Essai VOLKSWAGEN Polo R WRC

Loïc Bailliard le 16/12/2013

Après la GTI, la VW Polo passe la vitesse supérieure et s'offre pour la première fois une version R, auréolée au passage d'un blason WRC en hommage à l'engagement de Volkswagen en rallye.

Voir la vidéo en HD

Joue la comme Ogier !

Le monde des petites sportives est en pleine effervescence ! Le lancement du trio infernal composé des Renault Clio R.S., Peugeot 208 GTI et Ford Fiesta ST avant l'été semble avoir donné un grand coup de pied dans la fourmilière des bombinettes. Et depuis, deux engins particulièrement méchants et exclusifs ont fait leur apparition sur le marché : la Mini John Cooper Works GP et la Volkswagen Polo R WRC. Des noms à rallonge qui cachent des modèles poussés à l'extrême. Dans le cas de la Polo, c'est la première fois qu'elle est déclinée en version R. Mais pour ajouter du piment à l'ensemble, elle gagne le patronyme WRC en hommage à l'engagement de la marque en championnat du monde des rallyes. Une offre alléchante, donc. Mais est-elle à la hauteur ?

Voir plus de photos

Presque discrète

En matière de style, la Polo R WRC joue plutôt sur le clin d'œil que sur la réplique pure et dure. Les 2 500 exemplaires (dont 50 uniquement pour la France) seront donc tous recouverts d'un joli blanc et de bandes grises et bleue plutôt bien intégrées. Si ce genre d'artifice est habituellement en trop, ces inserts restent ici suffisamment discrets pour ne pas choquer. La panoplie est complétée par un bouclier, des jupes latérales et des élargisseurs spécifiques, un diffuseur et un petit aileron noir (ce dernier portant notamment le numéro de la voiture dans la série de 2 500) et les habituels logos R et WRC. On note également les très belles jantes en 18 pouces évoquant celles de la voiture engagée en championnat du monde des rallyes. Dans tous les cas, on apprécie le travail effectué par Volkswagen sur sa citadine. Tout particulièrement dans cette version débridée disponible uniquement en 3 portes, la Polo a su rester fraîche et ne paraît pas approcher les 5 ans.

Habitacle en retrait

C'est cependant moins le cas dans l'habitacle. Face aux ambiances modernes des Clio, 208 et Fiesta, le cockpit de la Volkswagen Polo R WRC affiche un style classique et plutôt triste. Les plastiques durs, bien que correctement assemblés, ne flattent pas franchement le regard et quelques détails s'avèrent agaçants, comme le siège conducteur qui ne tient pas en position « ouverte » lorsqu'on souhaite accéder à l'arrière. Le coffre se montre plutôt réduit (200 litres) mais les places arrière s'avèrent exploitables par deux adultes. Du côté des défauts, signalons aussi le système multimédia vieillissant, n'intégrant notamment pas le bluetooth malgré la présence des boutons sur le volant ! Les spécificités de cette version R WRC sont pour leur part agréables. Les sièges partiellement recouverts d'Alcantara et brodés « WRC » offrent un maintien correct (même s'ils ne rivalisent pas avec les baquets de la Fiesta ST), les aiguilles bleus confèrent une jolie note sportive aux compteurs et l'excellent volant à méplat recouvert d'Alcantara met le conducteur dans l'ambiance au premier contact.

GTI + GTI = WRC

Une fois les logos et appellations oubliées, on réalise vite que la Polo R WRC n'a pas grand chose à voir avec la véritable Polo WRC, ni même avec les autres modèles R de Volkswagen. D'abord, la Polo R WRC se contente de deux roues motrices pour transmettre sa puissance à la route. Autre différence avec la voiture d'Ogier, on trouve sous le capot un bloc 2 litres et non un 1,6 litre. En réalité, la Volkswagen Polo R WRC serait plutôt une Polo GTI dans laquelle on aurait greffé le moteur de la Golf GTI. Ce 2 litres TSI développe ici 220 ch et un couple généreux de 350 Nm. Contrairement à la Golf, la Polo R WRC le combine à une bonne vieille boîte mécanique à 6 rapports. Et puisqu'on parle de technologies en passe de devenir obsolètes, on apprécie également la présence d'une direction à assistance électro-hydraulique, donc capable de retransmettre fidèlement l'état de la route et l'activité des pneumatiques.

