Essai PEUGEOT 208 GTI

Loïc Bailliard le 02/04/2013

Pour lutter avec une concurrence en pleine ébullition, la Peugeot 208 GTI invoque la mythique 205 GTI. Est-elle la digne héritière de sa glorieuse aînée ?

Voir la vidéo en HD

Présentation

La Peugeot 205 GTI possède une place à part dans l'histoire de l'automobile. En son temps, la Lionne améliora jusqu'à la perfection la recette imaginée par Volkswagen avec la Golf GTI. Mais plutôt que de perpétuer le blason, Peugeot décida de remplacer l'appellation GTI par le matricule RC lors du lancement de la 206. Un choix étonnant, d'autant que le modèle continuait à se vendre sous le nom GTI sur d'autres marchés. Puis, réalisant enfin le potentiel qu'offrait son histoire dans l'hexagone, Peugeot lança en 2009 la 308 GTI. Mais la compacte n'avait pas les épaules pour satisfaire les attentes des passionnés. Si le constructeur se risque aujourd'hui une nouvelle fois à apposer les 3 lettres mythiques sur la Peugeot 208 GTI, c'est donc qu'il pense enfin satisfaire les nostalgiques les plus exigeants.

Le premier contact confirme la justesse de ce choix. A l'extérieur comme à l'intérieur, la 208 GTI dégage une sportivité contenue totalement en ligne avec son histoire et ses concurrentes. Techniquement, la 208 adopte la recette de mise en ce moment : 4 cylindres 1.6 turbo, 200 ch, 0 à 100 en moins de 7 secondes… Sur la route, le verdict est plus mitigé. La 208 GTI ne parvient en effet pas à rappeler les sensations uniques et explosives procurées par son aînée. Mais au train arrière joueur et au bloc atmosphérique pétillant de la 205, elle oppose une homogénéité bluffante. Vive, confortable, précise, la 208 GTI est une formidable sportive polyvalente. Moins pointue mais plus vivable que la Fiesta ST, moins joueuse mais mieux finie que la Clio RS, elle avance donc de véritables arguments qui séduiront ceux qui cherchent le meilleur compromis.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

De prime abord, la Peugeot 208 GTI est avant tout une… 208. Elle se pare en effet d'un kit carrosserie classique (le traditionnel ensemble bouclier, bas de caisses, diffuseur et béquet) plutôt discret mais élégamment intégré. On note également les jantes de 17 pouces spécifiques intégrés à des passages de roues légèrement renflés. Évidemment, la 208 est moins fine, donc moins élancée, que la 205 ne l'était. Mais comme cette dernière, ce sont les petits détails qui lui apportent une dose d'agressivité supplémentaire bienvenue. On pense évidemment aux logos GTI apposés sur les montants C, mais également aux sorties d'échappement rectangulaires ainsi qu'au damier formé par la calandre. Mais c'est le dessin spécifique des phares, intégrant notamment des clignotants à LED offrant une signature visuelle forte, qui marque le plus.

De l'habitacle émane une sensation de qualité indéniable. Les sièges baquets (dont le dessin et le mélange cuir-tissu rappellent la 205 GTI) offrent un excellent maintien, les revêtements de la planche de bord évoquant le cuir flattent l'œil et le toucher, les commandes sont disposées de façon claire et simple. L'essentiel de la technologie passe par le grand écran tactile dont l'interface demande une certaine prise en main. Si la moquette rouge d'antan n'a pas été reconduite, cette couleur est présente grâce aux liserés sur les ceintures, les surpiqûres, les poignées de contre-portes (dont le dégradé n'est pas du meilleur goût) ou l'encadrement des compteurs. Du haut de mon 1,80 mètre, ces derniers n'étaient cependant pas correctement lisibles avec ma position de conduite habituelle, m'obligeant à abaisser le volant. Agaçant.

Mécanique et châssis

Mode du downsizing oblige, la fiche technique de la Peugeot 208 GTI ressemble de très près à celle de ses concurrentes. Comme la Renault Clio RS et la Ford Fiesta ST, elle est ainsi motorisé par un 4 cylindres en ligne de 1,6 litres, gavé par un turbo et affichant 200 ch (la Ford pointe à 182 ch, mais un overboost peut temporairement lui offrir les 18 ch déficitaires). Dans la lionne, c'est l'habituel 1.6 THP qui officie. Il annonce ici un couple de 275 Nm dès 1 700 tr/min (avec une courbe très plate par la suite, assurant des relances à tous les régimes), tandis que sa puissance maximale est atteinte à 5 800 tr/min.

