Autojumble de Beaulieu 2006

L’Autojumble de Beaulieu a soufflé, les 9 et 10 septembre derniers, ses 40 bougies. C'est la première bourse d’Europe consacrée à l’automobile de collection.

sommaire :

LEA FRANCIS Roadster 14 HP

Gilles Bonnafous le 20/10/2006

Partagez

réagir

Le roadster Lea-Francis 14 HP présent à Beaulieu était exposé dans le cadre d’un parterre d’automobiles situé en marge du marché des voitures de collection. Hors un autre modèle inscrit à la vente Bonhams (non vendu), il était le seul de l’Autojumble.
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
Firme britannique élitiste, Lea-Francis était l’une des marques favorites des « gentlemen-drivers ». Elle a toujours proposé des voitures exclusives, vendues à des prix très élevés.

La vieille dame de Coventry, fondée en 1895 mais qui ne construisit sa première automobile qu’à partir de 1903, s’est tout au long de son histoire complue dans une production malthusienne, dont l’année la plus prolifique ne dépassa pas les 700 unités en 1950. Le client devait commander sa voiture et attendre patiemment que le constructeur fabrique son « Ace of Spades » (as de pique).
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous

Présenté au salon de Londres de 1947, le roadster Lea-Francis 14 HP est commercialisé à la fin d’année. Il reprend le châssis de la berline lancée en 1946 (elle sera le modèle le plus produit de la marque), dont l’empattement a été réduit de trente centimètres.

Il reçoit d’abord un quatre cylindres de 1496 cm3, très rapidement remplacé par un 14 CV (HP) de 1,8 litre, qui concernera la quasi-totalité des exemplaires produits jusqu’en 1949.
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
Ce quatre cylindres de 1767 cm3 est dérivé de celui de la berline (il équipera avec quelques modifications les Lea-Francis jusqu’en 1953), lui-même extrapolé du moteur de la Fourteen d’avant guerre.

Ce dernier était dû à Hugh Rose, qui venait de quitter Riley, où il avait conçu le quatre cylindres 1,5 litre double arbre de la 12/4. D’où de nombreuses ressemblances entre cet excellent moteur, dont les performances étaient supérieures à celles de la concurrence, et le groupe Lea-Francis.
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous

Dans les années cinquante, le double arbre Lea-Francis motorisera dans sa version 1500 cm3 la monoplace Connaught type A de Formule 2, ainsi que la barquette Sport AS/LR (1953 et 1954). Lea-Francis n’en était pas à ses premières armes en compétition, puisqu’une Ace of Spades 1500 cm3 conduite par Peacock et Newsome avait remporté sa classe aux 24 Heures du Mans de 1929 (huitième place au général). L’année suivante, le même équipage récidivera, terminant en sixième position.

Avec ses deux arbres à cames en tête, le 1,8 litre du roadster 14 HP de 1948 est une mécanique brillante. Par rapport à la berline, son taux de compression a été porté à 8 à 1. Il reçoit également des arbres à cames plus pointus et deux carburateurs. Développant 87 ch, il permet à la voiture d’atteindre les 140 km/h.
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
LEA FRANCIS
Gilles Bonnafous
Le roadster Lea-Francis 14 HP ne connaîtra qu’une carrière discrète. Séduisante, luxueuse et alerte, cette voiture aurait mérité un destin plus heureux, mais son prix de vente prohibitif (1276 £ en 1949) en limitera la diffusion. Au total, moins de 120 exemplaires en seront construits.

Le modèle s’effacera en 1949 au profit de la version 2,5 litres, dont le moteur sera issu de la berline de luxe nouvellement lancée. Cette mécanique nettement plus puissante permettra au roadster de la marque à la licorne de se mesurer aux Healey.
article précédent EDSEL Corsair Cabriolet

Page précédente
EDSEL Corsair Cabriolet

article suivant RILEY 12/4 Kestrel

Page suivante
RILEY 12/4 Kestrel

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de francis-lea
francis-lea a dit le 17-11-2017 à 18:00
cherche voiture cabriolet ou berline "leafrancis" état correct et roulante merci