Les muscle cars américains

Si les premières américaines à grande puissance sont nées dans les années 50, l'histoire officielle désigne généralement sous l'appellation de "muscle car" des modèles datant pour la plupart de la décennie suivante...

sommaire :

La revanche posthume des muscle cars

Didier Lainé le 17/12/2002

Partagez

réagir

Les derniers muscle cars ont-ils encore un avenir ? C'est officiel : la General Motors l'a annoncé, les Chevrolet Camaro et Pontiac Firebird sont en fin de parcours et ne seront pas remplacées en 2003. Il est vrai que leurs ventes étaient en diminution sensible : elles avaient baissé de 50% depuis le début des années 90 et rien ne laissait présager un retournement de situation. Selon certaines sources, General Motors envisagerait cependant de faire renaître les Camaro et Firebird sous une autre forme. Pour l'heure, le "dossier" est toujours à l'étude...
L' actuelle Camaro peut recevoir un V8 5,7 l de 325 chevaux qui lui permet de revendiquer le meilleur rapport prix/performances du marché.
L' actuelle Camaro peut recevoir un V8 5,7 l de 325 chevaux qui lui permet de revendiquer le meilleur rapport prix/performances du marché. D.R

"Spéciale dernière" : cette ultime série spéciale "35th Anniversary Edition" rend hommage à la longue et fructueuse carrière de la Camaro. Point final ou points de suspension ? D.R
On peut encore noter que la désignation "GTO" devrait reprendre du service en 2004 (date anniversaire consacrant les 40 ans de la première GTO) pour baptiser un nouveau coupé sportif dans la gamme Pontiac. Ses 350 chevaux annoncés ne laissent planer aucun doute sur sa vocation : la future "GTO" devrait "décoiffer" au moins autant que ses glorieuses ancêtres. General Motors ne prend d'ailleurs qu'un risque limité : cette GTO du 3ème millénaire a déjà été bien amortie sur le marché australien sous une autre appellation (Holden Monaro). Souhaitons toutefois que cette opération marketing soit couronnée de succès. Elle pourrait alors faire jurisprudence et inciter d'autres constructeurs à suivre l'exemple en relançant la mode des muscle cars sous une autre forme.

De son côté, Ford maintient toujours sa Mustang en production. Si la génération actuelle pêche par son esthétique affadie (ses lignes peuvent être confondues avec celles de n'importe quel coupé japonais...), on n'en dira pas autant de son potentiel sportif. Dotée d'une excellent V8 4,6 litres "multisoupapes", la dernière version "Mach 1" peut ainsi aligner ses temps d'accélération sur ceux de ses plus valeureux ancêtres. Avec 310 chevaux disponibles, elle se rapproche ainsi des meilleures GT européennes du moment tout en étant offerte à un prix sensiblement inférieur (40 000$ environ sur le marché américain). La Mustang a-t-elle encore un avenir ? A la direction du groupe, les avis sont partagés. Il semble toutefois certain que l'actuelle génération devrait rester en production au moins jusqu'en 2004, année de célébration des 40 ans du premier modèle. Et après ? Au Salon de Detroit qui se tient ce mois-ci, Ford vient de lever le voile sur un concept car Mustang furieusement néo-rétro qui emprunte beaucoup à la version "fastback" des années 1967-68. Un signe manifeste que l'histoire de la Mustang ne s'arrêtera sans doute pas en 2004...

"GTO, le retour" : ce coupé a fait ses débuts lors du salon de Detroit 2003. D.R
Au Salon de Detroit 2003, un concept car Mustang est présenté. Le renouveau de ce modèle?
Au Salon de Detroit 2003, un concept car Mustang est présenté. Le renouveau de ce modèle? D.R

Objets de culte

A défaut de pérennité, les plus légendaires muscle cars ont au moins laissé une empreinte profonde dans l'histoire de l'automobile américaine. Une empreinte que l'on peut assimiler à deux traces de pneus surchauffés sur le bitume... Ces modèles surpuissants n'ont certes pas fait avancer la technologie dans le sens de l'histoire mais ils ont tout de même apporté une grande bouffée d'oxygène à une industrie qui s'était un peu assoupie au début des années 60. Et lui ont redonné le goût de la compétition commerciale tout en la poussant à se remettre en question.
Cette nouvelle version
Cette nouvelle version "Mach 1" (forte de 310 chevaux) reprend une ancienne désignation évoquant une lignée sportive de la gamme Mustang à la fin des années 60. D.R
Mustang SVT Cobra : le style de cette 4ème génération apparait un peu affadi. Mais les V8 gorgés de chevaux sont redevenus d'actualité.
Mustang SVT Cobra : le style de cette 4ème génération apparait un peu affadi. Mais les V8 gorgés de chevaux sont redevenus d'actualité. D.R
Depuis lors, les muscle cars ont pris une revanche posthume sur leur destin en s'imposant comme d'authentiques "collectors" suscitant toutes les convoitises des amateurs de pièces d'exception qui ont constitué de puissants clubs et organisent des concentrations toujours très appréciées du grand public. Sur le marché américain, les cotes sont toujours à la hausse et il n'est pas rare de trouver dans les petites annonces des magazines spécialisés (comme le célèbre " Hemmings" qui en propose plusieurs milliers, chaque mois...) des cabriolets Hemicuda ou des Mustang Shelby 500 KR en état concours affichés à plus de 130 000 $ (soit 130 000 Euros environ...).

