< retour

Essai BMW M135i

Vincent Desmonts le 24/09/2012

En attendant une hypothétique nouvelle version M, la BMW M135i est la plus performante des Série 1. Râblée, puissante et étonnamment polyvalente, cette M Performance mérite le détour !

Voir la vidéo en HD

Présentation

D'emblée, mettons les choses au clair : cette M135i n'est pas une « vraie » M, c'est une « M Performance ». BMW regroupe sous ce label des autos moins radicales que les M. En l'occurrence, cette BMW M135i sert d'amuse-bouche de luxe en attendant une future Série 1 M. De luxe, car la M135i affiche déjà 320 chevaux ! Une puissance qu'elle doit à son 6 cylindres turbo à injection directe de 3 litres. Malgré cette alléchante carte de visite, la BMW M135i conserve une certaine discrétion : on note juste des boucliers spécifiques et de belles jantes anthracite. L'habitacle s'orne de sièges sport, d'un volant à jante épaisse et un repose-pieds, tous signés M.

Sans surprise, la M135i affiche des chronos flatteurs : 0 à 100 km/h en 4,9 secondes, un kilomètre départ arrêté balistique (23,8 secondes !) et une vitesse maxi limitée à 250 km/h par l'électronique. Notons au passage que l'excellente boîte automatique à 8 rapports de notre modèle d'essai optimise encore les chronos, tout en réduisant la consommation mixte ! Reste qu'à l'usage, c'est surtout l'étonnante polyvalence de cette sportive de poche qui épate. Son châssis agile et sa compacité la mettent particulièrement à l'aise sur le réseau secondaire, mais son amortissement piloté et la souplesse de son 6 cylindres offrent également un grand confort de conduite sur les longs parcours. Affichée 47 050 € – soit 8 000 € moins cher que sa grande rivale, l'Audi RS3 – la BMW M135i est une tentatrice !

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Sportives, mais sans ostentation : les BMW M Performance représentent un juste milieu également sur le plan du style. La M135i ne se distingue ainsi que par son bouclier avant plus généreusement perforé, par ses jantes alu spécifiques et ses éléments teintés gris (coques de rétroviseurs notamment). À l'arrière, on note l'arrivée d'un « diffuseur » traversé par deux sorties d'échappement. La BMW M135i est par ailleurs disponible en versions 3 et 5 portes, la première se distinguant de la seconde par ses vitres latérales sans encadrement.

L'ouverture des portières dévoile des marchepieds estampillés « M135i ». L'habitacle reçoit des sièges sport habillés d'un revêtement mêlant tissu à motifs hexagonaux et Alcantara, l'ensemble étant souligné de passepoils aux couleurs de BMW M. On note également la présence d'un volant M à jante épaisse, d'un repose-pied M, d'un ciel de pavillon anthracite ou encore de décorations façon aluminium soulignées d'un liséré bleu.

Mécanique et châssis

À l'heure où même les diesel dépassent allègrement les 300 chevaux, il est bon de replacer l'église au milieu du village : avec 320 ch, la BMW M135i n'a pas à rougir. Elle n'affiche en effet qu'un déficit de 20 ch par rapport à feue la Série 1 M, et sa puissance est comparable à celle de la M3 3.2 E36 de 1995. La M135i adopte le 6 cylindres en ligne « N55HP » déjà vu sur les 640i et 740i. Un bloc de 3 litres de cylindrée, qui combine turbocompresseur à double entrée (« twin scroll »), injection directe, double Vanos (calage variable) et Valvetronic (levée variable des soupapes). Outre ses 320 ch à 5 800 tr/min, il offre également un couple maxi de 450 Nm, constant de 1 300 à... 4 500 tr/min. Ce 6 cylindres se montre également soucieux de sa frugalité, graĉe à son start/stop, sa récupération d'énergie au freinage et son mode « Eco Pro ».

Côté transmissions, le choix est laissé entre une boîte manuelle à 6 rapports (de série) et la boîte automatique ZF à 8 vitesses (option à 2 350 €). Cette dernière, loin d'être un handicap, profite autant aux performances qu'à la sobriété. À noter que la M135i, pour l'instant simple propulsion, sera disponible en version xDrive à partir du mois de novembre. Le châssis de la M135i dispose de réglages de suspensions spécifiques, ainsi que d'un amortissement piloté et d'une direction à démultiplication variable. Le freinage est quant à lui confié à des étriers fixes peints en bleu, dotés de quatre pistons à l'avant. Cette M Performance fait en revanche l'impasse sur le différentiel piloté que l'on trouve habituellement sur les BMW M, qui est ici remplacé par un blocage électronique intervenant sur les freins.

