Essai BMW Série 3 Gran Turismo

Jean-François Destin le 04/06/2013

Avec la Série 3 Gran Turismo, BMW répond aux critiques de la clientèle en offrant une variante plus fonctionnelle et habitable... au risque de pénaliser les ventes des autres Série 3 !

Voir la vidéo en HD

Quand la Série 3 devient familiale

L'introduction dans la gamme BMW Série 3 de la Gran Turismo va constituer une manne céleste pour le réseau commercial : en effet, les vendeurs n'auront plus à essuyer les critiques récurrentes concernant le manque de place à l'arrière et la modeste capacité du coffre de la Série 3, qu'elle soit berline ou break Touring. En jouant généreusement sur les dimensions (longueur accrue de 20 cm, largeur de 1,7 cm et hauteur de 8,1 cm) et sur l'empattement (+ 11 cm), BMW réussit à offrir l'espace habitacle arrière d'une Série 7 ! Quant au coffre, il offre un volume record de 520 à 1 600 dm3, comparable à celui du Touring Série 5. Très bien équipée dès première finition Lounge, la Série 3 Gran Turismo cumule quantité d'avantages pour un conducteur et des passagers installés 6 cm plus haut. Elle hérite des motorisations diesel et essence déjà utilisées sur la gamme 3 – même si les fameux six cylindres se font attendre – et le rapport prix/équipements des quatre finitions risque d'éclipser les atouts des berlines et break Touring. Vous avez dit cannibalisation ?

Au premier coup d'œil, la Gran Turismo s'apparente bien à la famille Série 3. Pourtant, très peu de composants de carrosserie ont été repris. On note à l'avant un pare-chocs redessiné, un capot plus horizontal et un entourage de double calandre plus affirmé. Derrière les roues avant a été aménagée une ouïe en forme de boomerang : elle sert d'évacuation pour l'air entré au niveau du pare-choc, ce qui limite les perturbations aérodynamiques créées par la rotation de la roue. Baptisé « air breather », ce système ajouté au fond plat de la voiture permet d'améliorer l'aérodynamique et de gagner 1 g/km de CO2, la 318d d'accès de gamme revendiquant seulement 119 g/km. La base de flancs de portières a été retravaillée et l'arrière, inédit, intègre un hayon motorisé et un becquet actif au-delà de 130 km/h. Enfin, à l'exception de la version d'accès Lounge, la Gran Turismo hérite de deux toits translucides en verre que l'on peut entrebâiller. A l'intérieur, on retrouve la même planche de bord fonctionnelle, intuitive et soignée, et l'heureux mariage de l'alu brossé, du cuir et du bois précieux. A l'arrière, l'espace aux jambes a été amélioré de 75 mm : c'est énorme et nos photos le prouvent, l'accueil est comparable à celui de la Série 7 ! En outre, les dossiers sont inclinables et le coffre hérite de deux fonctionnalités innovantes. Ainsi, un logement sous le plancher reçoit les deux parties du couvre-bagages. De plus, le nouveau mode « cargo » redresse à la verticale les dossiers des sièges arrière. Ces derniers sont évidemment rabattables en fractions 40/20/40.

Voir plus de photos

Châssis surélevé

L'élévation est de 2,5 cm par rapport à celui du break Touring. La Série 3 GT accusant de 40 à 70 kilos supplémentaires selon les modèles, BMW a veillé, par une répartition des masses idéale (50/50), à garantir l'agilité, le confort et la précision de conduite. Trois motorisations sont proposées : en diesel, le 2 litres de 143 chevaux (318d) et 184 chevaux (320d, notre voiture d'essai) ; en essence, le 2 litres turbo fournit 184 chevaux. Seul ce dernier est frappé d'un malus de 300 €.

Comme toujours chez BMW, les rendements énergétiques sont spectaculaires. Ainsi notre 320d, ne rejetant que 129 g/km, revendique 4,9 l/100 km en cycle mixte, et s'est contentée de 7,3 l/km sur le terrain de nos tests routiers. Étonnant pour une auto capable de 230 km/h et d'un 0 à 100 km/h en 8 secondes. Toutes les mécaniques peuvent être associées à la récente boite automatique à 8 rapports avec commande par palettes. D'un agrément de tous les instants, cette transmission ne pénalise pas la consommation et rend l'auto un peu plus agressive en accélération.