Ce phénomène est tout à fait représentatif de l'aura légendaire dont bénéficient ces modèles aux Etats Unis. Et explique en grande partie le purisme obsessionnel de certains collectionneurs qui n'hésitent pas à faire restaurer à grands frais un coupé Chevelle SS 454 de 1970 ou une Plymouth Road Runner 1969 en s'attachant à respecter au mieux sa configuration d'origine, quitte à investir dans l'opération plus de 50 000 $... D'abondants stocks de pièces détachées d'usine (les fameuses "NOS parts", l'expression signifiant "stock neuf d'origine") et de nouvelles refabrications conformes permettent heureusement à ce marché de se régénérer au fil des ans en favorisant la remise en route de milliers d'épaves qui semblaient vouées jusqu'alors à finir leur carrière sous forme de cubes d'acier recyclé...
Passé/présent : les clubs de muscle cars accueillent volontiers les générations récentes lors de leurs concentrations. Et agissent aussi comme des groupes de pression auprès des constructeurs pour les inciter à maintenir leur séries-culte en production. Aux Etats-Unis, l'influence des clubs Mustang a ainsi
Passé/présent : les clubs de muscle cars accueillent volontiers les générations récentes lors de leurs concentrations. Et agissent aussi comme des groupes de pression auprès des constructeurs pour les inciter à maintenir leur séries-culte en production. Aux Etats-Unis, l'influence des clubs Mustang a ainsi "sauvé" la 4ème génération que Ford hésitait à lancer (ici une Mustang 1964 et une Mustang 1994 lors d'une sortie du Mustang Club de France ). D.R

Conscients de l'impact médiatique de ce singulier "revival", les grands constructeurs américains s'intéressent désormais de près à ce phénomène. Certains ont même entrepris de remettre en fabrication certaines pièces aujourd'hui introuvables tout en ouvrant leurs archives techniques et historiques aux collectionneurs. C'est le cas de Chrysler qui s'attache tout particulièrement à la valorisation de son patrimoine depuis plusieurs années.
Tant qu'il y aura des pièces...De ce point de vue, le marché des muscle cars apparaît fort bien suivi en après-vente. Les stocks d'origine sont aujourd'hui entre les mains de professionnels spécialisés et de nombreuses pièces font également l'objet de refabrications conformes à l'origine.
Tant qu'il y aura des pièces...De ce point de vue, le marché des muscle cars apparaît fort bien suivi en après-vente. Les stocks d'origine sont aujourd'hui entre les mains de professionnels spécialisés et de nombreuses pièces font également l'objet de refabrications conformes à l'origine. D.R
Découvert lors d'une réunion internationale du Mustang Club de France (le fameux
Découvert lors d'une réunion internationale du Mustang Club de France (le fameux "Mustang Day" organisé une fois par an), ce rarissime (et superbe) cabriolet Shelby 500 KR 1968 venu du Luxembourg démontre que les muscle cars les plus légendaires font aujourd'hui l'objet de restaurations minutieuses, aux Etats-Unis comme en Europe. La survie de l'espèce n'est donc nullement menacée, pour l'instant, tout au moins... D.R
En France (comme dans le reste de l' Europe), les muscle cars de la grande époque sont plutôt rares, faute d'avoir été importés en nombre dans les années 60. De fait, ce marché demeure assez marginal et concerne essentiellement les Ford Mustang, Chevrolet Camaro et Pontiac Firebird qui ont été régulièrement commercialisées dans notre pays. Mais, exception faite de certaines versions particulièrement rares (cf les Mustang Shelby ou les Camaro Z28 1969), les cotes moyennes restent assez basses et l'on peut encore espérer s'offrir un coupé Dodge Charger 440 1969 en excellent état pour moins de 15 000 Euros (à condition de le trouver...), ce qui n'est vraiment pas excessif, eu égard à la notoriété de ce modèle et à ses performances virtuelles.

Quoiqu'il en soit, le marché de l'américaine ancienne évolue également en France. Et les rares muscle cars qui y ont trouvé asile font désormais l'objet de restaurations soignées dignes des meilleurs exemples américains. Ceux qui les possèdent en savent souvent autant que leurs homologues d'outre-Atlantique. Ce qui est tout à leur honneur quand on sait qu'ils n'ont, pour la plupart, jamais eu le plaisir d'arpenter la Woodward Avenue le samedi soir...
article précédent  La course à la puissance

Page précédente
La course à la puissance

article suivant  Les autres muscle cars GM

Page suivante
Les autres muscle cars GM

Partagez

réagir

Commentaires