Rétromobile 2002

Compte rendu

Gilles Bonnafous le 10/02/2002

Fiat France présentait sept voitures à Rétromobile, dont deux monoplaces Alfa Romeo, la Tipo 512 et l'Alfetta 159, qui comptent parmi les plus belles pièces du musée d'Arese.

Qui dit compétition dit évidemment Alfa Romeo. La marque milanaise présentait trois voitures, qui partageaient le stand de Fiat France avec deux Fiat et deux Lancia.

Le musée Alfa Romeo d'Arese avait envoyé à la Porte de Versailles deux magnifiques monoplaces, qui comptent parmi les plus belles pièces de sa collection : l'extraordinaire Tipo 512 de 1940, à moteur 12 cylindres en position centrale arrière, et la Tipo 159 Alfetta, championne du monde de Formule 1 avec Juan Manuel Fangio en 1951. L'exposition était complétée par un coupé Giulia GTA de course à l'histoire française, que Jean Rolland pilota avec succès en 1967. Nous reviendrons sur ces voitures de légende dans le cadre de la Saga Alfa Romeo, dont vous découvrirez la seconde partie sur Motorlegend après Rétromobile.

Lancia était représentée par une belle Aprilia de 1936, ainsi que par une Aurelia America en état d'origine et vendue en France par Chardonnet. Choc des styles et des époques chez Fiat, avec un spider Dino 2000 côtoyant une 509 SM " Spinto Monza " de 1925.

Compte rendu Compte rendu

ALFA ROMEO TIPO 512
Conçue en vue de la formule 1500 cm3 avec compresseur, la monoplace Tipo 512 est l'œuvre de Wilfredo Ricart - avant que ce dernier ne rentre en Espagne pour créer la Pegaso Z 102. Il la mit en chantier en 1939 avec la collaboration de Gioacchino Colombo. Cette magnifique machine fait appel à des solutions d'avant-garde, comme le moteur douze cylindres boxer placé en position centrale arrière, une technique inspirée des Auto Union des années trente dues à Ferdinand Porsche. Suralimentée par deux compresseurs, cette mécanique (2 groupes de 6 cylindres opposés) en alliage léger à quatre arbres à cames en tête développe 335 ch à 8600 tr/mn (300 km/h). La transmission est confiée à une boîte de vitesses à 5 rapports. Deux exemplaires furent construits en 1940 et 1941. Mais la Seconde Guerre mondiale empêcha le développement de la voiture qui ne courut jamais.

ALFA ROMEO TIPO 159 ALFETTA
Evolution de la 158, l'Alfetta 159 se distingue extérieurement de sa devancière, qui remporta en 1950 le premier Championnat du monde de Formule 1 avec Nino Farina, par quelques détails (grilles latérales et poupe). Sur le plan technique, la voiture a par contre nettement évolué : suspension arrière, transmission, freins et surtout le moteur (8 cylindres en ligne de 1,5 litre à deux compresseurs), qui développe maintenant 425 ch à 9300 tr/mn - contre 350 ch à la 158. La vitesse dépasse les 300 km/h, la voiture ayant même été chronométrée au Grand Prix de Pescara à 320 km/h. Au terme de la saison 1951, au cours de laquelle il s'affronta aux Ferrari 4500 atmosphériques, Juan Manuel Fangio conduisit la Tipo 159 au titre mondial, remportant quatre Grands Prix (Berne, Reims, Bari et Barcelone). Belle manière pour Alfa Romeo de tirer sa révérence, la marque se retirant de la Formule 1 à la veille du changement de réglementation.

GIULIA SPRINT GTA CORSA
Version allégée de la Giulia 1600 Sprint GT, la GTA est développée en 1965 pour courir en catégorie Tourisme Groupe 2. Elle sera construite à 500 exemplaires. Préparée par Autodelta, la GTA de course atteint la puissance de 170 ch à 7500 tr/mn (220 km/h) contre 115 ch à la version commercialisée. La voiture se constituera un remarquable palmarès, s'adjugeant le Challenge Européen des voitures de Tourisme à trois reprises et le Championnat d'Europe de la montagne en 1967. Equipées d'un moteur suralimenté par deux compresseurs, dont la puissance atteindra 220 ch, une dizaine de voitures courront en Groupe 5 en 1967 et 1968 (version GTA-SA).

Au volant de la GTA Corsa, Jean Rolland fut sacré champion de France 1966 de la catégorie Tourisme et Spéciale. Rolland n'en était pas à son coup d'essai, ayant déjà remporté un premier titre national en 1964, cette fois en catégorie Grand Tourisme, sur une Giulia Tubolare. La voiture exposée à Rétromobile était celle qui gagna la Ronde Cévenole en 1967 (Jean Rolland étant associé à J.C. Gamet).

LANCIA AURELIA AMERICA
Grand classique italien lancé en 1955, la Lancia Aurelia B 24 S, plus connue sous son surnom America, est l'un des chefs-d'œuvre de Pinin Farina. N'ayant connu que deux propriétaires, la voiture exposée se présentait dans son état (et son immatriculation) d'origine - un privilège exceptionnel. Vendue en France par le réseau Chardonnet, qui à l'époque importait la marque Lancia dans l'hexagone, cette Aurelia B 24 est dotée de son élégant hard-top, également signé Pinin Farina.

LANCIA APRILIA ARDENNES (1936)
Très représentative de l'esprit Lancia, l'Aprilia est un milieu de gamme traité comme une voiture de luxe. Les raffinements techniques ne manquent pas : carrosserie autoportante au milieu des années trente, moteur V4 de 1352 cm3, carrosserie sans montants, tous éléments qui témoignent aussi de la qualité de la construction. Version française de l'Aprilia, la Lancia " Ardennes " tire son nom de son moteur, qui était fondu dans les Ardennes.

FIAT DINO 2000
Le spider Fiat Dino exposé est la première version de deux litres du modèle.

FIAT 509 SM
Cette Fiat 509 SM " Spinto Monza " de 1925 est motorisée par un quatre cylindres d'un litre à un ACT développant 30 ch (90 km/h). La carrosserie a été reconstruite sur un châssis et une mécanique d'origine. La voiture appartient à un membre du Club Fiat France de nationalité belge.

Avis des propriétaires

Commentaires