Saga Simca

Il y a 70 ans, les premières Simca sortaient de l’usine de Nanterre. La remarquable réussite de la marque sera aussi celle de son créateur, Henri Pigozzi.

sommaire :

SIMCA Océane et Plein Ciel

Gilles Bonnafous le 08/04/2005

Partagez

réagir

« Je vends mes voitures aux plus jolies femmes de Paris », se flattait Henri Pigozzi. Ce marketing galant visait particulièrement les modèles d’agrément au design élégant que sont le cabriolet Océane et le coupé Plein Ciel. Prioritairement destinés à la clientèle féminine, ils occupèrent une place de choix dans l’exposition « La femme et sa voiture » organisée aux Galeries Lafayette et inaugurée par Pigozzi lui-même. Ce fut la première du genre et elle eut un retentissement certain, en particulier dans la presse féminine.
Prototype Plein Ciel
Prototype Plein Ciel D.R.
Henri Pigozzi et le prototype Plein Ciel
Henri Pigozzi et le prototype Plein Ciel D.R.
Simca confia également la promotion de ses cabriolet et coupé à quelques célébrités masculines, dont Alphonse Halimi, champion du monde de boxe, qui, photographié dans une revue, déclarait au volant d’une Océane : « Cette voiture me plaît, elle a du punch ! ». Mais là, c’était solliciter beaucoup le talent de la voiture, dont la sportivité n’est pas la qualité première…

Dévoilés au salon de Paris 1956, le cabriolet Océane et le coupé Plein Ciel — curieux nom pour un coupé… qui aurait mieux convenu au cabriolet ! — sont les héritiers du Coupé de Ville apparu en 1954 et du cabriolet Week-End lancé l’année suivante. Construits comme ces derniers par Facel, ils seront produits sur une période à cheval sur la carrière de l’Aronde et de la P60.
Prototype Océane
Prototype Océane D.R.
Océane
Océane D.R.

Océane et Plein Ciel marquent une forte rupture dans la généalogie des coupés et cabriolets Simca. Après le style italien des deux premières générations, ils font place au design américain. S’il correspond à la mode du temps, ce changement de cap reflète sans doute la fascination qu’exerçait l’Amérique sur Henri Pigozzi. En témoignent les Aronde Grand Large et leurs luxueux dérivés, des berlines deux portes sans montants à la manière des coupés « hardtop » d’outre-Atlantique, la Vedette Marly, premier break français à l’américaine, et les livrées bicolores aux teintes éclatantes de même inspiration, toutes « voitures pimpantes » comme les qualifiait lui-même le fondateur de la marque.
Cabriolet Océane, 1957
Cabriolet Océane, 1957 D.R.
Cabriolet Océane, 1957
Cabriolet Océane, 1957 D.R.
A l’image de l’Auto Union 1000 SP pour l’Allemagne, l’Océane, c’est une petite Thunderbird à la française. Sa ligne allongée et tendue lorgne clairement vers Dearborn, comme sa calandre grillagée en aluminium poli. On ajoutera les ailerons, timides mais bien là, les visières de phares et les clignotants encastrés dans les ailes avant. Précisons que le dessin de la calandre a été modifié au dernier moment avant la présentation des voitures. A la veille de l’ouverture du salon, elle comportait un aubage peint dans la couleur de la carrosserie.

Mais le trait le plus spectaculaire de ce tropisme américain est l’immense et disproportionné pare-brise panoramique, déjà monté sur les Facel Vega. Simca vante « la luminosité exceptionnelle » de ce « pare-brise grand angle qui dégage une vision totale comparable à celle que l’on trouve dans le cockpit des avions modernes ». La réalité est tout autre. Comble du paradoxe, il pénalise plutôt la visibilité à cause de son cintrage très prononcé, source de déformations latérales de la vision. Et c’est pire par temps de pluie, les essuie-glaces ne pouvant naturellement balayer les replis latéraux. Ajoutons encore que ce pare-brise mange les portières, rendant l’accessibilité à la voiture acrobatique — sur le coupé Plein Ciel, 58 centimètres seulement séparent les montants de la vitre arrière fixe.
Coupé Plein Ciel, 1957
Coupé Plein Ciel, 1957 D.R.
Coupé Plein Ciel, 1957
Coupé Plein Ciel, 1957 D.R.

