Saga Simca

Il y a 70 ans, les premières Simca sortaient de l’usine de Nanterre. La remarquable réussite de la marque sera aussi celle de son créateur, Henri Pigozzi.

sommaire :

SIMCA Coupés Bertone 1000 et 1200 S

Gilles Bonnafous le 13/04/2005

Partagez

réagir

Présentée en septembre 1961, la Simca 1000 se voit chargée du bain de jouvence nécessaire au catalogue de la firme de Poissy. Jolie et nerveuse, d'une ligne sobre et moderne, elle sera bien accueillie et s'acquittera de sa mission avec talent. Quant au coupé qui en dérive, il aura pour mission d’élargir la clientèle de la Plein Ciel en apportant une réplique à la Floride, dont la ligne superbe, sinon les performances, vaut au modèle de la Régie Renault une belle popularité.

Dessiné par Bertone et présenté au salon de Genève 1962, le coupé 1000, remarquable de finesse et d'homogénéité, affiche une élégance raffinée. D'où un look quelque peu féminin, qui lui sera reproché. La face avant très dépouillée est dominée par des phares imposants, alors que le dessin très réussi du pavillon apparaît proche de celui de la NSU Prinz Sport (également due à Bertone).
Le coupé 1000 au salon de Genève 1962
Le coupé 1000 au salon de Genève 1962 D.R.
Simca 1000 S Bertone, 1964
Simca 1000 S Bertone, 1964 D.R.
Le moteur à cinq paliers, emprunté à la berline, voit sa puissance portée à 40 ch DIN (au lieu de 34 ch). La voiture peut ainsi atteindre le seuil des 140 km/h. Elle est de plus équipée de quatre freins à disques Bendix. Mais il ne s'agit pas pour autant d'une voiture de sport, sa vraie nature étant plutôt celle d'une Simca 1000 habillée en coupé par un couturier de talent. Et sa tenue de route n’est pas exempte de critiques.

Un design insuffisamment agressif conjugué à des performances modestes explique le peu de succès de la voiture et les espoirs déçus de la marque. Qui a sans doute raté le coche en se contentant de monter le moteur de la berline à peine retouché. Simca revoit donc sa copie pour faire du coupé 1000 un modèle doté d’un réel tempérament sportif.
Simca coupé 1000 Bertone
Simca coupé 1000 Bertone D.R.
SIMCA
D.R.

Baptisée 1200 S, la nouveau-née est présentée en juin 1967. Son nouveau tempérament doit être clairement visible. Il se traduira donc dans son look, qui devra la rendre plus mâle. Simca et Bertone ont surchargé la face avant d'attributs suggérant la puissance à l'image des quatre phares : des projecteurs de fort diamètre et des phares à iode prennent place dans la grille de calandre abritée par un nez de requin. De larges sorties d'air sont égalment disposées sur le capot pour cause de radiateur placé à l'avant — afin de répondre aux nouveaux besoins de refroidissement du moteur.
Simca 1200 S Bertone, 1968
Simca 1200 S Bertone, 1968 D.R.
Simca 1200 S Bertone
Simca 1200 S Bertone D.R.
Ainsi parée, la 1200 S fait forte impression. Mais elle perd aussi la pureté originelle du coupé 1000. Paradoxe pour un modèle à moteur arrière, la poupe, qui a gardé sa finesse, apparaît d'une étonnante discrétion, d'où un certain déséquilibre entre les parties antérieure et postérieure de la voiture. On note la présence sur le capot d'un logo Simca sur fond de drapeau à damier, ainsi que de feux de recul circulaires qui permettent d'identifier aisément la 1200 S de l'arrière.

Extrapolé du 944 cm3, le nouveau moteur de 1204 cm3 délivre 80 ch DIN à 6000 tr/mn, soit pas moins du double de la puissance du coupé 1000 ! C'est dire si la voiture a du cœur et si sa personnalité a changé. Gavé par deux carburateurs double corps Solex de 35 millimètres, le quatre cylindres super carré voit son taux de compression monter à 10,25 à 1 et son couple passer à 10,5 mkg.
Simca 1200 S Bertone
Simca 1200 S Bertone D.R.
SIMCA
G. Bonnafous

Pour faire face à l’amélioration des performances, la suspension a été renforcée. Elle reçoit une barre stabilisatrice à l'avant, tandis que le ressort à lames transversal inférieur est fixé en son milieu sur une traverse en tôle emboutie. A l'arrière, le carrossage négatif a été nettement accentué. Bien que la 1200 S accuse cent kilos de plus que le coupé 1000, elle bénéficie d'une meilleure répartition des masses (350 kilos à l'avant et 540 kilos à l'arrière).
Simca 1200 S Bertone
Simca 1200 S Bertone G.Bonnafous
Simca 1200 S Bertone
Simca 1200 S Bertone G.Bonnafous
Quelques améliorations seront apportées au cours de l'évolution du modèle, dont la direction à crémaillère (en 1969) apparaît la plus importante. Un servofrein et des sièges inclinables complèteront l'équipement, alors que des jantes en alliage figureront en option. Le moteur gagnera également cinq chevaux grâce à une culasse et à des échappements modifiés, permettant à la voiture d'accrocher les 175 km/h, une performance remarquable au regard de sa cylindrée. Les accélérations ne seront pas en reste avec un temps de 34 secondes au kilomètre départ arrêté. L'Alfa Romeo 1300 est alors battue (comme la MGB GT et ses 1800 cm3), tandis que la Triumph GT 6 est égalée, non obstant ses deux litres de cylindrée…

Sacrifiée à la nouvelle stratégie liée à l'accord passé avec Matra, la 1200 S sera retirée par Chrysler en 1971. Elle était le premier et le dernier coupé sportif Simca…
Simca 1200 S Bertone
Simca 1200 S Bertone D.R.
article précédent SIMCA Aronde P60

Page précédente
SIMCA Aronde P60

article suivant SIMCA Océane et Plein Ciel

Page suivante
SIMCA Océane et Plein Ciel

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de draner5
draner5 a dit le 25-09-2013 à 19:22
de toutes les voitures que j'ai possedées, depuis l'ami6 en passant par opel fiat abbarth, audi, mercedes, c'est ce petit coupé qui me laisse les meilleurs souvenirs.Si on me donnait le choix pour ma derniere voiture, c'est, sans conteste ce coupé que je choisirai.
avatar de vieuxmodèle
vieuxmodèle a dit le 07-11-2011 à 14:57
Il aurai fallut; une fois de plus, que le GROS respect la personnalité du petit! en automobile (Panhard,Talbot & combien d'autres dans d'autre branches: cherchez dons un moteur Bernard en matière de motoculture!
avatar de Narbé
Narbé a dit le 18-11-2008 à 11:46
Très bon article. J'en ai eu 2, les 2 modèles cités et ce fut un réel plaisir. Je n'étais dépassé que pas les Gord en accélération, mais les rattrapais toujours en vitesse de pointe. Et comme les limitations de vitesse à l'époque !... Des moments gigantesques de régals INÉGALÉS à ce jour. J'avais un peu modifié les montes de pneus-jantes(alu) gros à l'arrière, ça la faisait tirer un peu plus long. Malheureusement la caisse était un peu fissurée au niveau des attaches de suspensions AV :o( Mais ce fut une de mes plus agréables voitures. Merci CHRYSLER !