Les muscle cars américains

Si les premières américaines à grande puissance sont nées dans les années 50, l'histoire officielle désigne généralement sous l'appellation de "muscle car" des modèles datant pour la plupart de la décennie suivante...

sommaire :

La course à la puissance

Didier Lainé le 17/12/2002

Partagez

réagir

Les premiers V8 culbutés à haute compression sont apparus dans les gammes Oldsmobile et Cadillac du millésime 1949. Ce sont ces moteurs à rendement élevé qui ont engendré une irrésistible "course à la puissance" impliquant les principaux groupes américains durant toutes les années cinquante. Jusqu'en 1951, la firme Cadillac conservera une relative avance avec son excellent V8 de 331 ci (environ 5,4 l) développant initialement 160 chevaux. Mais, cette année-là, Chrysler passe soudain en tête de liste avec son très ambitieux V8 "Firepower" à culasses hémisphériques et culbuteurs croisés développant 180 chevaux pour une cylindrée identique (331 ci, lui aussi). L'année suivante, Cadillac retrouvera toutefois sa suprématie pour une courte période en relevant la puissance de son V8 à 190 chevaux. Et ainsi de suite jusqu'à la fin des années cinquante où les meilleurs V8 du marché culmineront à plus de 350 chevaux moyennant une élévation progressive du taux de compression et un accroissement constant de la cylindrée.
La Cadillac Sedanet 62 1949 équipée V8 culbuté de 5,4 litres et 160 ch.
La Cadillac Sedanet 62 1949 équipée V8 culbuté de 5,4 litres et 160 ch. D.R
En 1949, Oldsmobile créé la surprise avec son tout nouveau V8
En 1949, Oldsmobile créé la surprise avec son tout nouveau V8 "Rocket" à soupapes en tête développan D.R
Cette "course à la puissance" procédait à l'origine d'une nécessaire adaptation technique aux nouveaux équipements de confort introduits initialement dans les gammes "hautes" (servo-direction, boite automatique, air conditionné, etc...) et qui avaient l'inconvénient d' être de grands consommateurs d'énergie. Dans un premier temps, seules les marques de catégorie moyenne et supérieure (Chrysler et Imperial, Lincoln, Oldsmobile et Cadillac) profiteront donc de cette nouvelle génération de moteurs, la standardisation du V8 culbuté à toutes les gammes intervenant plus tardivement, à partir de 1954/55. Mais, très vite, les analystes du marché constateront que l'argument d'une puissance élevée n'était pas sans influencer les choix de la clientèle. Au point de devenir un critère discriminant flattant l'ego de l'acheteur d'une Cadillac ou d'une Lincoln. A partir de 1952, les grandes marques vont donc livrer bataille sur le terrain de la puissance pure en s'évertuant, chaque année, à dépasser le record de l'année précédente.
Une série de moteurs V8 Chrysler Firepower spécialement préparées pour les Chrysler 300 disputant le
Une série de moteurs V8 Chrysler Firepower spécialement préparées pour les Chrysler 300 disputant le D.R
Au début des années 50, Lincoln participe à son tour à la
Au début des années 50, Lincoln participe à son tour à la "course à la puissance" avec un V8 culbuté D.R

300 chevaux pour la Chrysler "300"...
A ce jeu de la surenchère systématique, la marque Chrysler prendra un avantage décisif en franchissant la première le seuil symbolique des 300 chevaux (bruts) dès 1955 avec sa série "300" (cette désignation faisant référence à la puissance brute du moteur) conçue comme une gamme spécifique dotée de hautes performances (plus de 200 km/h revendiqués) et de caractéristiques techniques privilégiant la maniabilité et la tenue de cap à grande vitesse. Proposée à un prix élevé et produite en très petite série (1725 exemplaires diffusés la première année), cette Chrysler très spéciale est bien l'ancêtre spirituel des "muscle cars" apparus 10 ans plus tard.
La Chrysler 300 de 1955 sera la première voiture américaine de série à franchir les 200 km/h
La Chrysler 300 de 1955 sera la première voiture américaine de série à franchir les 200 km/h D.R
Pendant plusieurs années, la série 300 "letter" (une lettre venant s'ajouter à la désignation initiale à partir de 1956 par référence à l'année-modèle) s'est imposée comme la référence absolue sur le marché américain, la puissance de son V8 étant progressivement portée à 375 et même 400 chevaux en option sur la 300 F de 1960, la vitesse de pointe se situant désormais au delà des 230 km/h en dépit d'un poids à vide de plus de 2 tonnes et d'un équipement de série particulièrement luxueux incluant direction assistée, boite automatique, sièges et glaces électriques, etc...

D.R

D.R

Fruit défendu
D' autres modèles de cette génération méritent de figurer dans notre liste des muscle cars "préliminaires". A commencer par les De Soto Adventurer, Plymouth Fury et Dodge D500 (cette dernière désignation faisant référence à une option moteur et non une série à part entière) qui ont toutes repris la formule initiée par la Chrysler 300 en l'adaptant à leur niveau de gamme. Outre cette lignée de modèles à forte puissance développée par le groupe Chrysler, on peut également mentionner l' Hudson Hornet 1951-54, une excellente routière performante et fiable qui s'illustrera plusieurs saisons durant au championnat Nascar réservé aux voitures de série et symbolise une fin en beauté pour les 6 cylindres en ligne à soupapes latérales. On n'oubliera pas davantage les Oldsmobile 88 1949-52 et Lincoln 1952-54 dont les bons résultats dans les différentes éditions de la célèbre "Carrera Panaméricana" disputée au Mexique témoignent d'un niveau de performances élevé pour l'époque. On peut encore citer la très ambitieuse Studebaker Golden Hawk 1956-58 dont le style élancé était en rapport avec le tempérament de son V8 gavé par un compresseur.
Hudson Hornet 1954
Hudson Hornet 1954 D.R
Préparées par l'écurie Kiekhafer (officieusement soutenue par Chrysler), les Chrysler 300 seront les
Préparées par l'écurie Kiekhafer (officieusement soutenue par Chrysler), les Chrysler 300 seront les D.R

Tous ces modèles atypiques ont sans nul doute contribué au développement ultérieur des "muscle cars" en stimulant l'inspiration des ingénieurs motoristes. Même si elles ne font pas partie de cette "famille", la Chevrolet Corvette et la Ford Thunderbird méritent égalent d'être mentionnées dans ce chapitre car elles ont elles aussi marqué les années 50 en y insufflant un nouvel état d'esprit tourné vers la performance. Ce sont tous ces modèles qui ont introduit le "fruit défendu" sur les "highways" américaines en imposant leur puissance tranquille et leurs irrésistibles accélérations. Une façon bien particulière de conditionner les esprits et de préparer la "voie royale" consacrant l'épanouissement des futurs "muscle cars"...
300 G 1961 : les 300 F et 300 G offrent 400 ch.
300 G 1961 : les 300 F et 300 G offrent 400 ch. D.R
Studebaker Golden Hawk V8 4,7 litres de 275 ch.
Studebaker Golden Hawk V8 4,7 litres de 275 ch. D.R
Evolution du V8 Oldsmobile
"Rocket" de 1949 à 1960
1949 : 303 ci (5 L env), 135 ch.
1952 : 303 ci, 160 ch.
1953 : 303 ci, 170ch.
1954 : 324 ci (5,2 L env), 185 ch.
1955 : 324 ci, 202 ch.
1956 : 324 ci, 240 ch.
1957 : 371 ci (6 L env.), 300 ch.
1958 : 371 ci, 312 ch.
1959 : 394 ci (6, 5 L env), 315 ch.
article précédent  CHEVROLET Camaro et PONTIAC Firebird

Page précédente
CHEVROLET Camaro et PONTIAC Firebird

article suivant  La revanche posthume des muscle cars

Page suivante
La revanche posthume des muscle cars

Partagez

réagir

Commentaires