Sur la route

Avec 320 ch sous le capot pour un poids – plutôt contenu – de 1 440 kilos, point de surprise : la M135i déménage ! Notre version d'essai, dotée de la boîte automatique, est ainsi donnée par BMW pour 4,9 secondes sur le 0 à 100 km/h et 23,8 secondes au kilomètre départ arrêté. Des chronos que l'on qualifiera sans hésitation de « respectables » ! Mais la M135i a un autre atout : sa compacité. Avec seulement 1,76 mètre de large, elle se faufile partout, et permet de partir « à l'attaque » sur une route de campagne un peu étroite sans craindre de mauvaise rencontre au détour d'un virage. Très équilibrée, agile et réactive, dotée d'un 6 cylindres souple et mélodieux, la M135i offrira beaucoup de plaisir à son conducteur ! La direction précise, le train avant incisif et le freinage endurant (inhabituel chez BMW!) complètent le tableau d'une dévoreuse de départementales.

Pour autant, la M135i n'est pas qu'une super-GTI dopée aux anabolisants, martyrisant ses passagers pour gagner quelques centièmes de « g » en accélération latérale. Même dans ses modes « Sport » (accélérateur et boîte plus réactifs, amortissement raffermi) et « Sport+ » (idem, mais avec un ESP « relâché »), la filtration des inégalités de la route reste d'un très bon niveau. Ajoutez à cela un moteur qui sait se faire discret à vitesse constante et des sièges bien dessinés, et vous obtenez une compacte à hautes performances remarquablement polyvalente, aussi à l'aise en utilisation sportive qu'en balade paisible.

À retenir

Compacte mais confortable, musclée mais utilisable au quotidien, performante sans être gloutonne, la BMW M135i impressionne. Cette sportive aux multiples facettes possède un fort pouvoir de séduction que ne dément pas un tarif qui n'a finalement rien d'exagéré. À 47 200 € en boîte automatique, elle s'affiche en effet 8 000 € moins cher qu'une Audi RS3 Sportback.
points fortsPerformances, châssis agile, compacité, confort préservé, boîte automatique réussie, consommation contenue.
points faiblesHabitabilité arrière réduite, coffre moyen, détails de finition.
16.9

20
Les chiffres
Prix 2012 : 47 200 €
Puissance : 320 ch
0 à 100km/h : 4.9s
Conso mixte : 7.5l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 19/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 13/20
Tag :

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW M135i restylée
BMW M135i restylée

La BMW Série 1 s'offre un lifting et enrichit son équipement. L'occasion de...

BMW 118i (F20)
BMW 118i (F20)

BMW entend pérenniser le succès de la Série 1 avec une nouvelle génération...

BMW Série 1 M Coupé
BMW Série 1 M Coupé

Les sorciers de Motorsport auront tardé à s'occuper de la Série 1, mais le...

Tous les essais BMW
KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

MERCEDES AMG GT C Roadster
MERCEDES AMG GT C Roadster

AMG décline désormais son coupé GT en version découvrable. Mais attention :...

Tous les essais

Commentaires

avatar de s2000
s2000 a dit le 04-03-2013 à 14:33
Oui l'Américaine pour se balader avec son gros bloc c'est sympa un moment après : châssis mauvais , freins moyens, finition de 405, gabarit de camion, agilité inexistante , conso x2... en gros un look et un bloc moteur qui fait un bruit de bateau... mais je comprends que l'on aime et je respecte car on se fait plaisir sans rouler vite ce qui est très important sur route de nos jours... Une est faite pour "rider" le week end, l'autre tu peux la prendre tout le temps et faire ce que tu veux avec, est elle le ferra beaucoup mieux.
avatar de bautzen
bautzen a dit le 29-09-2012 à 07:44
Ouais , ça a de la gueule , mais à ce prix , on a 1 américaine avec V8 et d' autres sensations, yeah.