Boule de nerfs

Des informations nécessaires pour tirer le maximum de la petite bombe Volkswagen. Car avec des assistances électroniques et un différentiel XDS d'ancienne génération, la Polo R WRC peine à faire passer l'ensemble de ses chevaux sur la route. Les pneus peinent à contenir les ruades du couple jusqu'en troisième, ce qui se traduit par des remontées fréquentes dans la direction. Et sur le mouillé, le museau a la fâcheuse tendance à élargir lors de la reprise des gaz en courbe. Si tout n'est pas rose, donc, il y a cependant quelque chose de jouissif à se retrouver sur une petite route au volant d'un engin aussi déjanté que la Polo R WRC. Rapidement, on règle une position de conduite correcte et on rapproche le volant en Alcantara afin de réellement se glisser dans la peau d'un pilote de rallye. Les grognements du moteur (à l'admission, pour une fois) sont accompagnés par les sifflements du turbo. Une sonorité à la hauteur de son comportement: le 2 litres reprend sans broncher dès 1 500 tr/min et grimpe sans sourciller jusqu'à 7 000. Si ce caractère se paye cher lors de l'achat (bonjour le malus avec 174 g/km de CO2 !), il ajoute réellement quelque chose au comportement de la Polo et lui confère une personnalité plus marquée par rapport à ses concurrentes dotée de petits 1,6 litre.

La boîte, quant à elle, peu parfois manquer légèrement de précision mais reste particulièrement agréable à manipuler et profite surtout de rapports courts ce qui contribue à rendre le moteur exploitable. Comme on peut s'y attendre pour une sportive de cette trempe, les suspensions sont fermes mais évitent toutefois d'être cassantes. Cependant, leurs réglages et la direction vive pénalisent la Polo en matière de tenue de cap sur chaussée abîmée. Ce qui impose au conducteur une attention de chaque instant lorsque le rythme augmente. Le freinage est quant à lui correct, d'autant que l'état d'usure avancée des plaquettes de notre modèle d'essai ne le mettait pas en valeur. Sur les routes du Vexin, l'impression qui ressort globalement de cette Volkswagen Polo R WRC est ainsi plutôt bonne. Le couple omniprésent et la puissance copieuse confèrent à la citadine un tempérament de boules de nerfs, prête à bondir à chaque instant et incitant à la débauche. Une attitude qui n'est pas obtenue en sacrifiant ses aptitudes de citadine : en ville, sa vivacité et sa maniabilité permettent de se faufiler dans le trafic.

À retenir

Bien moins précise et rigoureuse qu'une Ford Fiesta ST, la Polo R WRC ne manque cependant pas d'arguments. Déjantée, elle propose une expérience plus pimentée que ses concurrentes, bien que cela se fasse au détriment de l'efficacité globale. Mais les GTI n'ont jamais été véritablement centrées sur l'efficacité. L'objectif d'une bombinette est de figer un sourire sur le visage de son conducteur. Et de ce point de vue, la Polo R est une réussite complète. Ajoutez à cela son exclusivité et vous obtenez un futur collector évident. Des qualités qu'elle facture malheureusement au prix (très) fort : 33 900 € !
points fortsCaractère moteur, étagement de la boîte, volant en Alcantara, exclusivité, comportement réjouissant.
points faiblesTarif, équipements légers, tenue de cap sur chaussée abimée, efficacité moyenne du châssis.
15.4

20
Les chiffres
Prix 2013 : 33900 €
Puissance : 220 ch
0 à 100km/h : 6.4s
Conso mixte : 7.5l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 15/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLKSWAGEN Polo GTI 2018
VOLKSWAGEN Polo GTI 2018

Cette sixième génération de Volkswagen Polo GTI reçoit le plus gros moteur de...

VOLKSWAGEN Polo GTI 1.8
VOLKSWAGEN Polo GTI 1.8

Quand tout le monde se met au « downsizing », Volkswagen fait l'inverse : la...

VOLKSWAGEN Polo GTI
VOLKSWAGEN Polo GTI

Véritable héritière de la toute première Golf GTI, la pétillante Polo du même...

Tous les essais VOLKSWAGEN
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

TESLA Model 3 Grande Autonomie
TESLA Model 3 Grande Autonomie

La Model 3 débarque enfin en Europe, à des tarifs débutant à 42 600 €....

TOYOTA Camry Hybrid Lounge
TOYOTA Camry Hybrid Lounge

Hors-jeu les grandes routières généralistes ? Pourtant, 20 ans après avoir,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar invité
un internaute a dit le 13-01-2014 à 21:02
Pression des pneus trop élevée il faut laisailler a 2,5 bar ce mieux conseil wv pertuis vaucluse après asaie au ventoux ce week end