Saga Alfa Romeo

Avec la Saga Alfa Romeo, Motorlegend vous propose de visiter la légende d'une firme qui a écrit quelques-unes des plus belles pages de l'histoire de l'automobile et qui a suscité l'attachement de millions de passionnés, fous des Chevaux de feu.

sommaire :

Histoire : L'Âge d'Or des Alfa 6C et 8C

Gilles Bonnafous le 28/01/2002

Partagez

réagir

Pour Alfa Romeo, les années vingt et trente sont synonymes de machines de rêve construites artisanalement et magnifiquement habillées par Touring, Zagato et Pinin Farina. Equipées de six ou de huit cylindres double arbre à culasse en aluminium, ces voitures connaîtront des dérivés sportifs, qui se couvriront de gloire sur tous les circuits du monde comme dans les épreuves routières les plus réputées.

6 C 1500 1927 D.R

6 C 1500 Super Sport 1928 D.R
A la période de la RL, une remarquable voiture créée par Giuseppe Merosi en 1922 et dotée d'un six cylindres de trois litres qui s'illustra en compétition - notamment à la Targa Florio et aux Mille Milles -, succède l'épopée du six cylindres à arbre à cames en tête. Sous la houlette de Vittorio Jano, l'aventure commence en 1927 avec la 6 C 1500, dont le 1,5 litre à un seul arbre à cames en tête signe l'entrée de la firme dans le secteur des moyennes cylindrées. L'année suivante apparaît une version Sport (54 ch), qui reçoit pour la première fois une culasse à deux arbres à cames en tête. Date historique, puisque dès lors, pratiquement toutes les Alfa Romeo (les vraies) seront équipées de cette noble " testa ". La puissance de la 6 C 1500 évoluera jusqu'à 84 ch dans ses versions les plus poussées.

Avec une cylindrée portée à 1752 cm3, naît en 1929 la 6 C 1750. Proposée en version Tourisme à un arbre à cames en tête, elle est également disponible en Sport et Super Sport à culasse double arbre. Dans cette dernière définition, la puissance atteint 85 ch avec l'appoint d'un compresseur et 95 ch en version Testa Fissa. Jusqu'en 1933, de nombreuses variantes seront déclinées de ce modèle, mais les plus belles 6 C 1750 sont certainement la Gran Sport de Touring (la Flying Star) et celle de Zagato, l'une des Alfa Romeo les plus pures et les plus appréciées des Alfistes.

6 C 1750 Super Sport 1929 D.R

6 C 1750 GS 1930 D.R


6 C 2300 Pescara Pinin Farina D.R

6 C 2300 B GT Touring 1934 D.R
6 C 2300

En 1934, le six cylindres est porté à 2309 cm3. Surtout, la 6 C 2300 inaugure une culasse en alliage léger équipée de chambres de combustion hémisphériques. Version de base carrossée chez Alfa Romeo, mais dont le design est largement dû à Castagna, la berline de 68 ch est épaulée d'une Gran Turismo de 76 ch. Suite au triomphe remporté aux 24 Heures de Pescara-Targa Abruzzo (trois premières places) par une version de course de la 6 C 2300, Alfa Romeo décide de commercialiser une petite série de soixante exemplaires de la voiture victorieuse : c'est la Pescara, dont le six cylindres, doté de deux carburateurs et d'un taux de compression de 7,8 à 1, développe 95 ch.

Une innovation décisive singularise la 6 C 2300 B du modèle précédent : c'est la suspension à quatre roues indépendantes, qui équipe la voiture à partir de 1935, le moteur restant par ailleurs inchangé. Baptisée Gran Turismo, la berline de base de 76 ch est carrossée " alla Casa ", tandis que la version Pescara poursuit sa belle carrière (120 unités produites en version 2300 B) - en 1936, apparaît une berline limitée à 70 ch.

La génération 2300 B connaît son apogée avec la deuxième série construite en 1938 et 1939. Elle se caractérise par diverses améliorations mécaniques et le choix entre un empattement court et long. Surtout, la Pescara est rebaptisée Mille Milles suite au succès enregistré en 1937 dans cette épreuve où, pilotée par l'équipage Boratto-Guidotti, l'Alfa Romeo remporte sa catégorie et, plus encore, termine quatrième au classement général. Construite sur l'empattement court de trois mètres et capable de 170 km/h, la 6 C 2300 B Mille Miglia est carrossée en berlinette par Touring - et commercialisée par Alfa Romeo. 107 exemplaires (dont un spider) seront fabriqués de cette célèbre et magnifique voiture.

En savoir plus:
>> Voir Alfa Romeo 6 C 2300 B Mille Miglia à la Grand Parade de Mulhouse 2001

6 C 2300 B Mille Miglia 1938 D.R

6 C 2300 B Lungo Pinin Farina 1937 D.R


8 C 2300 Corto Pinin Farina 1933 D.R

8 C 2300 Lungo Barsari 1931 D.R
8 C 2300

Modèle éminemment sportif créé par Vittorio Jano, la 8 C 2300 dérive de la 6 C 1750. Si les cotes du moteur (65 x 88 millimètres) reprennent celles du six cylindres de 1,7 litre, la mécanique s'avère pour le reste profondément différente. Il s'agit d'un huit cylindres en ligne, dont le bibloc est, comme la culasse, réalisé en alliage léger, tandis que les deux arbres à cames en tête sont entraînés par une cascade de pignons. Avec 2,3 litres et l'apport d'un compresseur, il développe jusqu'à 165 ch (et même 180 ch en version course). Ainsi gréée, la voiture atteint les 185 km/h - jusqu'à 215 km/h pour le spider de compétition.

