24 Heures du Mans 2014

Les enjeux des 24 Heures du Mans 2014

Jean-François Destin le 13/06/2014

Partagez

réagir


Audi
Bien malin celui qui pourrait prédire lequel de ces trois constructeurs franchira en vainqueur la ligne d’arrivée dimanche 15 juin 2014 à 15 heures. Même en intégrant la pole position obtenue par Nakajima sur la Toyota TS040 N°7 (3’21’’789), rien ne dit qu’après 24 heures de lutte acharnée, la voiture la plus rapide à l’issue des essais sera aussi la plus endurante et la plus performante.

A quelques heures du départ, on peut seulement faire un état des lieux en détaillant les forces et faiblesses de chacun.

Chez Audi

Avec 12 victoires en 15 participations, Audi misera sur son extraordinaire expérience même si le début de saison a montré quelques ratés en performances pures par rapport à Toyota, vainqueur à Silverstone et Spa, où se déroulaient les deux premières manches de la saison. Outre le fait d’engager trois voitures (contre deux pour les concurrents), le constructeur bavarois s’appuie sur une technologie hybride éprouvée et sur l’excellent rendement énergétique du V6 diesel turbo dont la cylindrée est passée à 4 litres pour délivrer autour de 540 chevaux.

Contrairement à ce qui était prévu durant l’hiver, Audi a, en revanche, renoncé récemment à l’ERS-H, le système de récupération de l’énergie thermodynamique à partir des gaz d’échappement à cause de son poids jugé trop élevé. Avec le seul ERS-K basé sur la récupération cinétique au freinage, les trois Audi R18 e-tron quattro n’auront le droit de récupérer que 2 méga joules d’électricité par tour contre 6 pour Toyota et Porsche. Cette absence et le maintien de la lourde et peu efficace roue à inertie chargée du stockage temporaire d’électricité expliquent sans doute qu’à Silverstone et à Spa, les voitures ont eu bien du mal à suivre le rythme imprimé par les Toyota TS040 et les Porsche 919. On s’en est encore rendu compte jeudi soir lors des derniers essais qualificatifs, Audi étant relégué en 4ème, 6ème et 7ème position sur la grille de départ.

Qu’en sera-t-il pendant la course ? Personne ne peut le dire mais le staff technique sait pouvoir profiter d’une excellent châssis adapté à la nouvelle règlementation et à une aérodynamique au top.
Dernier atout majeur : trois équipages parfaitement rodés à l’endurance, constitués de pilotes très expérimentés (Kristensen, Fässler, Lotterer, Treluyer et Marc Gené, le pilote de réserve qui va remplacer Duval ) et de jeunes très rapides et talentueux que sont Albuquerque, Bonanomi et Jarvis.

Un instant, on a cru que le spectaculaire accident de mercredi soir qui a pulvérisé la R18 TDI e-tron Quattro N°1 (Loïc Duval très choqué s’en sort miraculeusement avec quelques lésions et une coupure à la jambe) allait contraindre Audi à n’aligner que 2 voitures au départ mais les mécanicien l’ont reconstitué entièrement dans la nuit pour la deuxième séance d’essais de jeudi.

Néanmoins, cette sortie de piste spectaculaire dont on connait mal l’origine (la voiture se serait délestée sur un vibreur avant de s’envoler à demi-retournée vers les protections de pneus) risque d’entamer la sérénité du constructeur pas vraiment verni cette année.

Audi

Audi

Chez Toyota

Chez Toyota en revanche, on reste zen depuis le début de l’année. Un prologue réussi au Paul Ricard, un doublé à Silverstone, une victoire prolongée par une troisième place à Spa et la pôle pour samedi 15 heures. On ne pouvait pas mieux se préparer pour tenir 24 Heures et s’imposer. Jamais le constructeur japonais n’a été si bien armé qu’avec cette TS040 Hybrid à la fois rapide et fiable. En associant le V8 essence atmosphérique porté à 3.7l et les deux hybridations cinétique et thermique, la puissance totale fièrement affichée atteint … 1000 chevaux ! Mieux, l’ajout d’un moteur générateur envoyant l’énergie électrique sur le train avant offre à temps partiels à la TS040 les atouts d’une transmission intégrale. Idéal sous la pluie même si les prévisions météo sont ensoleillées pour le week-end prochain. Enfin, le super condensateur s’est montré fiable depuis le début de la saison et très réactif pour stocker et déstocker l’énergie électrique.

Homogènes, les deux équipages reformés cette année ont contribué à la réussite de l’équipe en 2014. Nakajima/Sarrazin/Wurz se partageront la TS040 N°7 et Buemi/Davidson/Lapierre la TS040 N°8.

Toyota

Toyota

Chez Porsche

Semant la zizanie, Porsche, de retour au Mans après une longue absence affiche une double attitude. L’humilité est de mise mais en même temps les résultats fulgurants obtenus du début de saison font rêver. Et si d’emblée, on accrochait une 17 ème victoire au déjà fabuleux palmarès de l’épreuve. Tout est permis puisque la 919 Hybrid N°14 de Dumas/Jani/Lieb partira en première ligne samedi après avoir réalisé un 3’22’’146 soit à 357 millièmes de la pole ! La 919 Hybrid N°20 de Bernhard/Weber/Hartley a accroché seulement une 5ème place sur la grille mais devant deux Audi.

Attiré par le nouveau règlement privilégiant les économies d’énergie, le constructeur de Stuttgart s’est donné les moyens de retrouver le chemin du succès. Deux bâtiments ultra modernes dédiés à l’endurance ont été construits à Weissach ou se trouve le centre de recherches. Pas moins de 230 personnes triées sur le volet se sont rassemblées autour du projet et on le constate dans le paddock, les luxueux camions ateliers n’ont rien à envier à ceux d’Audi.

Mais le plus extraordinaire de la nouvelle aventure Porsche au Mans concerne le choix d’une minuscule motorisation V4 2 litres turbo alliant puissance (autour de 500 chevaux) compacité et légèreté. Jouant à fond la carte de l’hybridation, les 919 profitent des deux récupérations cinétique et thermique, l’électricité étant stockée dans une batterie lithium-ion de dernière génération implantée en position centrale. Un montage osé mais qui a montré sa pertinence à Silverstone et Spa. Très agile et surtout la plus rapide du plateau LMP1 H avec des pointes à plus de 330 km/h, la 919 Hybrid devrait animer les premières heures de course et peut-être jouer la gagne si la fiabilité est au rendez-vous.

Personnellement, je verrai bien un podium Toyota/Audi/Porsche dimanche à 15 heures. A vous maintenant de pronostiquer sur Motorlegend en jouant avec les membres du MPC.

Porsche
article précédent  Interview de Vincent Beaumesnil, Directeur des sports de l'ACO

Page précédente
Interview de Vincent Beaumesnil, Directeur des sports de l'ACO

article suivant  Interview de Bernard Ollivier, PDG d'Alpine

Page suivante
Interview de Bernard Ollivier, PDG d'Alpine

Partagez

réagir

Commentaires