Essai RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch

Stéphane Schlesinger le 06/05/2019

Très attendue, cette version de la Mégane bénéficie d'une mécanique et d'un châssis affûtés. Suffisant pour reprendre dignement le flambeau de sa devancière, qui était l'épouvantail de la catégorie ?

Judicieuse radicalisation

Malgré un contexte qui leur est toujours plus défavorable, les sportives pullulent. Parmi les compacte, la Mégane III RS s'est taillé une bien jolie réputation grâce à son châssis exceptionnel, encore bonifié en 2009 quand est apparue la version Trophy. Les records qu'elle a battus sur le Nürburgring ont également renforcé sa notoriété ! Mais sa descendante, en butte à une concurrence encore plus acharnée, n'a pour l'instant pas réussi à autant captiver les passionnés, la faute à une puissance à peine plus élevée (280 ch contre 275), au contraire de son poids, en hausse d'une centaine de kilos. La nouvelle version Trophy va-t-elle remettre les pendules à l'heure ?

Voir plus de photos

Optimisation simple et logique

Pour s'en donner les moyens, elle bénéficie d'une préparation complète. Déjà côté mécanique. Le bloc 1,8 l M5PT, également monté dans l'Alpine, développe ici 300 ch pour 400 Nm, grâce notamment à un nouveau turbo, doté de roulements à billes de céramique, qui le rendent plus réactif. L'échappement a lui aussi évolué, gagnant des clapets pour une sonorité plus suggestive le cas échéant. Deux boîtes à 6 rapports sont disponibles, une mécanique et une double-embrayage EDC. Celle-ci, plus robuste, autorise une hausse du couple de 20 Nm tout en permettant une baisse des émissions de CO2. De sorte que son surcoût de 1 800 € se voit compensé par un malus bien moindre. Ainsi, au total, la Trophy EDC économise 73 € par rapport à la manuelle... Ensuite, le châssis répond d'office aux spécifications Cup : ressorts et amortisseurs durcis (25 % et 30 % respectivement), barres antiroulis rigidifiées de 10 % et jantes spécifiques de 19 pouces dites Jerez chaussées de Bridgestone Potenza S001, très performants. Ces roues cachent des freins bimatière (disques de 355 mm) qui d'une part permettent chacun un allègement de 1,8 kg, et de l'autre résistent mieux à la chaleur. Naturellement, le train avant conserve ses pivots découplés, alors que série, un différentiel Torsen à glissement limité s'installe dans la transmission. Enfin, la direction est plus directe. Un ensemble de modifications simples mais efficaces si elles sont bien jugées, et de ce point de vue, les ingénieurs de Renault Sport profitent d'un sacré savoir-faire. Cerise sur le gâteau, le frein à main redevient manuel ! Comme la RS standard, la Trophy adopte des butées hydrauliques d'amortisseurs et le 4Control. Ce système, que seul Renault emploie dans cette catégorie, braque les roues arrière dans le sens opposé aux roues avant jusqu'à 60 km/h (100 km/h en mode Race), et dans le même ensuite. Un dispositif qui m'avait laissé dubitatif sur la Mégane GT...

Pulpe secouée

Plus chère de 6 000 € qu'une 280 ch, la Trophy compense par sa dotation, incluant d'origine le châssis Cup, le RS Monitor, l'afficheur tête haute voire la radio digitale. Notre exemplaire conserve la boîte manuelle mais reçoit les baquets en Alcantara optionnels, qui abaissent la position de conduite - bien étudiée - de 20 mm. Très fermes, ils assurent heureusement un excellent maintien, et se révèlent étrangement confortables. Je n'en dirais pas autant de la suspension, qui réagit très sèchement sur les aspérités, plus que celle de l'ancienne Trophy. On se réjouit dès lors de l'excellente qualité d'assemblage de l'habitacle, où aucun bruit parasite ne se manifeste. La fermeté caractérise aussi la commande de boîte, alors que l'embrayage manque de progressivité : la conduite urbaine n'est donc pas très agréable, même si le moteur se montre souple et progressif. Ça s'arrange sur route, où celui-ci regorge de vigueur et atteint les 7 000 tr/mn sans jamais faiblir. Tout de même ! Mieux, en mode Sport, l'échappement crépite au lever de pied, une touche kéké pas désagréable. Mais le mieux, c'est encore dans le sinueux. Direction précise, train avant très rigoureux avec ce qu'il faut d'effets de couple pour montrer qu'il se passe quelque chose, adhérence exceptionnelle : la Trophy se révèle extrêmement efficace, d'autant que son freinage est redoutable, la commande de boîte très rapide et son pédalier bien adapté au talon-pointe. Et les roues directrices ? Elles rendent l'auto très stable dans les courbes rapides et joueuse dans le serré, alors que le moment du changement de loi n'est pas trop gênant. En clair : la Trophy survire allègrement, mais uniquement quand on lui demande, et de façon progressive, surtout en mode Race, qui désactive l'ESP. Certes, autour du point-milieu, le centrage du volant fait artificiel ; certes, même s'il s'assouplit quand on roule vite sur mauvaise route, l'amortissement reste raide, mais au final, on ressort réjoui de la Mégane Trophy. Seulement, quand on regarde prix, ça fait mal : 52 273 € avec le malus.

À retenir

Nettement plus chère de prime abord que la 280 ch, la Trophy justifie son surcoût par sa dotation plus complète, son châssis affûté et son moteur plus puissant. Si elle perd en confort, elle se montre en conduite sportive plus efficace et joueuse, donc prodigue un agrément bien supérieur. Le tout en restant facile au quotidien. En somme, cette Mégane RS est très polyvalente, car capable d'emmener les enfants à l'école et de se montrer très rapide sur circuit. Et en conduite courante, elle se contente de 8,5 l/100 km. Reste que son malus écolo colossal plombe son prix de vente. 12 000 € de plus au bas mot qu'une Cupra Leon 290 ou une Peugeot 308 GTI, c'est difficile à justifier... Surtout qu'une Mégane encore plus radicale arrive d'ici quelques semaines !
points fortsMoteur performant, châssis très agile, grande adhérence, efficacité remarquable, agrément sportif, freinage inépuisable, boîte rapide, direction précise, motricité, finition, polyvalence.
points faiblesSuspension très ferme, commande de boîte peu agréable, malus décourageant.
16

20
Les chiffres
Prix 2018 : 44100 €
Puissance : 300 ch
0 à 100km/h : 5.7s
Conso mixte : 8.1l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 18/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 12/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

RENAULT Megane IV R.S.
RENAULT Megane IV R.S.

Voici tout juste 14 ans que la firme au Losange propose une Mégane signée...

RENAULT Mégane IV GT
RENAULT Mégane IV GT

Pour sa 4ème génération, la Mégane emprunte la plate-forme CMF, comme les...

RENAULT Mégane III RS 275 Trophy
RENAULT Mégane III RS 275 Trophy

Pour ceux qui souhaitent profiter des améliorations de la Trophy R tout en...

Tous les essais RENAULT
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé

Mercedes renouvelle son grand « SUV coupé » et le décline dans cette inédite...

JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce
ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce

Après presque trois ans d'une carrière en demi-teinte, le SUV Alfa Romeo...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires