Saga MG

Sur près de 80 ans d’existence, MG a vécu de nombreuses vicissitudes, qui iront même jusqu’à sa disparition provisoire en 1980.

sommaire :

Le Heritage Motor Centre

Gilles Bonnafous le 16/10/2003

Partagez

réagir


Motorlegend.com

Rover 20 HP, 1907 Motorlegend.com
Avec 180 voitures exposées et 100 en réserve, le Heritage Motor Centre est l’un des plus grands musées automobiles britanniques. Sa genèse est la suivante : fondé par Leyland en 1975, le Leyland Historic Vehicles devient British Leyland Heritage Limited quatre ans plus tard. Transformé en fondation en 1983, il prend le nom de British Motor Industry Heritage Trust pour rassembler et préserver les voitures des marques dont le groupe Rover est l’héritier. La fondation possède ainsi la plus vaste collection de véhicules britanniques, sans parler d’un exceptionnel fonds d’archives, l’un des plus importants au monde (documents historiques, livres, photographies, films). Installé à Gaydon, le musée, baptisé Heritage Motor Centre, a ouvert en 1993. Il offre un formidable panorama de l’industrie automobile britannique sur plus d’un siècle.

Le musée appartient aujourd’hui à Ford, qui l’a acheté avec Land Rover. Il est singulier que cette exceptionnelle collection de modèles anglais se trouve entre les mains du constructeur américain, dont il est permis de douter qu’il soit très concerné par ce trésor. Sont représentées pratiquement l’ensemble des marques qui, au fils des décennies et des concentrations industrielles, ont été prises dans l’entonnoir qui devait conduire à la disparition de la quasi-totalité des firmes britanniques. Un itinéraire jalonné après la guerre par la création de la BMC en 1952, de BMH en 1966 et de BLMC en 1968, devenue ensuite British Leyland, pour aboutir à la catastrophe finale que l’on connaît.

Leyland Straight Eight de Parry Thomas, 1927 Motorlegend.com

Rover BRM Turbine, 1963 Motorlegend.com
S’agissant de MG, seize voitures anciennes sont exposées, auxquelles sont adjoints quelques modèles récents comme la RV8, la MGF ou la Metro Groupe B. A l’exception de Jaguar et outre MG, toutes les marques sont présentes : Austin, Morris, Leyland, Wolseley, Riley, Rover et Land Rover, Triumph et Austin Healey. Parmi les nombreuses citations possibles, on mentionnera la Rover 20 HP de 1907, première quatre cylindres de la marque, l’impressionnante Leyland Straight Eight construite par Parry Thomas en 1927 (huit cylindres en ligne de 7,2 litres) ou la Rover BRM expérimentale à turbine qui prit part aux 24 Heures du Mans de 1963 (hors classement). Au deuxième degré et pour le « fun », on ne peut résister à l’envie d’évoquer la Standard Vanguard Sportsman de 1957 pour sa ressemblance avec la Moskvitch…

Par ailleurs, une petite exposition temporaire consacrée au design permet d’admirer actuellement une Vauxhall Prince Henry, une magnifique Jaguar SS One traitée dans le style aérodynamique, une Jowett Javelin, le prototype Aston Martin Atom, une voiture unique qui est la seule berline réalisée par la marque, ainsi qu’une DB 4 GT Zagato.

Standard Vanguard Sportsman, 1957 Motorlegend.com

Aston Martin Atom, 1940 Motorlegend.com

MG EX 135 de record, 1938
4 cylindres, 1250 cm3, compresseur Shorrock, 213 ch, 325 km/h
Baptisée « Magic Magnette », l’EX 135 fut d’abord une K3 Magnette de course. Reconstruite en 1937 avec une carrosserie aérodynamique, elle bat divers records en Allemagne aux mains du pilote Goldie Gardner. Elle recevra ensuite plusieurs moteurs. Aujourd’hui, elle est motorisée par le 1250 cm3 suralimenté de la TD, avec lequel elle a atteint 325 km/h sur le Lac Salé en 1952.

