Salon du Cabriolet & du Coupé 2002

DELAGE D6 70

Gilles Bonnafous le 06/04/2002

Trouvé dans des conditions insolites, le superbe cabriolet Delage D6-70 Sport d'Emile Oustry a fait l'objet d'une restauration complète.

Très remarqué lors des défilés de mode du Salon du Coupé et du Cabriolet, le cabriolet Delage de 1937 appartient à Emile Oustry. "Delagiste" émérite et membre du club Delage, Emile Oustry en est à sa troisième voiture du constructeur de Courbevoie.

La première Delage d'Emile Oustry fut une "caisse carrée" de 1931, suivie par un coupé sans montants carrossé par Letourneur et Marchand, un modèle D6-70 de 1938. Si Emile Oustry désirait faire l'acquisition d'un cabriolet Delage de la fin des années trente, le hasard fit qu'il tomba sur une D6-70 Sport, la sœur de son coupé Letourneur et Marchand. Sortie en 1937, la voiture est animée par un six cylindres de trois litres à transmission par boîte Cotal. Un mystère plane toutefois sur le carrossier qui a réalisé la voiture. Une certitude, il ne s'agit pas d'une Chapron, bien que le style très classique et la ligne dépouillée plaident en faveur de la célèbre maison française. Alors qui ? L'énigme reste à élucider.

DELAGE D6 70 DELAGE D6 70

Les conditions dans lesquelles Emile Oustry a été mis sur la piste de la voiture ne manquent pas de sel ! C'est par la caissière d'un supermarché - où va se nicher la passion des Delage ? - que son épouse a été informée qu'un collectionneur du Loir et Cher était prêt à se défaire de sa Delage. Pour des raisons familiales, ce dernier était contraint de s'en séparer (à regret), mais il ne voulait la céder qu'à un authentique passionné de la marque.

Accompagné de son ami mécanicien qui entretient ses voitures, voici donc Emile Oustry parti, un dimanche matin, à Lamotte-Beuvron, en Sologne, à la découverte de la belle. Pénétrant dans une propriété avec château, pavillons et faisans, il aperçoit la voiture et est immédiatement séduit, " emballé ", comme il dit. Fort de ce coup de cœur, il passe à la phase de l'essai routier : la Delage marche bien, malgré un état de présentation assez médiocre, qui n'a en rien altéré son enthousiasme. L'affaire est donc conclue. Nous sommes alors en 1985.

Son mécanicien conseille toutefois à Emile Oustry d'offrir à la Delage une restauration complète, afin qu'il puisse l'utiliser en toute sérénité. Le chantier s'étalera sur une durée de six ans, le travail étant réalisé par son mécanicien, un homme aux multiples talents qui sait (presque) tout faire et par un spécialiste italien pour la carrosserie et la peinture.

Depuis 1991, Emile Oustry a parcouru 35 000 kilomètres, essentiellement lors de sorties de clubs, ainsi qu'en participant à des rallyes, notamment l'Alpes Rétro, une épreuve qu'il affectionne particulièrement. " C'est une voiture très plaisante à conduire, dont j'apprécie beaucoup l'agrément de la boîte Cotal ", souligne Emile Oustry dans un sourire qui en dit long sur les sentiments qu'il porte à sa Delage.

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de bérenger
bérenger a dit le 16-01-2017 à 13:46
Bonjour monsieur Suite à votre courrier,. Je compte acquérir un cabriolet Delage ..!!! Votre voiture ne serai t,elle pas d,une carrosserie anglaise !!! Elle aurait pu être, recarrossee,par un' indépendant ...!!! Suite à une voiture accidentée, ..! Avec le listing du club, vous n,avez pas pu savoir,... ? Mr.bérard Cordialement
avatar de Hirminte
Hirminte a dit le 22-04-2015 à 15:49
J'ai conduit un coupé DELAGE D6 70 qui appartenait à mon père à Annemasse de 1945 à l'automne 52. Il aurait été revendu à un agriculteur des environs de Bellegarde et signalé dans la presse spécialisée d'Annecy. Comment en retrouver la trace ? Merci
avatar de maxim hertz
maxim hertz a dit le 08-04-2012 à 14:11
Delage, Delahaye, Salmson,Bugatti, Facel Véga,Voisin,Hispano.....dire qu'en France nous avions de formidables voitures de prestige, des constructeurs audacieux, des stylistes hors pairs, des motoristes renommés, des artisans et carrossiers de haute volée ! tout ça est parti loin, loin....nous ne sommes même plus foutus de fabriquer des hauts de gammes qui donnent envie ! comme c'est dommage, gâcher un tel patrimoine ... cette belle Delage D6 ne serait elle pas carrossée par Guilloré ?