Essai ABARTH Punto SuperSport

Loïc Bailliard le 24/12/2012

Un look agressif, une fiche technique pleine de promesses et un nom qui sonne comme une incitation à la débauche : l'Abarth Punto Evo SuperSport est-elle à la hauteur de ses promesses ?

Voir la vidéo en HD

Présentation

Jusqu'à présent, le seul moyen d'exploiter au maximum la compacte de Fiat était d'opter pour la version Abarth puis d'installer en après-vente un kit Esseesse. Mais cette année, le constructeur a décidé de modifier quelque peu sa stratégie. Si les Abarth Punto Evo et le kit restent disponible, la marque le propose désormais en version usine sous l'appellation SuperSport. Ceux qui font ce choix peuvent alors profiter de quelques spécificités visuelles, comme les bandes noires mat mettant en valeur la belle peinture grise « Campovolo » et rappelant les Abarth de la grande époque, une vitesse de pointe relevée à 216 km/h ou des jantes noires de 17 pouces. Mais derrière ces effets de style, l'essentiel est commun avec les versions Esseesse. On retrouve ainsi le 4 cylindres turbo de 1,4 litres développant 180 ch et 270 Nm de couple. L'amortissement est toujours assuré par Koni et le grip par quatre pneus Pirelli P Zero. Voilà qui promet.

Malheureusement, si on apprécie initialement la polyvalence de la Punto grâce à son « manettino » permettant de passer d'un mode normal très doux à un mode sport bien plus rageur, on regrette vite qu'Abarth n'ait pas su choisir entre route et circuit. D'un côté, l'amortissement très ferme dégrade franchement le confort sur petites départementales. Un défaut qu'on pourrait pardonner, comme à une Clio R.S. Cup, si la Punto Evo s'en tirait avec les honneurs sur circuit. Mais on est alors frustré par l'impossibilité de déconnecter l'ESP et le sentiment d'être bridé en permanence, ce qui contraint à adopter une conduite académique... mais pas forcement très fun. Tout n'est pas décevant, bien sûr, et le côté rageur du moteur ainsi que l'excellente boite 6 permettent de passer de très bons moments au volant de cet engin attachant car bourré de caractère. On apprécie également de rouler dans une voiture finalement très rare sur les routes françaises. Mais à 21 990 €, l'Abarth Punto Evo SuperSport n'a malheureusement pas la moindre chance face à la Clio R.S.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Le look, c'est clairement l'un des points forts de la Fiat. La Punto Evo avait déjà joliment amélioré la ligne de la Grande Punto en 2009, et vient à son tour de profiter de quelques menues retouches. Mais une fois les logos Fiat remplacés par le fameux scorpion Abarth, rien à faire, le charme à l'italienne fait son effet. Les ailes élargies enchâssant des jantes de 17 pouces noires spécifiques à cette version Supersport, le bouclier percé, le petit becquet surmontant le hayon, la double sortie d'échappement ou encore les optiques à fond noir : autant de détails qui virilisent la ligne sans tomber dans le mauvais goût. Et même si le thème gris à bandes noires (optionnelles) ajoute à cet effet, force est de constater que la Punto dégage une sérieuse impression de sportivité. En témoignent le « Whoaaaaaa, t'a vu cette bagnole ! » lancé par un enfant à son père dans une station service...

Une fois franchi le seuil de porte spécifique, la décoration est plus sobre et rien ne distingue cette SuperSport d'une Abarth classique. La qualité perçue et réelle a cependant fait un bon en avant par rapport à la Grande Punto et est acceptable. On pardonnerait de toute façon n'importe quoi une fois installé dans les excellents sièges baquets, ici dotés du cuir en série. Les surpiqûres rouges et jaunes courant dans l'habitacle sont un joli clin d'œil aux couleurs d'Abarth et le volant à méplat réglable en hauteur comme en profondeur permet d'obtenir une bonne position de conduite. L'équipement est quant à lui très correct, avec Bluetooth à commande vocale et au volant, régulateur, rétroviseur électrochromatique ou capteurs de pluie.

Mécanique et châssis

Sous le capot, le moteur est donc repris directement des versions Esseesse. On retrouve donc le 4 cylindres 1.4 MultiAir, qui passe de 165 à 180 ch grâce à l'installation d'un turbo Garrett à géométrie fixe et d'un nouveau filtre à air. Cette puissance est développée assez tôt (5 750 tr/min) tandis que les 270 Nm de couple ne sont entièrement disponibles qu'à 2 500 tr/min. Ces chiffres laissent présager une plage d'utilisation très réduite, mais dans la réalité la boîte à 6 rapports bien étagée en augmente un peu la souplesse. Malgré le start & stop, la consommation moyenne de 6,1 l/100 km revendiquée est parfaitement irréaliste. Comptez plutôt 8,5 litres avec un style enthousiaste, un peu moins pour les plus modérés.

On l'a dit plus haut, les jantes de 17 pouces sont chaussées par des Pirelli P Zero en 215/45 R17. Derrière elles, ont trouve des disques de freins élargis avec 305 mm mordus par 4 pistons à l'avant. Côté suspension, l'Abarth Punto Evo Supersport profite du même kit Koni que les versions Esseesse. Ceux-ci se distinguent notamment par des ressorts spécifiques plus courts.

