Acheter une LOTUS Exige V6 (2011 - 2022)

Stéphane Schlesinger le 21/12/2021

Déjà très radicale, l'Exige V6 s'acère encore en version Cup 380, allégée, boostée et très rare puisque produite en série très limitée. Difficile à battre sur piste !

Partagez

réagir

Monstre léger

LOTUS Exige V6 (2011 - 2022)

C'est un coup de génie qu'a Lotus en lançant l'Elise en 1995. Un modèle opérant un retour vers les racines de la marque, qui rencontre un grand succès. Et dès 2000, cette sportive légère à moteur central se décline en Exige, une sorte d'Elise S1 radicalisée (190 ch) à toit désormais fixe. Un peu trop pointue, cette sportive redoutable n'est produite qu'à un peu plus de 600 unités avant de disparaître en 2002. Elle revient en 2004 en reprenant la même formule, appliquée cette fois à l'Elise S2, et reçoit d'emblée le moteur Toyota de cette dernière, sans passer par le Rover K initial. Elle connaît de multiples versions (S, S 240, S 260), toutes plus efficaces les unes que les autres. Des bombes très légères capables d'humilier une Porsche 911 GT3 sur son terrain : le circuit ! Mais, au salon de Francfort 2011, tout est chamboulé. L'Exige de troisième génération devient un engin tout autre, s'éloignant sensiblement de l'Elise pour mieux s'inspirer de la grande Evora, sous l'impulsion de l'éphémère CEO Dany Bahar qui souhaite faire monter Lotus en gamme. Profondément modifiée à l'arrière pour recevoir un V6 3,5 l à compresseur (350 ch) d'origine Toyota, l'Exige offre des performances ahurissantes (0 à 100 km/h en 3,8 s). Elle renforce également son côté supercar par son avant rappelant celui de la Ferrari California et sa poupe massive.
Le designer Donato Coco a pris les rênes du style Lotus en 2010 après avoir dirigé celui du Cheval cabré, ceci expliquant cela. On peut aussi voir l'influence du concept M250, qui annonçait un V6, alors un Renault, dans le châssis de l'Elise… Côté liaisons au sol, l'Exige S3 reprend, en les modifiant, les trains roulants de l'Evora, tout en adoptant un ESP et des programmes de conduite. Et son habitacle devient un brin plus cossu. Revers de la médaille, le poids augmente, flirtant avec les 1 200 kg. On est loin des 700 kg de la première Elise ! Le prix aussi : 67 190 €, soit 72 800 € actuels… En 2012, pour la première fois, elle peut ôter son toit, puis, les versions et puissances se multiplient. En 2017, une redoutable Cup 380 apparaît : 380 ch, 1 057 kg (soit 15 kg de moins que la Sport 380), échappement titane, freins AP Racing, amortisseurs Nitron réglables… Elle est chère (109 000 € contre 90 660 € pour la Sport), mais les 60 exemplaires sont vite partis !

Voir plus de photos

Au volant

L'accès à bord de la Cup 380 se révèle peu évident, à cause de son très large seuil de porte et de sa faible hauteur. Le baquet complique encore les choses : contorsions obligatoires ! À bord, le dénuement règne : structure en aluminium apparente, sièges minimalistes, mais un effort a été fait sur la qualité des matériaux. Le son du V6 envahit le cockpit de sa sonorité rauque et si, en manœuvre, la lourdeur du tout petit volant non assisté surprend, il s'allège dès qu'on roule. Et là, la magie opère : les commandes (direction, boîte, pédales) s'avèrent fabuleusement informatives. L'Exige accélère comme une brute, freine avec une force inimaginable tout en offrant une adhérence prodigieuse, magnifiée par une aérodynamique très travaillée. On peut régler l'ESP sur 4 modes (et l'antipatinage sur 6 via une molette), ce qui met en confiance pour exploiter cet engin qui, heureusement, communique avec une clarté invraisemblable. Mais vu sa puissance et son grip, il faut de bonnes notions de pilotage pour exploiter la 380, ainsi qu'un circuit rapide pour qu'elle donne sa pleine mesure.

Avenir

Mécanique Toyota oblige, l'Exige est fiable mais demande des trains roulants rigoureusement réglés. Malgré son prix de base relativement élevé pour une Lotus, l'Exige V6 n'est pas si rare sur le marché. Bonne nouvelle pour les propriétaires, car depuis notre point de 2019, la cote, après avoir chuté, reprend des couleurs ! On en trouvait dès 57 000 € ? Maintenant, comptez plutôt 62 000 € avec plus de 50 000 km, et 65 000 € à 20 000 km (soit jusqu'à + 14 % de prise de valeur). Pourquoi ? À cause du malus de 30 000 € frappant les modèles neufs, qui démarrent désormais à 120 000 € taxes incluses ! Les acheteurs se reportent donc sur l'occasion. Quant à la Cup 380, elle a légèrement décoté mais reste stable : à partir de 95 000 €. Pour leur part, les modèles récents ne perdent même plus la valeur de leur malus. La fin annoncée de la production de ces autos, remplacées dès 2022 par une sportive hybride, tend encore la demande. Attention : la cote ne va donc pas baisser de sitôt !

Chronologie

- 2000 : lancement de l'Exige S1, une Elise radicalisée à toit fixe et moteurs Rover plus puissants.
- 2002 : Fin de production de la S1.
- 2004 : Retour l'Exige, en S2, directement avec le moteur Toyota.
- 2011 : L'Exige change de génération (S3) et adopte un V6 de 350 ch.
- 2012 : Version découvrable, apparition de la Sport 380.
- 2017 : Lancement de très radicales Cup 380 et 430.
- 2018 : Léger restylage et disparition de la 380.
- 2021 : Nouvelles versions Final Edition en Sport 390 et 420, ainsi que Cup 430.
- 2022 : Fin de production prévue.

3 points clés

- Efficacité ahurissante
- Agrément formidable
- Pas de décote

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat LOTUS

LOTUS Elise S3 CUP 220 (2010 - 2022)
LOTUS Elise S3 CUP 220 (2010 - 2022)
LOTUS ELISE S2 SC
LOTUS ELISE S2 SC
LOTUS Esprit S3
LOTUS Esprit S3
Tous les guides d'achat LOTUS

Avis des propriétaires

Commentaires