MG EX 179 de record, 1954
4 cylindres, 1466 cm3, 84 ch à 6000 tr/mn, 274 km/h
Equipée du moteur de 1466 cm3 de la TF et dotée d’une carrosserie dérivée de l’EX 135, elle bat plusieurs records sur le Lac Salé de Bonneville, dont celui des 10 miles à 247 km/h. En 1956, elle se distingue également avec le 948 cm3 de l’Austin Healey Sprite.

MG EX 135 de record, 1938 Motorlegend.com

MG EX 179 de record, 1954 Motorlegend.com
MG EX 181 de record, 1957
4 cylindres, 1488 cm3, 2 ACT, compresseur Shorrock, 290 ch à 7300 tr/mn, 395 km/h
puis en 1959 : 1506 cm3, 300 ch, 410 km/h
Dernière voiture de record construite à Abingdon, l’EX 181 est aussi la plus rapide. Stirling Moss et Phil Hill la piloteront en 1957 et 1959 sur le Lac Salé respectivement à 395 km/h et 410 km/h.

MG « Old Number One », 1925
4 cylindres à soupapes en tête, 1496 cm3, 38 ch à 3500 tr/mn, 112 km/h
Comme son nom ne l’indique pas, cette voiture n’est pas la première MG. Elle a été construite en mars 1925 pour Cecil Kimber, qui à son volant, s’illustrera dans le Land's End Trial en remportant la médaille d’or. Sa carrosserie est due à Carbodies de Coventry. Elle a reçu une version spéciale à soupapes en tête du moteur latéral de la Morris Bullnose. Après avoir appartenu à divers propriétaires, « Old Number One » a été sauvée de la casse en 1932.

MG EX 181 de record, 1957 Motorlegend.com

MG « Old Number One », 1925 Motorlegend.com


Motorlegend.com

Motorlegend.com
MG 18/80 Mark I, 1931
6 cylindres, ACT, 2468 cm3, 60 ch à 3200 tr/mn, 130 km/h
Présentée au salon de 1928, la 18/80 Mark I constitue un tournant dans l’histoire de la marque. Première six cylindres MG, elle est également la première à recevoir la célèbre calandre de la firme. L’exemplaire exposé est une voiture de compétition dont l’histoire est mal connue. Retrouvée dans les années cinquante, la voiture a été restaurée par MG et dotée d’une mécanique de 18/80 Mk II (boîte à 4 vitesses).

MG PB, 1935
4 cylindres, ACT, 939 cm3, 43 ch à 5500 tr/mn, 120 km/h
En 1934, la PA, qui succède au type J, bénéficie de diverses améliorations dont un vilebrequin à trois paliers. Son 847 cm3 est réalésé à 939 cm3 sur la PB pour donner le meilleur des moteurs Midget, mais aussi, malheureusement, le dernier à arbre à cames en tête. La voiture exposée (châssis 0252) est la première PB construite.

MG SA, 1936 Motorlegend.com

MG YB, 1953 Motorlegend.com
MG SA, 1936
6 cylindres en ligne à soupapes en tête, 2288 cm3, 78 ch à 4200 tr/mn, 135 km/h
La présentation au salon de 1935 d’une luxueuse berline, la SA, rompt avec la tradition MG des voitures de sport. De plus, abandonnant l’arbre à cames en tête, sa mécanique, dérivée de la Wolseley Super Six, est simplement culbutée. Comparable à la Jaguar SS, la SA n’en apparaît pas moins comme une superbe voiture, qui donnera naissance à la VA, au moteur plus modeste (un 4 cylindres de 1,5 litre), ainsi qu’à la WA dotée d’un six cylindres de 2,6 litres et 96 ch (1939).

MG YB, 1953
4 cylindres à soupapes en tête, 1250 cm3, 44 ch à 4800 tr/mn, 114 km/h
Lancée en 1947, la berline YA est la première MG de route à être dotée d’une suspension avant à roues indépendantes et d’une direction à crémaillère. Son châssis constituera la base de la TD, remplaçante de la TC. La YB lui succède en 1951 avec des modifications mineures. L’exemplaire présenté est une voiture d’usine préparée pour les rallyes. Elle a notamment reçu deux carburateurs SU.

