est la première Audi...

AUDI A7 Sportback II
AUDI A7 Sportback II

Positionnée entre les ambitieuses A6 et A8, la deuxième génération d'Audi A7...

AUDI RS4 Avant (B9)
AUDI RS4 Avant (B9)

Le plus vendu des modèles RS fait son grand retour : la RS4, quatrième du...

Tous les essais AUDI
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic

Avec cette série limitée RWS, la R8 brise un tabou : c'est la première Audi...

MAZDA MX-5 2.0L SKYACTIV-G 184 ch
MAZDA MX-5 2.0L SKYACTIV-G 184 ch

+24 chevaux, soit 15 % de puissance en plus : pas de quoi révolutionner le...

PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8
PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8

Désormais largement dominé par les marques premium, le marché des berlines...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires