Ford GT

Une page se tourne. La Ford GT, évocation moderne de la glorieuse GT40 avait suscité à travers le monde des réactions passionnées. Tout le monde en voulait une. Le constructeur américain vient d'annoncer la fin de sa production. La GT rejoint dans la légende automobile la mythique GT40...

sommaire :

FORD USA GT, le mythe ressuscité

Jean Michel Cravy le 08/02/2006

Partagez

réagir

Lorsqu'au salon de Detroit 2002, Ford avait dévoilé sa GT40 Concept, on crut avoir des hallucinations. C'était purement et simplement un clone de la GT40 des années 60, ni plus ni moins. Certes nettement plus étoffé : 17 centimètres de plus en largeur (1,95 m), 54 en longueur (4,64 m), et 11 en hauteur ! On ne pouvait plus parler d'une hauteur de 40 pouces (1,01 m) qui avait valu à la GT40 sa dénomination, mais plutôt de 44 pouces (1,12 m)... D'ailleurs, rapidement, Ford avait dû cesser d'appeler son concept car GT40 parce que le géant américain avait cédé quelques années auparavant les droits de cette appellation pour une poignée de cacahuètes à une petite boîte... spécialisée dans les répliques de GT40 ! Qu'à cela ne tienne, ce serait GT, tout simplement.
FORD USA
Ford GT Concept Ford
FORD USA
Ford GT Concept Ford
Passée la déception initiale (quoi, Ford est en panne d'inspiration au point de sombrer dans la nostalgie du bon vieux temps ?), on dut reconnaître que Camilo Pardo, l'auteur du dessin de la GT, n'avait pas seulement fait une copie servile de la GT40. Il avait su magnifiquement la réinterpréter selon des canons modernes, sans la trahir. Preuve que les beaux designs sont éternels. Tout y était : le toit échancré pour faciliter l'accès à bord, les larges extracteurs d'air sur le capot, le tableau de bord comme « dans le temps », juste rehaussé de parements en aluminium, et même les oeillets dans les sièges baquets pour évacuer la transpiration... Et sous le capot, un V8 comme il convient, mais cette fois un V8 moderne (celui de la Mustang), de 5,4 litres, revu et corrigé par le spécialiste Roush (carter sec, injecteurs doubles vilebrequin et pistons forgés), attelé à une boîte 6 Ricardo et secondé par un compresseur Eaton/Rootes pour donner au final 500 chevaux.
FORD USA
Ford GT J-M. Cravy

FORD USA
Ford GT J-M. Cravy
FORD USA
Ford GT J-M. Cravy
Les réactions d'enthousiasme avaient vite pris des allures de plébiscite. Si Ford s'était interrogé sur l'opportunité de mettre la GT en production, ses doutes avaient été vite levés, et annonçait la bonne nouvelle 3 mois plus tard. Les carnets de commande se remplissaient, les listes d'attente s'allongeaient, alors même que le tarif officiel n'était pas encore arrêté, Ford faisant état d'un prix indicatif de 150 000 $ pour les Etats-unis. Très vite, il fallut procéder à un sévère rationnement. Sur une production prévue à 4500 exemplaires, l'Etat Major avait décidé d'en attribuer royalement 80... pour toute l'Europe, alors même que plus de 2000 clients potentiels s'étaient inscrits sur Internet, sans compter ceux qui faisaient le siège des antennes locales ! Ford finit par se laisser attendrir, et portera le quota européen à 101 exemplaires, pas un de plus, dont 28 pour l'Angleterre (le premier étant directement livré au Ford Heritage Collection)... et 8 seulement pour la France ! Aux Etats-Unis, la première GT vendue (châssis n°10) le fut aux enchères lors du concours d'élégance 2003 de Pebble Beach, pour la modique somme de 557 500 euros, aussitôt reversés à une organisation caritative.
FORD USA
J-M. Cravy
FORD USA
J-M. Cravy

Le prix courant est heureusement plus raisonnable, si l'on peut dire. Aux 150 000 $ du tarif US, l'heureux acquéreur du vieux continent aura dû ajouter 200 000 $ pour une longue et minutieuse mise en conformité aux normes dans les ateliers européens du préparateur attitré de Ford, Roush, en partie au Nurbürgring, en partie en Angleterre. Que de patience il aura fallu pour enfin se mettre au volant de celle qu'on appelle « Ferrari killer »... Mais quel bonheur d'être l'un des si rares propriétaires d'une auto aussi rare... bien plus qu'une Ferrari F430 F1, dont le prix et les performances sont assez comparables. La Ford GT revendique en effet un 0 à 100 km/h en 3,9 secondes, un 400 mètres départ arrêté en moins de 12 secondes, et une vitesse maxi supérieure à 300 km/h.
FORD USA
J-M. Cravy
FORD USA
J-M. Cravy
L'heureux acquéreur aura eu le choix de sa livrée, rouge, noire, jaune, avec bandes centrales ou pas, ou bien aux couleurs Gulf dans la série limitée « Héritage », ou bien encore dans une superbe teinte gris tungstène... Les collectionneurs invétérés, quant à eux, auront eu la possibilité d'enchérir sur Internet pour une version encore plus rare de la Ford GT : le roadster GTX 1, caractérisé par son toit T-Top, réplique de la GTX1 de 1966...

Seulement, la belle histoire est finie. Alors même que Ford s'apprête à fêter le quarantième anniversaire de son premier triplé au Mans, le numéro deux américain vient d'annoncer la fin de la production de la GT. Alors, plus aucun espoir d'en acheter une ? Mais si. On vous livre un tuyau : rien que la semaine dernière, il y avait deux GT totalement neuves, zéro kilomètre, aux enchères sur eBay. L'une, rouge, est partie à 176 685 euros, l'autre, jaune, n'a pas atteint, à 144 000 euros, son prix de réserve. Vous voyez, rien n'est perdu...
FORD USA
Roadster GTX 1 Ford
FORD USA
Roadster GTX 1 Ford
article précédent  La course comme argument commercial

Page précédente
La course comme argument commercial

Partagez

réagir