Salon du Cabriolet & du Coupé 2002

Compte rendu

Gilles Bonnafous le 06/04/2002

Composés de voitures de collection associées à des modèles contemporains, les défilés de mode apportent au salon une note glamour participe à son succès.

Héritage du temps où la manifestation s'appelait " Salon de la Mode et du Cabriolet ", les défilés de mode apportent au Salon du cabriolet et du coupé une séduisante note glamour, qui participe certainement à son succès. Pour les amateurs de voitures de collection, ils constituent également une évocation nostalgique des concours d'élégance des années 30 et 50.

Compte rendu Compte rendu

Pendant trois jours, plus de vingt voitures se sont succédées sur le podium au rythme de deux présentations par après-midi. Conforme à la tradition du salon, le défilé était composé de modèles contemporains associés à des voitures de collection. Le plateau des anciennes était constitué de véhicules appartenant à des membres du Club de l'Auto et du Club Obsolète Ford France, la coordination de l'ensemble étant assurée par Marcel Bonhoure.

Les spectateurs avaient le privilège de découvrir une superbe brochette de cabriolets des années trente, remarquablement restaurés : Talbot Baby 1935 de Jean-Claude Fabre - conduite par Philippe Lanfantin, un ancien du CIA de Pantin -, Delage D6-70 1937 d'Emile Oustry et Auburn 1931 de Patrice Cordez.

La période de l'après-guerre était représentée par une Chevrolet Bel Air 1953, un coupé Ford Comète de 1954, ainsi que par la MG TF d'André Lecoq associée sur le podium à une TF contemporaine. Sans oublier une Buick Riviera de 1985, ni une 2 CV transformée en cabriolet…

Premier tableau du défilé, un roadster Mercedes SL entrait en scène en ouvrant son toit rétractable, histoire de vérifier - une fois de plus - que la manœuvre produit son effet sur le public ! Portant un chapeau " Authentic Panama ", le mannequin contribuait à recréer sur le podium le visuel de l'affiche.

Les Peugeot 206 CC (associées à la marque Rodier) et 504 cabriolet (dotée d'un hard top), les BMW Série 3, Audi TT roadster, Opel Speedster et cabriolet Astra, ainsi que la Mazda MX 5 constituaient l'essentiel du plateau des voitures modernes. Quant aux Donkervoort, Suzuki Jimny et Smart, elles relevaient d'une définition " grand angle " de la notion de cabriolet…

Consacré comme il se doit aux robes de mariée, en l'occurrence de la maison Pronuptia, le final réunissait une Jaguar XK 8, une Mercedes 190 SL et l'imposante Auburn 8-98 A de Patrice Cordez, point d'orgue du défilé.

Compte rendu Compte rendu

Avis des propriétaires

Commentaires