• DS 3 CROSSBACK PURETECH 155 CH

Essai DS 3 Crossback PureTech 155 ch

Julien Marcos le 13/05/2019

DS, marque de luxe du Groupe PSA, mise beaucoup sur sa nouvelle DS3 Crossback pour relancer ses ventes. Un petit crossover sympa et original, que nous avons essayé en motorisation 1.2 PureTech de 155 ch.

DS sort son joker

Après l'échec des berlines DS4 et DS5, la marque de haut de gamme française se devait de réagir et vite. Plutôt que de renouveler sa séduisante citadine polyvalente DS3, le constructeur tente un coup de poker avec son nouveau DS3 Crossback. Destiné à chasser sur les terres des Audi Q2 et Mini Countryman, ce dernier donne le signal d'une grande offensive de DS, qui ambitionne de commercialiser pas moins de sept nouveaux modèles d'ici l'horizon 2024. Une montée en puissance, qui devrait aussi à moyen terme sonner le glas des mécaniques thermiques, puisque la firme hexagonale devrait se concentrer sur l'hybride et sur le 100% électrique.

Voir plus de photos

Un petit tour en électrique ?

Nous avons d'ailleurs eu l'occasion de prendre le volant, et en avant-première, de la DS3 Crossback 100% électrique baptisée E-Tense. Cette version dispose d'un bloc de 100 kW lui permettant de parcourir le 0 à 100 km/h en 8,7 s et de revendiquer une autonomie de 300 km selon les dernières normes d'homologation en vigueur. Longue de 4,12 mètres, la DS3 Crossback présente un style singulier et plutôt statutaire. L'objectif est donc réussi. Parmi les signes distinctifs du crossover français, on notera cette calandre hexagonale un peu dans la même veine qu'une Audi, mais également cet aileron de requin sur les portes arrière et enfin ces poignées affleurantes optionnelles. Nous regretterons en revanche cette visibilité vers l'arrière quasi-nulle et qui rend obligatoire des options comme la caméra de recul. Fini donc la marche arrière avec le bras posé sur l'appuie-tête du siège passager.

Un habitacle soigné, mais...

Une voiture se vit surtout de l'intérieur, et DS ne n'est pas trompé sur son nouveau modèle. L'habitacle est vraiment plaisant et se distingue vraiment des productions Citroën, ce qui n'était pas le cas sur une DS3 par exemple. La console centrale vaut le détour avec ces commodos en forme de losange, ce levier de vitesse type joystick ou cette instrumentation numérique. Le traitement des portières est aussi réussi, en particulier dans le dessin de l'aérateur. Bien évidemment, pour profiter à plein de cette DS3 Crossback, il faudra mettre le prix. La planche de bord prend une toute autre dimension si l'on opte pour le garnissage en cuir Nappa ou pour ces inserts en aluminium brossé du plus bel effet. Reste que tout n'est pas parfait. On peut regretter que certains plastiques comme celui de la boîte à gants ne soient pas au niveau, et que l'habitabilité aux places arrière soit juste moyenne. Le volume du coffre est satisfaisant, mais avec 350 litres, il est inférieur de 50 litres à celui proposé sur l'Audi Q2 !

Gros 3 cylindres

Chez Motorlegend, nous aimons essayer les versions les plus véloces. Pas d'autre choix alors que de prendre le volant du petit 3-cylindres 1.2 Puretech, qui fournit néanmoins 155 ch et 240 Nm de couple. Très vaillant au démarrage et vif dans ses montées en régime, il ne marque toutefois pas une différence flagrante par rapport à la version de 130 ch. Il faut dire que la valeur de couple est proche (240 Nm contre 230 Nm pour le petit frère). Mais associé à l'excellente boîte automatique à 8 rapports, ce moteur offre une belle polyvalence et une consommation raisonnable à vitesse stabilisée. Son seul véritable défaut vient de sa sonorité, un peu trop présente sur autoroute. Au chapitre dynamique, le DS3 Crossback se montre assez vif et agile, grâce à son train avant accrocheur. Sa direction, manque toutefois de feeling en son point milieu et le mode Sport, bien qu'il corrige un peu le phénomène, est trop artificiel selon nous.

À retenir

En matière de tarifs, n'espérez pas faire de bonnes affaires. Conscient de s'attaquer à des modèles premium, DS fait débuter la DS3 Crossback à 23 500 €. Mais pour goûter à cette mécanique de 155 ch, il faudra au minimum débourser 31 600 € pour une 1.2 155 EAT8 en finition So Chic, voire 35 100 € pour la version Performance Line + (Jantes alliage 18”, poignées de porte affleurantes, tablette tactile de 10,3'', DS Matrix Led, DS Connect Nav...).
points fortsStyle atypique, technologie dernier-cri, belles performances
points faiblesTarif coquet, détails de finition, visibilité vers l'arrière
15

20
Les chiffres
Prix 2019 : 31 800 €
Puissance : 155 ch
0 à 100km/h : 8.2s
Conso mixte : 5.4l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 15/20

Autres articles pouvant vous intéresser

DS 7 Crossback BlueHDi 180 EAT8
DS 7 Crossback BlueHDi 180 EAT8

Alors que les ventes de la marque sont en berne, DS lance enfin une vraie...

DS 3 Performance
DS 3 Performance

Pour son restylage, la DS 3 a surtout gagné une nouvelle version sportive,...

Tous les essais DS
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

TESLA Model 3 Grande Autonomie
TESLA Model 3 Grande Autonomie

La Model 3 débarque enfin en Europe, à des tarifs débutant à 42 600 €....

TOYOTA Camry Hybrid Lounge
TOYOTA Camry Hybrid Lounge

Hors-jeu les grandes routières généralistes ? Pourtant, 20 ans après avoir,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires