Acheter une BMW M5 E28 3.5i 286 Ch

Stéphane Schlesinger le 23/02/2021

Dérivant de la Série 5 E12, la M5 E28 accueille le 6-cylindres de la M1, modifié pour plus de puissance. Rarissime, c'est un pur collector !

Partagez

réagir

L'initiatrice

BMW M5 E28 3.5i 286 Ch

À la fin des années 1960, celle qui a sauvé BMW de la faillite, la Neue Klass, entame son obsolescence. Le constructeur lance l'étude de sa remplaçante, qui apparaît au salon de Francfort 1972. Son design est le résultat des efforts combinés de Marcello Gandini, qui l'a annoncé deux ans auparavant avec le concept Garmisch, et surtout Paul Bracq qui a porté le tout à une belle maturité. Cette berline, codée E12, amorce une nouvelle façon de nommer les modèles chez BMW, par séries. Celle-ci, c'est la 5. Son style conservateur mais moderne est à l'aune de la technique de l'auto, animée par un joli 6-cylindres dans sa version de haut de gamme 525. Restylée en 1977, elle reçoit une première déclinaison sportive fin 1979. Celle-ci se voit dotée du bloc 3,5 l M90 de 218 ch. Badgée M535i, elle bénéficie d'une préparation châssis par Motorsport et, surtout, sa motorisation dérive de celle de la supercar M1 présentée en 1978. Elle en perd toutefois la culasse à 24 soupapes, d'où ses 59 ch de moins. Profondément remaniée (suspension améliorée, Cx abaissé de 0,44 à 0,37…), la Série 5 devient E28 en 1981 et récupère une déclinaison M535i en 1984, mais avec le bloc 3,4 l M30B34 de 218 ch. Heureusement, un an plus tard, elle s'offre le grand sport, en adoptant carrément le moteur M88 de la M1, à l'instar de la Série 6 en 1983. Légèrement revu, et codé M88/3 pour l'occasion, ce fantastique 6-cylindres conserve ses 24 soupapes, son double arbre à cames, ses 6 papillons d'admission et son carter sec. Mais grâce à une nouvelle injection, il passe de 277 à 286 ch. Attelé à une boîte 5 Getrag et monté dans la M5 première du nom, il lui confère des performances hors du commun puisqu'elle devient la berline de série la plus rapide du monde, pointant à 245 km/h ! Elle conserve l'apparence de la M535i mais coûte bien plus cher : 388 000 F, soit 106 600 € actuels, contre 250 500 F. À ce prix, elle offre de série la climatisation, chose fort rare à l'époque, ainsi que l'ABS et le pont autobloquant. La suspension est bien sûr affermie et les freins renforcés, tandis qu'on a retenu pour les pneus des onéreux Michelin TRX. En 1986, le tarage des ressorts change, à l'instar de celui des barres antiroulis. La M5 quitte la production en août 1988, produite à 2 241 unités… dont 588 pour l'Europe continentale !

Voir plus de photos

Au volant

En 1981, l'allure de la Série 5 était déjà démodée. Cela lui profite actuellement, lui conférant un aspect vintage qui la fait paraître pour plus vieille qu'elle n'est. Et surtout, sa gueule de squale conserve toute son agressivité ! Dans l'habitacle, c'est du BMW pur sucre, et de la meilleure époque ! Finition solide, ergonomie parfaite, style sobre et de bon goût… Mais c'est au démarrage que l'expérience prend une tout autre dimension. Le 6-cylindre flatte d'emblée les oreilles, puis, onctueux, souple et vigoureux, il procure un agrément maximal dès les basses vitesses. Ensuite, le plaisir va crescendo, le bloc M88/3 fournissant des accélérations non pas linéaires mais exponentielles. Il termine son envolée dans un déploiement musical fascinant, qui magnifie des performances toujours impressionnantes ! La boîte, parfaite dans son maniement et son étagement, le seconde idéalement. Côté châssis, c'est plus vintage. L'équilibre est bon, mais tout a vieilli. Roulis, manque de précision global… Conduite académique requise ! En compensation, la direction se révèle très informative tandis que le confort de roulement surprend. Une superbe machine à voyager… Et pas que dans le temps !

Avenir

Pour rester fiable, la M5 a besoin qu'on laisse bien monter en température ses fluides et qu'on utilise de l'huile de première qualité. Les cardans avouent des faiblesses et, avec l'âge, la corrosion peut faire des dégâts. Mais l'auto est très bien construite. La cote ? Elle a plongé à 50 000 F dans les années 1990, puis s'est calé sur 10 000 € de 2002 à 2014 environ. Depuis, elle a entamé une ascension. 30 000 € en 2017, puis 55 000 € actuellement pour un très bel exemplaire d'origine. Elle devrait encore grimper sensiblement pour les autos impeccables de moins de 150 000 km, marginalement pour les autres.

3 points clés

- Cote en hausse
- Moteur fabuleux
- Allure et sensations vintage

Evolution

- 1985 : lancement de la M5 au salon d'Amsterdam.
- 1986 : Ressorts arrière durcis en avril. Nouveaux amortisseurs Boge et barres antiroulis modifiées à l'automne.
- Août 1987 : Fin de production.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat BMW

BMW M5 F10
BMW M5 F10
BMW M5 E60 V10 507 CH
BMW M5 E60 V10 507 CH
BMW M5 E39 5.0i 400 Ch
BMW M5 E39 5.0i 400 Ch
Tous les guides d'achat BMW

Tags liés

Avis des propriétaires

Commentaires