Rétromobile 2002

Compte rendu

Gilles Bonnafous le 10/02/2002

Consacré à la compétition, le stand BMW permettait de découvrir un coupé 3.0 CSL de course, six fois champion d'Europe des voitures de Tourisme, et une 2002 Turbo Schnitzer de près de 400 ch.

Consacré à la compétition, le stand BMW permettait de découvrir un coupé 3.0 CSL de course, un modèle six fois champion d'Europe des voitures de Tourisme, et une 2002 Turbo Schnitzer de près de 400 ch. Mais BMW est aussi un grand constructeur de motos. Aussi, la firme de Munich exposait-elle une R 90 S de compétition victorieuse en 1976 du Tourist Trophy avec Helmut Dähne.

La génération des coupés haut de gamme BMW naît en 1965 avec les 2000 C et 2000 CS. Dotées d'une ligne très élégante et pleine de caractère, ces voitures se placent d'emblée comme une référence européenne dans leur catégorie. Toutefois, leur quatre cylindres de deux litres à deux carburateurs limitent leur puissance (100 ch et 120 ch pour la CS, ainsi que leur couple (16 mkg pour la C et 17 mkg pour la CS).

Compte rendu Compte rendu

Trois ans plus tard est lancé le coupé 2800 CS, dont la face avant remaniée perd ses yeux de chat. Surtout, la voiture reçoit le six cylindres qui équipe également la berline 2800. Avec 170 ch et 23,8 mkg de couple, le ramage est maintenant à la mesure du plumage. Présentée en avril 1971, la 3.0 CS apparaît comme une évolution du modèle précédent. La puissance, de 180 ch sur le six cylindres à deux carburateurs Zenith, fait un bond en septembre de la même année grâce à l'adoption de l'injection Bosch (200 ch) : c'est la 3.0 CSI - dont la cylindrée sera légèrement augmentée en 1972 (3003 cm3). Ces deux voitures, qui comptent parmi les BMW modernes les plus attachantes, poursuivront une brillante carrière jusqu'en 1975, où elles s'effacent devant la nouvelle Série 6, dont la 630 CS est équipée du même moteur de 3 litres. En dix ans, BMW aura vendu près de 45 000 coupés de cette génération, du 2000 C au 3.0 CSI.

Dérivée de la 3.0 CS, la 3.0 CSL se présente comme une version allégée du luxueux coupé. Dotée du moteur à carburateurs, la voiture est développée pour prendre part aux épreuves des Groupes 1 et 2, à une époque où celles-ci étaient dominées par les Ford Capri. Il fallait donc en produire 1000 exemplaires pour obtenir l'homologation en Groupe 2. Grâce à des ouvrants en aluminium et à des vitres en matériau synthétique, ainsi qu'à une isolation et un équipement intérieur simplifiés, le gain de poids se monte à 130 kilos par rapport à la 3.0 CS.

En 1973, BMW Motorsport lance une évolution de la 3.0 CSL, dont la cylindrée passe à 3153 cm3. Parallèlement, le moteur est doté de l'injection Bosch de la 3.0 CSI. La puissance atteint alors 206 ch, avec un couple en forte progression de 29,2 mkg à 4200 tr/mn. Dépassant les 220 km/h, la voiture abat le 0 à 100 km/h en sept secondes. Elle est aisément reconnaissable à son spoiler avant en plastique, d'autant que l'acquéreur peut équiper sa machine d'un spoiler de toit en forme d'étrier et d'un imposant aileron arrière. De 1971 à 1975, BMW construira 1039 exemplaires de son coupé 3.0 CSL.

Engagée en compétition par l'usine et des écuries privées, la 3.0 CSL remportera de nombreuses courses en Allemagne et en Europe. Son palmarès éloquent ne comprend pas moins de six titres de champion d'Europe de Tourisme de 1973 jusqu'en 1979, soit plusieurs années après le retrait du modèle. La puissance des versions de compétition atteindra 370 ch (avec la cylindrée portée à 3,5 litres) et la vitesse 270 km/h. Parmi les pilotes qui se sont illustrés au volant de la 3.0 CSL, citons Hans Stuck, Chris Amon, Dieter Quester, Toine Hezemans, Niki Lauda et Ronnie Peterson.

Apothéose de la série des BMW 02, la 2002 Turbo apparaît en 1973. Son quatre cylindres de deux litres boosté par l'injection Kugelfischer et un turbo KKK lui offre 170 ch et une vitesse de 210 km/h. Ces performances exceptionnelles pour un modèle de sa catégorie font de la 2002 Turbo l'une des berlines européennes les plus performantes. En compétition, elle fera le bonheur des préparateurs, dont Herbert Schnitzer, qui développera une version atteignant près de 400 ch à 9500 tr/mn. Compte tenu de la suralimentation, la cylindrée du moteur était ramenée à 1,4 litre - mais la culasse recevait quatre soupapes par cylindre. Très impressionnante avec ses voies élargies ainsi que ses énormes spoilers et ailerons, cette voiture était capable d'une vitesse de l'ordre de 270 km/h. Elle remporta le championnat d'Allemagne avec Harald Ertl.

Compte rendu Compte rendu

Avis des propriétaires

Commentaires