Disponible en deux dimensions de châssis à empattement court ou long, la 8 C 2300 est carrossée en spider par Zagato et Touring (la Flying Star), ainsi qu'en coupé et cabriolet, dont la splendide version Touring pour Adalbert de Savoie (châssis long). Réalisée en trois séries de 1931 à 1934, la 8 C 2300 sera construite à 188 exemplaires. Elle se couvrira de gloire en course et parmi une multitude de succès, nous citerons les deux victoires aux 24 Heures du Mans de 1931 et 1934 et les deux premières places de la Monza au Grand Prix d'Italie de 1931.

8 C 2300 version Touring pour Adalbert de Savoie D.R


8 C 2900 B SPIDER TOURING D.R

8 C 2900 B SPIDER PININ FARINA D.R
8 C 2900 B

Baptisée " la plus rapide et la plus belle voiture de sport du monde ", la 8 C 2900 B campe sur l'Olympe automobile de l'avant-guerre. Apogée du design des années trente, elle constitue également un sommet technique avec une mécanique dérivée de la compétition, rien moins que de la monoplace de Grand Prix Type B, la P3 de 1934. Suralimenté par deux compresseurs Roots, le huit cylindres en ligne bibloc de trois litres développe 180 ch, propulsant la belle à la vitesse de 185 km/h. La suspension et le système de freinage sont également empruntés aux machines de course. Proposée en deux versions de châssis à empattement court ou long, la 8 C 2900 B sera habillée de somptueuses créations par Touring, qui réalisera un spider ultra léger, un cabriolet et un coupé quatre places, ainsi que par Pinin Farina avec un spider et un cabriolet long à quatre places. Sans oublier la berlinette aérodynamique de Viotti sur un dessin de Revelli de Beaumont. Avec un pareil pedigree, on imagine le tarif… De fait, son prix astronomique (le double de celui d'une 6 C 2300 B, déjà assez salé) réservait la 8 C 2900 B aux grandes fortunes de ce monde. Elle sera donc construite au compte-gouttes, soit trente exemplaires au total entre 1937 et 1939 - dont vingt à empattement court. La 8 C 2900 B s'illustrera en compétition, notamment aux Mille Milles de 1938 (en prenant les trois premières places) et aux 24 Heures du Mans de la même année.

8 C 2900 B COUPE TOURING D.R

8 C 2900 B COUPE TOURING D.R


6 C 2500 Sport 1939 d

6 C 2500 Turismo 1939 D.R
6 C 2500

Dernière Alfa Romeo de l'avant-guerre, la 6 C 2500 est également la voiture de la reprise après le second conflit mondial. Avec la cylindrée portée à 2,5 litres (réalésage de deux millimètres), elle représente la dernière évolution de la glorieuse série de six cylindres double arbre inaugurée avec la 6 C 1500.

Lancée en 1939, la berline 6 C 2500, équipée d'un moteur de 87 ch, sera produite jusqu'en 1951. Elle est accompagnée d'un modèle Sport (95 ch et 155 km/h) et d'une Super Sport de 110 ch à trois carburateurs (165 km/h). Réalisées sous forme de châssis livrés aux carrossiers, ces deux versions sportives ne seront réellement construites qu'au lendemain de la guerre. Elles donneront naissance aux magnifiques cabriolets et berlinettes Touring, ainsi qu'à deux modèles Pinin Farina (cabriolet et berline).

6 C 2500 Sport Touring 1947 D.R

6 C 2500 SS Pinin Farina 1948 D.R


6 C 2500 Villa d'Este Touring D.R

6 C 2500 Freccia d'Oro D.R
Tirant son nom du triomphe qu'elle remporta au concours d'élégance organisé en ce lieu superbe, la Super Sport Villa d'Este de Touring (1949) apparaît comme un pur chef-d'œuvre esthétique, malgré la mise en œuvre de la nouvelle forme ponton - sur laquelle beaucoup de carrossiers se cassent les dents à la même époque. En 1947, Alfa Romeo lance la Freccia d'Oro (la Flèche d'Or), une berline de 90 ch produite par l'usine à la ligne quelque peu pataude - design deux volumes et deux portes. Elle s'efface en 1950 au profit de la Gran Turismo, un coach quatre places plus élégant et doté du moteur Super Sport de 105 ch.

Pour autant, la 6C 2500 est au début des années cinquante une voiture au châssis obsolète. Parallèlement à ses véhicules industriels (camions, autocars et utilitaires légers), Alfa Romeo produit ce modèle d'un autre âge à petite cadence et à un prix prohibitif, la voiture étant pour l'essentiel carrossée à l'extérieur de l'usine. La 1900 changera la donne et permettra à Alfa Romeo de proposer une voiture moderne adaptée aux temps nouveaux hérités de la guerre.

6 C 2500 GT 1950 D.R

6 C 2500 Super Sport 1947 D.R
article précédent  Interview de Jean-François Serre

Page précédente
Interview de Jean-François Serre

article suivant  Le design Alfa Romeo

Page suivante
Le design Alfa Romeo

Partagez

réagir