L’Océane et la Plein Ciel sont d’abord équipées du 1300 cm3 Flash Spécial de l’Aronde Montlhéry à la puissance de 57 ch. Il s’agit encore du groupe à trois paliers. Le nouveau quatre cylindres à cinq paliers de la P60 arrive à la fin 1960 sous la forme du Rush Super (62 ch à 5200 tr/mn). Il s’effacera bientôt au profit du Super M (70 ch à 5900 tr/mn), qui motorisera les voitures jusqu’au terme de leur carrière. Ainsi gréées, elles parcourent le kilomètre départ arrêté en 42 secondes et dépassent les 140 km/h. Des performances proches de celles du cabriolet 403 de 1,5 litre, mais qui ne suffisent pas à en faire des modèles sportifs.
Plein Ciel, 1959
Plein Ciel, 1959 D.R.
Intérieur de l'Océane
Intérieur de l'Océane D.R.
En octobre 1958, les Océane et Plein Ciel subissent un léger lifting sous la forme d’une calandre élargie et de pare-chocs relevés à l'image de la Thunderbird 1957. On note également quelques retouches affectant les feux arrière et le pavillon du coupé, relevé et à la lunette agrandie. Un an plus tard, afin de réduire un prix de vente très excessif, Simca présente les versions « S » à la finition simplifiée. Elles sont notamment identifiables à leurs pièces de carrosserie empruntées à la P60 (pare-chocs droits, clignotants, feux arrière, etc.). La sellerie abandonne également le cuir pour le simili. Mais le niveau de finition précédent se maintient sous l’appellation de Grand Carrossier. Il disparaîtra l’année suivante.

Cette évolution destinée à stimuler les ventes, demeurées à un faible niveau, sent la fin de règne. Ce sera peine perdue face à la rude concurrence de la Floride. L’Océane et la Plein Ciel tireront leur révérence en juillet 1962 pour céder la place au coupé dérivé de la Simca 1000.
Océane, 1961
Océane, 1961 D.R.
Océane, 1962
Océane, 1962 D.R.
article précédent SIMCA Coupés Bertone 1000 et 1200 S

Page précédente
SIMCA Coupés Bertone 1000 et 1200 S

article suivant SIMCA Présidence

Page suivante
SIMCA Présidence

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de LUIGI 69
LUIGI 69 a dit le 27-02-2017 à 23:40
J'avais une vingtaine d'années, j'ai possédé une"Coupé de ville" crême à toit noir,intérieur velours côtelé whisky (occasion 1953). La carrosserie AV (masque) était en aluminium et les réparations en cas de sinistre ne pouvaient être réalisées que par un tôlier- formeur! LUIGI 69
avatar de Richardmand
Richardmand a dit le 23-12-2016 à 14:58
Tengo un Simca plein ciel es muy confortable y te da libertad al conducirlo,al sentir el viento rozar el rostro,se comporta muy bien mecánicamente....maravilloso.
avatar de luka
luka a dit le 29-07-2016 à 14:58
J'ai possédé une Plein-ciel 1956, ou 1957 je ne sais plus vraiment! enfin le premier modèle,avec le volant à branches et la calandre la plus fine.Elle était rouge,et je laissais à ce moment là une large part de mes maigres ressources dans ma voiture. (je trouve les premiers modèles bien plus élégants ) Oui , sur la mienne, le châssis était déjà en assez mauvais état. Je ne sais ZORROLOUIS,si elle casse en deux comme c'est parfois le cas sur les Florides et Caravelles. L'Océane est peut-être plus sensible que la Plein-ciel, du fait que c'est un cabriolet. Je me souviens d'une voiture assez robuste, bien que le pont ronronne sur certaines. La première est lente, et il ne faut pas se fier à l'allure légèrement sportive, c'est bien une mécanique qu'il faut conduire "pépère". (7 cv pour 1300 cm² de l'époque) Prudence avant l'achat, mais je pense que c'est maintenant une valeur sûre, si vous ne la payez pas au dessus de sa côte. Il est assez peu courant d'en trouver sur le marché !
avatar de ZORROLOUIS
ZORROLOUIS a dit le 11-05-2014 à 16:34
J'ai possèdé 2 simca océane ; je suis un inconditionnel de la ligne ,elle représente parfaitement les années 60 .Sur le plan du comportement seul est à rechercher le plaisir de rouler dans un cabriolet.Pour le reste il convient de l'utiliser avec parcimonie , et surtout de la garder au sec ; le chassis est extrêmement sensible à la corrosion et susceptible de se plier au droit du pare brise sans qu 'aucun remède puisse etre apporté .il en est de meme de la traverse supportant le train avant. bien faire attention avant d'acheter .
avatar de roxrobby
roxrobby a dit le 30-08-2012 à 18:30
S comme Simplifiée...Quelle erreur de marketing !!!