La collection Nick Mason, Pink Floyd

Célèbre, la collection de Nick Mason l’est dans le monde entier. Le batteur des Pink Floyd, possède plus de quarante voitures de compétition.

sommaire :

LOTUS 18

Gilles Bonnafous le 22/11/2004

Partagez

réagir

Première voiture à moteur arrière créée par Colin Chapman, la Lotus 18 constitue la réplique à la Cooper, qui a permis à Jack Brabham de conquérir le titre de champion du monde des conducteurs en 1959. Elle est réalisée en trois versions de 1100 cm3 pour la Formule Junior, 1500 cm3 (Formule 2) et 2,5 litres pour la Formule 1. Pilotée par Innes Ireland, cette dernière fait des débuts prometteurs au Grand Prix d’Argentine de 1960. Quelques mois plus tard, Ireland offre à la voiture son premier succès à Goodwood dans le Glover Trophy, une course de F1 hors championnat.
LOTUS
G. Bonnafous
LOTUS
G. Bonnafous
Impressionné par cette performance, Stirling Moss demande alors à Rob Walker, le patron de l’écurie privée portant son nom, de lui acheter une Lotus 18. C’est au volant de cette voiture que le champion britannique remporte à Monaco la première victoire d’une Lotus en Formule 1. Hélas, la robustesse de la 18 n’est pas sans reproches. Lors du Grand Prix de Belgique couru à Spa, Moss et Taylor sont accidentés par la faute de ruptures mécaniques. Grièvement blessé, Moss sera absent des circuits jusqu’en novembre où il remportera le Grand Prix des Etats-Unis disputé à Riverside (deuxième victoire de la Lotus 18).

Construite sur un châssis multitubulaire, la Lotus 18 est motorisée par le 2,5 litres Coventry Climax accouplé à la version Mk III de la boîte de vitesses Lotus à cinq rapports. La voiture illustre parfaitement les conceptions de Colin Chapman en matière de conception des machines de course. Tout est sacrifié à la légèreté, qualité première pour favoriser vitesse et performances — le principe de base étant que la puissance n’est guère significative en elle-même, seul compte le rapport poids-puissance. Avec 427 kilos, la 18 donne l’exemple. La légende veut que la Lotus était conçue pour tenir le temps d’un Grand Prix et qu’elle avait le droit de tomber en pièces une fois la ligne d’arrivée franchie…
LOTUS
Victoire de Stirling Moss au GP de Monaco 1960 D.R.

La Lotus 18, châssis n°909, que possède Nick Mason, fut livrée neuve en 1961 au pilote britannique Tony Marsh. Ce dernier participa à son volant aux Grands Prix d’Angleterre et d’Allemagne et la prêta à Willy Mairesse pour le Grand Prix de Belgique. Belle époque, hélas révolue (elle n’allait pas tarder à l’être), où des pilotes privés pouvaient prendre part à des épreuves de Formule 1.
LOTUS
G. Bonnafous
LOTUS
Quand le batteur des Pink Floyd fit l’acquisition de la 18, la voiture, qui venait des Etats-Unis, était en pièces. Mais certaines manquaient ! Notamment les carburateurs, de rares Weber double corps 58DCO3s. Nick n’était pas au bout de ses peines… Il envoya la monoplace à Cedric Selzer, le mécanicien Lotus qui préparait les voitures pour Jim Clark. L’expertise de Selzer fut précieuse pour mener à bien ce délicat chantier de reconstruction. Quant à la boîte de vitesses, une pièce délicate fabriquée par Lotus, il fut décidé d’en acheter une complète et en état plutôt que de refaire celle fournie avec la voiture. Au terme d’années de patience et d’obstination (et d’un budget conséquent !), la Lotus 18 allait retrouver, grâce à Nick Mason, les qualités qui en firent l’une des monoplaces de F1 les plus importantes des années soixante.
article précédent FERRARI - les modèles de Nick Mason

Page précédente
FERRARI - les modèles de Nick Mason

Partagez

réagir