7ème Sport et Collection

Le circuit du Val de Vienne a été, les 12 et 13 mai 2001, le théâtre d'un des plus importants rendez-vous français d'amateurs et de passionnés de voitures de sport et de collection.

sommaire :

AMILCAR C6

Dominique Deschatres le 13/05/2001

Partagez

réagir

De toutes les petites voitures de sport produites en France après la première guerre mondiale, l'Amilcar est sans aucun doute la plus illustre et la plus titrée. Son nom provient de l'anagramme de MM. Lamy (qui participa à la construction du Zèbre avant guerre) et Akar, le financier. Les plans de la première Amilcar ont été dessinés par Edmond Moyet. Différents modèles furent produits entre 1921 et 1939. Les premiers, CC et ses versions évoluées, le CS et le C4 étaient équipés d'un 4 cylindres de 1000 cc environ. La CGS (Grand Sport) de 1924, marqua d'avantage les esprits. En 1926 elle devient CGSS équipée d'un moteur plus puissant.
AMILCAR
D. Deschatres
AMILCAR
D. Deschatres
1926 verra également la mise en production de la C6, l'une des seules Amilcar construites uniquement pour la compétition. Equipée d'un 6 cylindres avec double arbre à cames en tête, elle développait à l'origine 83 ch. Capable d'atteindre le 190 km/h, elle restera la plus prestigieuse de la marque.

Même si elle fait tourner les têtes sur son passage l'Amilcar n'est pas une voiture d'exposition. La petite française titille la fibre sportive qui sommeille en tout automobiliste. Si elle paraît un rien exclusif de prime abord, l'Amilcar C6 est rapidement extrémiste.
Un peu de gymnastique et vous voilà assis, calé coté épaule gauche effleurant celle du passager. C'est que l'espace est compté. Devant nous, on découvre un habitacle dépouillé et un bloc d'instrumentation de voiture de course.
AMILCAR
D. Deschatres
AMILCAR
D. Deschatres
Un tour de clef, la mécanique s'éveille et délivre un râle sourd et rageur dont le registre varie du claquement au miaulement grave. Quelques coups d'accélérateur à blanc nous indique le tempo. Mais à l'évidence, elle joue double jeu : La première accélération transforme cette auto douce en bête sauvage. Son caractère, d'agressivité, poigne et puissance reste bien vivant dans un environnement qui est incontestablement celui d'une grande sportive de l'époque. Les sensations éprouvées au volant traduisent parfaitement cette volonté de se sentir en osmose avec cette auto. On est toujours ébahi par la vitesse de passage en virage et par sa motricité pour une auto de cette époque.

Bref, cette sublime et adorable machine ne laisse personne indifférent et affirme d'emblée son refus à l'uniformité par un design mêlant pureté et fluidité.

Pour ce 7ème Sport & Collection nous avons rencontré, Pascal Egron, l'un des heureux propriétaires, depuis deux ans, d'une C6 Bol d'Or de 1927. Il nous fait partager sa passion pour cette voiture d'exception.

Motorlegend : Combien d'Amilcar C6 ont été construites ?

Pascal Egron : Une quarantaine de C6 furent construites dans le monde entre 1927 et 1931. La motorisation était à l'origine un 6 cylindres. Aujourd'hui il n'y a plus qu'une vingtaine de ces autos avec différentes motorisations. Il existe encore quelques 6 cylindres mais la plupart ont subi, après la guerre, une transformation en quatre cylindres compressés. Elles étaient vendues à l'époque entre 60 000 et 80 000 francs. Par comparaison une Bugatti type 37 était vendue aux alentours des 50 000 francs.
AMILCAR
D. Deschatres
AMILCAR
D. Deschatres
M : Quel est l'historique des Amilcar C6 en compétition ?

Pascal Egron : L'auto a couru de 1929 à 1939. L'écurie Martin participa à la glorieuse épopée de cette marque. Après la guerre la motorisation fut modifiée sur certaines de ces autos. DEHO, préparateur réputé, y installa un quatre cylindres accompagné d'un compresseur. Il travaillait sur une culasse hémisphérique et remplaçait la pompe à eau d'origine par une pompe à circulation accélérée. Les collecteurs d'admission et d'échappement étaient retravaillés. Il en sortait une puissance d'environ 100 ch. Mon auto est équipée de ce moteur. Le pilote Legentel termina premier en 1946 et 1947 lors de la course du Bol d'Or avec ce type de machine.
article précédent  Les breaks de chasse

Page précédente
Les breaks de chasse

article suivant FERRARI 275 GTB

Page suivante
FERRARI 275 GTB

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de advancelinks
advancelinks a dit le 27-08-2013 à 16:08
Si vous souhaitez plus d'information sur l'Amicar C6, ells ont toutes ete inventories sur le site www.lezebre.eu.