Sur la route

Les premiers kilomètres au volant de l'Abarth Punto Evo laissent une excellente impression. On rejoint tranquillement le circuit de la Ferté-Gaucher, se faufilant dans la circulation parisienne grâce à une direction et un moteur très souples dans ces conditions très classiques. Et si l'on se frotte les mains à l'approche de la piste, ce n'est pas simplement à cause de la température négative. Non, avec les promesses du blason et de la fiche technique, on a hâte d'en découdre. Mais au moment de se lancer, un problème est vite apparent : impossible de trouver le bouton de l'ESP. Un coup d'oeil dans le manuel confirme alors une crainte : celui-ci est tout simplement non déconnectable ! Un comble pour une sportive, qui s'explique par un système de gestion du couple (afin d'en limiter les effets sur la direction) simulant une sorte d'autobloquant. On passe tout de même en mode Sport et on profite d'une voiture qui s'éveille : la direction s'affermit, la réponse de l'accélérateur est immédiate et le moteur gagne encore en enthousiasme. Mais, malgré sa sonorité rauque qui gronde dans l'habitacle, le notre s'affaiblit au fil des tours de circuit.

Certes, la Punto est efficace, mais on est contraint à une conduite très académique pour ne pas allumer les voyants : freinage dégressif obligatoire jusqu'à faire pivoter la voiture, et accélération tranquille le temps d'ouvrir le volant. Peut-être le circuit n'est-il le terrain de prédilection du scorpion ? Direction les départementales autour de la piste pour le vérifier ! Si on impose alors un bon rythme à la voiture, on s'étonne cependant du manque de tenue de l'amortissement. Il parvient à être trop ferme tout en subissant quelques rebonds désagréables. Retour au circuit, donc. On finit cependant par trouver une méthode qui, à défaut d'être efficace, a le mérite de nous donner quelques fous rires. Un coup sec sur le frein à main en milieu de courbe permet de faire danser l'italienne et on apprécie alors la rapidité et la précision de la boite de vitesse pour « tomber un rapport » et garder un peu d'élan en s'extrayant du virage. Inutile mais très réjouissant.

À retenir

L'Abarth Punto Evo SuperSport est bourrée de caractère, et c'est à regret qu'on constate ses défauts. La sonorité rauque de son 4 cylindres, son pouvoir de séduction tout italien ou sa rareté sur les routes françaises en font un engin véritablement attachant. Mais à trop vouloir être polyvalente, la Fiat peine à choisir un camp. D'autant qu'à 21 990 €, elle est confrontée à une irrésistible Clio 3 R.S...
points fortsPersonnalité attachante, sonorité, souplesse du moteur, polyvalence, rareté, équipement, tarif.
points faiblesAmortissement approximatif, ESP non déconnectable, places arrières réduites, comportement globalement décevant.
13.6

20
Les chiffres
Prix 2012 : 21 990 €
Puissance : 180 ch
0 à 100km/h : 7.5s
Conso mixte : 6.1l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 16/20

Autres articles pouvant vous intéresser

ABARTH 595 Competizione
ABARTH 595 Competizione

Lancée en 2008, la bombinette Abarth est toujours au catalogue. Certes, elle...

ABARTH 124 GT
ABARTH 124 GT

L'Abarth 124 reçoit un hard-top carbone pour se donner des airs de coupé dans...

ABARTH 124 Spider
ABARTH 124 Spider

Le 124 Spider se décline désormais dans une version sportive signée Abarth,...

Tous les essais ABARTH
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

TESLA Model 3 Grande Autonomie
TESLA Model 3 Grande Autonomie

La Model 3 débarque enfin en Europe, à des tarifs débutant à 42 600 €....

TOYOTA Camry Hybrid Lounge
TOYOTA Camry Hybrid Lounge

Hors-jeu les grandes routières généralistes ? Pourtant, 20 ans après avoir,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de LoïCat
LoïCat a dit le 24-05-2013 à 16:34
Falcoriders : hum, pour un usage tranquille / enthousiaste, peut-être, avec le couple du turbo. Mais dès qu'on commence à vraiment attaquer, la Punto est loin derrière en matière d'agrément, d'efficacité, de précision, de... tout ! Sur piste, on est obligé de martyriser la voiture pour s'amuser et on ne signera jamais de chronos aussi bons qu'avec la Clio. Sur route, l'amortissement est largement en retrait et on se retrouve vite à faire des "wooooooppsss là" sur certaines entrées en courbe quand on pousse le rythme. Désolé, mais la Punto ne fait pas le poids face à une Clio. Et avec l'arrivée des Fiesta ST, 208 GTI et nouvelle Clio RS (j'ai essayé les deux premières), la pauvre Abarth se fait enterrer. Il ne lui reste plus que son tarif, sa gueule mignonne et sa relative rareté pour se rattraper. Mais question performances et efficacité sur route...
avatar de falcoriders
falcoriders a dit le 24-05-2013 à 14:48
"Dommage qu'elle ne fasse pas le poids face à une clio RS"... Non mais ils sont serieux ?! Meme en version standard à 165ch, l'Abarth est loin devant...
avatar de ucclelos
ucclelos a dit le 27-12-2012 à 11:15
Je suis d'accord de dire que le Chassis de la clio rs est plus affuté mais n'oublions pas que la punto est plus élégante et que la majorité des utilisateurs prendrons du Plaisir hors circuit. Dans ce cas je conseille mille fois le moteur de la punto pour son agrément a des vitesses réglementaires ou pas d'ailleurs.
avatar de bautzen
bautzen a dit le 27-12-2012 à 06:53
Super belle , cette PUNTO , l' esp non déconnectable , fait pour les préssés de la gachette , j' suis d' accord ; 1.4l , 180ch , KONI & PIRELLI ZERO , boîte 6 , ériers de frein rouges , c'est pas chère , je vais en parler à mon fils.