Acheter une ROLLS-ROYCE Corniche cabriolet (1971 - 1995)

Stéphane Schlesinger le 22/12/2021

Exubérante, la Corniche a été la star des stars. Elle est pourtant devenue étonnamment accessible.

Partagez

réagir

Monstre de luxe

ROLLS-ROYCE Corniche cabriolet (1971 - 1995)

Si Rolls-Royce s'est d'abord fait une image par la sophistication de ses modèles, la marque s'est retrouvée dépassée dans les années 1950. En réaction, le constructeur s'oblige à tout remettre à plat, sauf ce qui se voit. Ainsi, quand elle sort en 1965, la Silver Shadow est révolutionnaire pour Rolls ! Conçue pour être aussi bien conduite par son propriétaire que son chauffeur, elle se dote d'une structure monocoque très rigide, montée sur une suspension entièrement indépendante dotée, en plus des ressorts hélicoïdaux, d'un système hydropneumatique Citroën (pour assurer une correction d'assiette à l'avant et à l'arrière), ainsi que de quatre freins à disques alliés à un triple circuit. Du jamais-vu à Crewe ! La carrosserie, dessinée par John Polwhele Blatchley, se veut plus compacte, tendue et moderne que celle de sa précédente œuvre, la Silver Cloud. De ce modèle, la Shadow reprend le V8 6,2 l allié à une boîte automatique GM. L'auto se vend très bien malgré son prix stratosphérique et bénéficie rapidement de variantes. D'abord un coupé en 1966, suivi d'un cabriolet en 1967, tous deux signalés par un séduisant décroché débutant avec l'aile arrière dû à Bill Allen.
En 1969, le V8 passe à 6,75 l et la suspension avant perd le correcteur d'assiette, et en 1971 ces déclinaisons prennent l'appellation Corniche et reçoivent pour l'occasion un régulateur de vitesse. Le prix atteint des sommets : 177 000 F pour le cabriolet, soit 187 500 € actuels. C'est la voiture de – petite – série la plus chère du monde ! Par la suite, les Corniche vont évoluer constamment. En 1975, elles reçoivent un nouveau tableau de bord et, en 1977, elles subissent une série d'améliorations : direction à crémaillère, pare-chocs caoutchoutés, clim améliorée et spoiler avant notamment. En 1979, la suspension arrière est revue alors qu'en 1985 la cosmétique change : pare-chocs et rétroviseurs ton carrosserie, baguettes chromées sur les ailes, feux de recul et de brouillard repositionnés… Le coupé disparaît en 1980. En 1987, la Corniche II adopte une injection en remplacement des carburateurs et un ABS est installé. Dès 1989, la Corniche III bénéficie d'un cockpit remanié.
En 1991, la Corniche IV se pare d'un airbag, ajoute un quatrième rapport à sa boîte et change d'injection. En 1994, une Corniche S, dotée du V8 suralimenté de la Bentley Turbo R (25 exemplaires) vient emmener le modèle jusqu'à sa fin de carrière, en 1995. Au total, 4 332 phases 1, 1 234 phases 2, 452 phases 3 et 244 phases 4 ont été fabriquées. Exclusive, mais pas si rare !

Précautions d'achat

Voiture de haute qualité, la Corniche est aussi très complexe. Gratifiée d'un entretien rigoureux et cher, elle peut durer plusieurs centaines de milliers de kilomètres. Sinon, ce sera un puits d'ennuis sans fond. Surveillez particulièrement l'hydraulique, la corrosion, les silentblocs de suspension ainsi que l'état de la capote, des cuirs et des boiseries. Tout ceci est ruineux à refaire !

Cote

Malgré son prix monstrueux quand elle était neuve et son luxe démentiel, la Corniche est devenue presque abordable. Un bel exemplaire français en conduite à gauche ne demandant aucune réfection cosmétique se déniche dès 50 000 €. Les III et IV, plus rares et évoluées, s'échangent contre 70 000 € minimum. Cote en légère hausse.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat ROLLS-ROYCE

ROLLS-ROYCE SILVER SPIRIT
ROLLS-ROYCE SILVER SPIRIT
ROLLS-ROYCE Silver Shadow
ROLLS-ROYCE Silver Shadow
Tous les guides d'achat ROLLS-ROYCE

Avis des propriétaires

Commentaires