Salon de Detroit 2003

Compte rendu

Jean-François Destin le 01/01/2003

Le Salon de Detroit, premier rendez-vous de l'année devenu majeur au fil des années, semble avoir la gueule de bois en 2003.

Devenu majeur au fil des années en raison de l'intérêt croissant des constructeurs européens et japonais pour ce premier rendez-vous de l'année, le Salon de Détroit 2003 semble avoir la gueule de bois. La période de fêtes n'a pas suffi à faire oublier un exercice 2002 plus que morose alors que les analystes financiers annoncent un recul des ventes d'automobiles aux USA de près de 5% cette année. Les 16 millions d'immatriculations attendues en 2003 dépendant en plus d'un contexte politique et économique avec lequel il faudra composer mois après mois, surtout période de conflit avec l'Irak.

Compte rendu Compte rendu

Si les responsables de General Motors, Ford et Chrysler ont maîtrisé l'après 11 septembre 2001 en multipliant les promotions, les remises et les facilités de paiements tout au long de l'année 2002, il est clair qu'il va falloir bien vite réaménager les tarifs pour retrouver des seuils de rentabilité cohérents. A cela s'ajoute l'agressivité des marques étrangères qui ont réussi pour la première fois à s'octroyer un quart de ce gigantesque marché. Cette part du gâteau avalée, surtout par les Japonais mais aussi par les Allemands, démontre à l'envi que les marques US ont manqué d'audace voire de créativité au moment de renouveler leurs gammes.

Ce constat explique peut-être le sursaut des " Big Three " à Detroit et la myriade de nouveautés que les visiteurs du NAIAS (North American International Auto Show) découvrent en ce début janvier sous les voûtes du Cobo Hall. Autrefois salon régional dédié à la gloire de la seule belle américaine aux chromes rutilants, l'exposition du Michigan sert désormais de plate-forme de lancement aux marques élitistes européennes et en particulier à Mercedes et BMW auxquelles s'ajoute cette année Rolls-Royce passée depuis le 1er janvier sous la houlette du constructeur bavarois.

Aux côtés des 60 nouveautés américaines destinées pour la plupart au seul marché US, DaimlerChrysler ne vient plus à Détroit pour faire de la figuration. C'est ainsi que le SL 600 y est exposé en première mondiale. Equipé d'un V12 bi-turbo développant 500 chevaux, ce coupé/cabriolet Mercedes de très haut de gamme se conjugue au superlatif avec un énorme couple de 800 Nm et une vitesse de pointe bridée électroniquement à 250 km/h. On en oublierait presque de signaler l'apparition du superbe nouveau break Classe E dont la commercialisation en France fut prévue en mars 2003.

Chez BMW, on cultive le paradoxe. La firme de Munich a choisi Détroit pour dévoiler le petit frère du X5 alors que le X3 ne sera pas construit comme son aîné aux Etats Unis, mais en Autriche chez Steyr-Puch. Il devrait être disponible en France en novembre.

Le plus gros marché Rolls restant les Etats Unis, BMW n'a pas manqué d'exposer la toute nouvelle Phantom. On notera au passage la patte stylistique de Chris Bangle, le couvercle de malle rappelant celui de la dernière berline Serie 7.

Heureux propriétaire de la célèbre marque britannique, Ford aussi a donné dans le spectaculaire en montrant la baby Aston Martin. L'AMV8 Vantage présentée également comme une étude de style préfigure assez précisément la petite Aston programmée en 2005.

Enfin Audi très prisée en Amérique a baptisé " Pikes Peak " son SUV concept-car pour rappeler les trois victoires obtenues entre 85 et 87 par une Audi Quattro dans cette fameuse course de côte du Colorado.

La seule voiture française présente aux NAIAS était la Fetish de Venturi sur le stand Michelin dans le cadre du " Michelin Challenge Design ". L'aventure continue donc pour le récent repreneur méditerranéen de la marque nationale mais pour combien de temps ?

Mais à Détroit, la fête est orchestrée par les présentations successives de modèles US inédits. Parmi eux les Cadillac SRX 4X4 et berline Sixteen Concept, la Ford Mustang Concept et la Chevrolet SS.

Compte rendu Compte rendu

Avis des propriétaires

Commentaires