Bardé de technologie (injection directe, turbo twin scroll, levée variable des soupapes à l'admission, calage variable à l'admission et l'échappement), ce moteur revendique une consommation (normalisée, bien entendu) de 5,9 l/100 km, soit 139 g/km de CO2. Il transmet sa puissance aux roues avant via une boîte 6 rapports manuelle aux débattements un peu long mais aux enclenchements fermes. Pour assurer que l'ensemble fonctionne, Peugeot a évidemment retravaillé le châssis. Les voies sont ainsi élargies de 10 mm à l'avant et 20 mm à l'arrière, tandis que les essieux ont été renforcés pour obtenir une rigidité en hausse de 20% par rapport à la version civile. Le freinage est assuré par des disques de 302 mm à l'avant et 249 mm à l'arrière, logés dans des jantes de 17 pouces chaussées de gommes en 205/45.

Sur la route

Pour l'ancien propriétaire de 205 GTI que je suis, me retrouver au volant d'une Peugeot moderne portant ce blason est forcément un moment d'émotion. J'ai encore en mémoire le bloc atmosphérique 1.6 de 115 ch bourré de caractère, le train avant rivé au sol, la direction follement informative et le train arrière joueur. Il est évident que les normes actuelles ne permettent pas de donner de telles caractéristiques à une compacte sportive moderne, mais si Peugeot a jugé la 208 digne de s'appeler GTI, c'est qu'elle devrait distiller quelques sensations familières... ! Le moteur s'éveille avec un léger ronronnement, et on se dirige tranquillement vers l'arrière pays niçois et les gorges du Loup. La direction se montre agréable en ville, le bloc est discret, la boîte douce et l'amortissement absorbe bien les cahots de la route. Mais un panneau « virages dangereux » signale le début des choses sérieuses. Le décor magnifique ne doit pas nous distraire d'une route étroite et exigeante, terrain de jeu parfait pour une bombinette.

Et malheureusement, il est impossible de ravaler une certaine déception durant les premières minutes. On peine à retrouver un lien entre la 208 GTI et son illustre ancêtre. Elle dispose ainsi d'un châssis volontairement neutre, tandis que son moteur n'égale ni le caractère rageur ni la sonorité rauque du fameux « XU » des vieilles GTI. La Peugeot ne donne pas le sentiment de légèreté qui frappe à bord de la Fiesta ST. Et elle ne semble pas capable non plus des prouesses artistiques d'une Clio RS dont mes confrères ont fait l'éloge. Mais à mesure que les kilomètres défilent, La Peugeot 208 révèle l'étendue de ses talents. La direction se montre précise et remonte plus d'informations que celle de la Ford. Elle permet de placer un train avant qui ne se laisse aller au sous-virage que lorsqu'il est provoqué. L'arrière accepte d'enrouler légèrement au lever de pied, sans toutefois qu'on puisse le qualifier de mobile. Répondant en un éclair à la moindre sollicitation du pied droit, le moteur semble toujours disponible. Et le freinage reste efficace malgré de fortes sollicitations. Au final, on parcourt donc du terrain à bonne vitesse, sans jamais être pris en traître. Et l'on rend finalement les clés avec un goût de trop peu…

À retenir

D'une façon générale, la Peugeot 208 GTI frappe par son homogénéité. Elle semble bien capable de tout faire et représente un « package » très complet. On pourrait cependant considérer ces caractéristiques comme un manque de tempérament. En choisissant le blason GTI plutôt que RC, Peugeot nous a fait une promesse que la 208 ne semble malheureusement pas capable de tenir. Pour autant, elle représente un immense progrès par rapport à la 308 GTI et plus encore face à la 207 RC. La lionne est une fabuleuse petite sportive, plus agréable au quotidien que ses concurrentes tout en restant redoutable sur petites routes. Et son tarif de 24 500 €, associé à un équipement complet, la rend particulièrement compétitive.
points fortsHomogénéité générale, qualité de l'habitacle, châssis sain, couple inépuisable
points faiblesManque de caractère, sonorité moyenne
14.7

20
Les chiffres
Prix 2013 : 24500 €
Puissance : 200 ch
0 à 100km/h : 6.8s
Conso mixte : 5.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 16/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

PEUGEOT 208 GTI 30th
PEUGEOT 208 GTI 30th

Il y a 30 ans Peugeot présentait la fameuse 205 GTi et la marque célèbre...

PEUGEOT 308 GTi 263 ch FAP
PEUGEOT 308 GTi 263 ch FAP

La 308 GTi a reçu un filtre à particules pour se conformer aux nouvelles...

PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line
PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line

Dans un segment dominé par le conformisme, le nouveau break Peugeot impose un...

Tous les essais PEUGEOT
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Karl78
Karl78 a dit le 02-04-2013 à 22:53
Belle auto, même si mon coeur penche vers la nouvelle Clio R.S.