Salon de Detroit 2007

CADILLAC CTS

Vincent Desmonts le 15/01/2007

Fer de lance de la gamme aux USA, boudée en Europe, la Cadillac CTS fait peau neuve en réaffirmant ses origines.

Aux Etats-Unis, la Cadillac CTS est le fer de lance de la gamme, un incontournable sur le marché des berlines haut de gamme. Autant dire que son remplacement par cette nouvelle génération est un événement capital.

En Europe, en revanche, la CTS mène une carrière des plus discrètes. Pour donner un ordre d'idées, les concessionnaires Cadillac de France n'en ont écoulé en tout et pour tout au cours de l'année 2005 que... 31 unités !
L'exotisme de sa ligne n'explique pas tout, puisque Chrysler a vendu 350 exemplaires de sa 300C dans le même temps. Non, la raison de cette désaffection réside ailleurs... sous le capot !

CADILLAC CTS CADILLAC CTS

Car si la Chrysler offre un V6 diesel d'origine Mercedes, la Cadillac CTS ne proposait jusqu'alors que deux gloutons V6 essence. Dès lors, impossible de rivaliser sur un segment où le diesel représente une part écrasante des ventes !

Malheureusement, autant le dire tout de suite : la nouvelle CTS présentée à Detroit ne corrige en rien cet oubli. Elle continue de se draper dans sa bannière étoilée, regardant d'un air condescendant ce marché européen si friand du carburant des poids-lourds !

Américaine, la Cadillac CTS l'est jusqu'au bout des pneus. Son immense calandre évoque le concept Sixteen présenté par la marque en 2003, et contribue à construire une face avant de brute épaisse ! La précédente CTS, qui avait introduit un style fait d'angles et de lignes droites, paraît fade en comparaison...

Basée sur des voies élargies, la Cadillac CTS gagne en prestance. Les flancs très dépouillés sont visuellement soutenus par les imposants passages de roues, donnant un profil musclé. Un caractère accentué par la découpe des vitres latérales arrière, à la surface très réduite, façon coupé. La malle est quant à elle réduite à sa plus simple expression, constituant une partie arrière très râblée. La nouvelle CTS est d'ailleurs 6 cm plus courte que sa devancière.

A l'intérieur, changement de décor : si la CTS a des allures d'engin belliqueux à l'extérieur, son habitacle s'habille de bois, de cuir et de chromes. Par rapport à l'ancienne génération, la qualité perçue fait un bond en avant. Les contours rigides de la précédente planche de bord et ses plastiques de médiocre qualité ne sont plus que des mauvais souvenirs. Les parties supérieures de la planche de bord et des contreportes s'habillent même de cuir ! Pour le reste, la présentation s'inspire clairement de la production japonaise haut de gamme, qui a le vent en poupe Outre-Atlantique.

En matière d'équipement, la Cadillac CTS met le paquet : outre le désormais courant connecteur pour iPod, on y trouve des phares au xénon directionnels, un système d'accès et de démarrage sans clé, un système audio Bose 5.1, un système de navigation stockant ses données sur un DVD ou encore des sièges ventilés.

Côté technique, si les V6 2.8 (210 ch) et 3.6 (258 ch) que nous connaissons déjà sont reconduits, une version à injection directe du second bloc fait son apparition, avec une puissance de 300 ch. Une nouvelle boîte automatique à six rapports pourra être accouplée avec ces moteurs. Par ailleurs, si la CTS reste une propulsion, elle pourra désormais recevoir une transmission intégrale. Mais ces versions à quatre roues motrices pourraient bien ne jamais traverser l'Atlantique... La Cadillac CTS arrivera sur nos marchés à l'automne 2007.

Avis des propriétaires

Commentaires