MG TF, 1954
4 cylindres à soupapes en tête, 1250 cm3, 57 ch à 5500 tr/mn, 120 km/h
Lifting de la TD hâtivement réalisé en attendant le lancement de la MGA, la TF est mal accueillie lors de sa présentation en 1953. Elle reprend à sa devancière l¹ensemble de son châssis et de sa mécanique (le 1250 cm2 XPAG). Un an avant de disparaître en 1955, elle recevra un 1500 cm3.

MG TF, 1954 Motorlegend.com


MG Magnette ZB, 1958 Motorlegend.com

MGB GT, Limited Edition, 1980 Motorlegend.com
MG Magnette ZB, 1958
4 cylindres à soupapes en tête, 1489 cm3, 68 ch à 5200 tr/mn, 138 km/h
Présentée en octobre 1953, la Magnette ZA est la première MG à carrosserie monocoque, dérivée de la Wolseley 4/44. Elle reçoit le nouveau 1500 cm3 BMC série B d’origine Austin mais équipé de deux carburateurs SU. La ZB, qui lui succède en 1956 avec un moteur plus puissant et quelques retouches cosmétiques, restera en production jusqu’en 1958. La voiture exposée au musée n’a parcouru que 13 500 kilomètres.

MGB GT, Limited Edition, 1980
4 cylindres à soupapes en tête, 1798 cm3, 97 ch à 5500 tr/mn, 168 km/h
Après avoir annoncé l’arrêt de la MGB, les dirigeants de British Leyland, devant l’émotion suscitée par leur décision, lancèrent la réalisation d’une série limitée à 1000 exemplaires (420 roadsters et 580 coupés). Equipées d’une version plus puissante du moteur, les voitures sont reconnaissables à leur peinture particulière et à leurs roues spéciales. La voiture exposée est la toute dernière MGB sortie de l’usine d’Abingdon le 22 octobre 1980.

MG Metro 6R4, 1985 Motorlegend.com

G EXE, concept car, 1985 Motorlegend.com
MG Metro 6R4, 1985
6 cylindres en V, 4 ACT, 24 soupapes, 2991 cm3, 250 ch à 410 ch à 9000 tr/mn, boîte de vitesses à 5 rapports, transmission intégrale Ferguson à visco-coupleur, 250 km/h
Voiture « silhouette » de l’époque des Groupe B, la MG Metro 6R4 est dotée d’un moteur central et d’une transmission intégrale. Construite à 200 exemplaires pour être homologuée, elle arriva trop tard sur la scène des rallyes de championnat du monde et ne possède aucun palmarès international.

G EXE, concept car, 1985
6 cylindres en V, 4 ACT, 24 soupapes, 2991 cm3, 250 ch à 7000 tr/mn, boîte de vitesses à 5 rapports, transmission intégrale Ferguson à visco-coupleur, 270 km/h
Présenté au salon de Francfort en 1985, ce concept car a été réalisé sous la direction de Roy Axe, chef du design Rover. Sa mécanique est dérivée de celle de la MG Metro 6R4. La carrosserie aérodynamique (Cx 0,24) est construite en aluminium avec panneaux de plastique.

MG DR2/PR5, prototype, 1989 Motorlegend.com
MG DR2/PR5, prototype, 1989
Ce prototype témoigne des tentatives, qui apparaissent au sein de Rover pour faire revivre la marque MG à la fin des années 80. Ancien patron du design Rover, Roy Axe a dessiné ce cabriolet en 1989. La voiture est basée sur une TVR, à laquelle elle emprunte son V8 Rover et son intérieur. Le projet n’aboutira pas et c’est la plus modeste MGF qui verra le jour.
article précédent  La renaissance de MG

Page précédente
La renaissance de MG

article suivant  Les MG d'avant-guerre

Page suivante
Les MG d'avant-guerre

Partagez

réagir