Grand Prix de l'Age d'Or 2004

Pour cette ultime édition organisée sur le circuit de Montlhéry, les amoureux de mécaniques anciennes étaient venus nombreux pour voir évoluer une dernière fois les voitures sur ce monument historique de l'automobile.

sommaire :

Grand Prix de l'Age d'Or 2004

Gilles Bonnafous le 19/06/2004

Partagez

réagir

Pour sa dernière édition organisée sur le circuit de Montlhéry, le Grand Prix de l’Age d’Or avait attiré la grande foule les 19 et 20 juin 2004. Les amoureux de mécaniques anciennes étaient venus en masse pour voir évoluer une dernière fois les voitures sur le circuit, ou, pour les privilégiés, faire un dernier tour sur ce monument historique de l’automobile. On avait donc retrouvé l’ambiance et la grande foule du passé, celles de l’âge d’or de la manifestation…

Motorlegend.com

Motorlegend.com
De plus, celle-ci cumulait les anniversaires : 80 ans pour la création du circuit et quarante ans d’existence pour l’Age d’Or, deux repères qui coïncidaient malheureusement avec la dernière compétition ouverte au public sur ce haut lieu de l’automobile française. L’âme nostalgique et le cœur chargé d’émotion, chacun avait une pensée pour Alexandre Lamblin, le promoteur de l’anneau de vitesse, et pour Serge Pozzoli.

Créés à l’initiative de Serge Pozzoli et d’une poignée de passionnés, les Coupes de l’Age d’Or furent le premier grand rassemblement français de voitures de collection. La première se déroula sur le circuit de Rouen-les-Essarts en ouverture du Grand Prix de France de Formule 1. Quatre ans plus tard, la manifestation prendra ses quartiers sur le circuit de Linas-Montlhéry, avant d’être rebaptisée Grand Prix de l’Age d’Or et de devenir, dans les années 70, le grand rendez-vous hexagonal des voitures de collection. Rassemblant de l’ordre de 30 000 personnes les meilleures années, elle sera la troisième plus importante manifestation sportive automobile de notre pays.

Motorlegend.com

Motorlegend.com

Cette année, 130 clubs de collectionneurs environ avaient fait le déplacement, les représentants des grands constructeurs (de Mercedes, Porsche ou BMW à la Datsun Z ou à la Ford Capri) comme les plus modestes associations locales multimarques. On observait également le retour de grands clubs absents l’an dernier ou les années précédentes comme le French Jaguar Drivers’ Club ou le Club Maserati France. La palme du plus vaste espace revenait à Alfa Romeo avec le Club Alfa Romeo France et l’Alfa Classic Club de France.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
Le programme des courses avait été renouvelé pour mieux coller au caractère exceptionnel de l’événement. Nombreux, les plateaux étaient diversifiés et riches en véhicules (mais aux horaires toujours retardés…). Certains d’entre eux célébraient les grandes compétitions qui, dans le passé, ont eu pour cadre l’anneau de Montlhéry : Grand Prix de l’ACF, 1000 Kilomètres de Paris (course d’une heure), Coupes de Paris et Coupes du Salon. D’autres rassemblaient les Jaguar XK et MG, Lotus Seven, Formule Ford, les voitures de Tourisme, les GT et les Maxi 1000, sans oublier les cyclecars. Le spectacle était complété par des démonstrations de voitures de record (dont la Renault 40 CV, la Citroën Rosalie et la Peugeot 404 diesel).

Motorlegend.com

Motorlegend.com

Côté constructeurs, Citroën brillait, dont les vastes tentes contrastaient avec la banalité du stand de l’an dernier. Les spectateurs pouvaient rêver devant des voitures de records, notamment une réplique d’une Rosalie Yacco. Plus modeste, le stand de l’Aventure Peugeot exposait la 301 des records de Miramas et le prototype 404 diesel Indenor de 1965 (un cabriolet équipé d’un hard-top monoplace). Entre l’effort réalisé pour le Festival Automobile Historique et le Goodwood Festival of Speed, Renault s’était contenté du service minimum, faisant cependant tourner la 40 CV des records sur le circuit.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
L’Age d’Or 2004 a également été marqué par la présence d’une légende vivante. Stirling Moss fit plusieurs tours du circuit au volant du coupé Jaguar XK 120 (immatriculé LWK 707), qui, entre le 5 et le 12 août 1952, établit à Montlhéry cinq records mondiaux (10 000 kilomètres, 15 000 kilomètres, etc.), parcourant 27 119 kilomètres à plus de cent miles à l’heure (161,24 km/h exactement). Pendant sept jours et sept nuits, Stirling Moss, Leslie Johnson, Jack Fairman et Bert Hadley s’étaient relayés sur la 120, aujourd’hui propriété du Jaguar Daimler Heritage Trust, le département historique des deux marques. Avant sa démonstration de dimanche après-midi, le grand pilote britannique avait inauguré une plaque de bronze commémorant l’événement.

Pour clore ce pan d’histoire, on aurait aimé que l’Age d’Or 2004 se termine par une fête, en guise d’apothéose à ce week-end d’exception qui méritait un terme plus brillant. Chacun est reparti le cœur lourd. Toujours est-il qu’une page est tournée et que, pour Montlhéry, l’âge d’or est loin… Rendez-vous est pris les 18 et 19 juin 2005 sur le circuit de Dijon-Prenois. Une nouvelle aventure commence.

Motorlegend.com

Motorlegend.com
article suivant  Interview d'Eric Helaine, organisateur de l'Age d'Or

Page suivante
Interview d'Eric Helaine, organisateur de l'Age d'Or

Partagez

réagir

Commentaires