Une ambiance haut de gamme

Est-ce la sensation d'être installé un peu plus haut ou de visualiser dans le rétro l'espace arrière, toujours est-il que la Série 3 Gran Turismo s'apparente à un modèle de gamme supérieure. Certes, comme à l'habitude, BMW nous a proposé à l'essai une 320d BVA en version supérieure Luxury bardée d'options. Outre la boite auto à 2 200 €, nous avons profité de la suspension adaptative (1 150 €) et de jantes alliage à rayons W de 19 pouces pourvues de pneus mixtes (960 €). De quoi faire une addition salée, avec parfois des surprises tarifaires. Ainsi le très coûteux affichage holographique tête haute (« head up display ») ne faisant pas appel à de la haute technologie atteint 1 000 € alors que les innovants feux de route anti-éblouissement (uniques sur ce segment) ne sont facturés que 160 €.

Rappelons à ce sujet que le conducteur peut garder en permanence les feux de route, le système très complexe adaptant automatiquement l'éclairage pour ne pas éblouir l'usager que l'on croise ou que l'on suit. Au volant, la 320d Gran Turismo révèle un comportement irréprochable, tant au niveau de la tenue de route que du freinage et de la direction asservie à la vitesse. Tout juste pouvons-nous regretter un léger déhanchement en cap et un petit roulis en virage dus au poids en hausse. Un problème réglé en optant pour le mode sport de la suspension pilotée... au prix cependant d'une dégradation sensible du confort aux places arrière. Quant au diesel, il reste discret en croisière mais trahit son origine au démarrage et en relance.

À retenir

Contrairement à la Série 5 Gran Turismo, dont l'échec est patent en Europe, la Série 3 Gran Turismo va faire des ravages dans les rangs de la concurrence... mais aussi en interne. Le break Touring a plus à perdre que la berline classique dont le côté statutaire réjouit les conservateurs. Le succès annoncé va résulter aussi d'un effort tarifaire pour garder des prix voisins de ceux du Touring. Sachant que la nouvelle venue se révèle mieux équipée au travers des quatre finitions. Réponse dès la commercialisation, prévue le 13 juin.
points fortsDesign réussi, fonctionnalité au top, habitabilité arrière, qualités routières préservées, motorisations performantes et sobres, équipements.
points faiblesDiesel sonore en reprises, confort de suspension à l'arrière perfectible, peu de rangements.
14.7

20
Les chiffres
Prix 2013 : 54 870 €
Puissance : 184 ch
0 à 100km/h : 7.9s
Conso mixte : 4.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 16/20

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW 330i (G20)
BMW 330i (G20)

Pour sa 7e génération, la Série 3 grandit, complexifie son style et gagne en...

BMW 340i xDrive M Performance
BMW 340i xDrive M Performance

Discrète comme une voiture d'entreprise et performante comme une vraie...

BMW 330e M Sport
BMW 330e M Sport

Hybride rime souvent avec languide. Se convertir à la voiture « verte »...

Tous les essais BMW
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

MASERATI Levante Trofeo
MASERATI Levante Trofeo

Les SUV sportifs sont légion et il n'est pas toujours facile de faire son...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de mrj
mrj a dit le 01-03-2014 à 08:54
C'est en effet une très bonne voiture (320d xdrive gt, boîte 6), que j'ai acquise en remplacement d'une 520d (boîte 8 auto). Le 2L 184ch me semble plus approprié que la version dégonflée de la 318d, et la consommation reste frugale. Elle est tout simplement gigantesque comme familiale, avec un très bon confort et beaucoup de place pour les (5) passagers, et un coffre spacieux. Sur ce plan elle fait bien mieux que la 520d pourtant plus longue de 7cm et légèrement plus large ! Je trouve sa ligne très réussie (bien mieux que la 5 gt) et la hauteur de caisse plus adaptée à la vie de tous les jours (si on a l'occasion d'emprunter des petites routes et autres chemins). Madame préfère également ne plus avoir à descendre si bas pour monter en voiture ! Et pouvoir allonger ces jambes complètement. Elle fait pratiquement jeu égal avec la 5 côté confort, mais est légèrement moins bien insonorisée (la 5 est particulièrement silencieuse). Elle est aussi moins dynamique (la 5 est une référence abs