Acheter une PORSCHE BOXSTER 3.2i S

Stéphane Schlesinger le 08/04/2021

Flat-six central, trains roulants évolués, le 986 est une vraie Porsche, disponible à prix d'ami. Mais attention à choisir le bon exemplaire.

Partagez

réagir

Coup de maître

PORSCHE BOXSTER 3.2i S

L'idée d'un petit roadster fidèle à l'esprit de la marque mais accessible, donc susceptible de réaliser de forts volumes de vente, naît chez Porsche dans les années 1980. Elle engendre le prototype 984, fini en 1987 mais laissé sans suite. Seulement, le succès insolent de la Mazda MX-5 convainc Porsche de reprendre l'étude d'une découvrable accessible. Le projet 986 (qui deviendra Boxster, mélange de “boxer” – le type de moteur employé – et de “roadster”) est lancé aux alentours de 1991, dirigé par Hans-Jürgen Wöhler. Le directoire de Zuffenhausen pense aussi qu'il faut revoir les méthodes de production pour abaisser les coûts. Pour ce faire, il embauche des anciens de chez Toyota, qui, malgré l'ampleur de la tâche, réussissent à réduire le temps nécessaire à la fabrication d'une voiture de 120 à 72 h.

Le souci d'économie a aussi conduit à maximiser le nombre de pièces communes entre le futur Boxster et la 911 de type 996 développée simultanément. Dès 1993, un concept Boxster, dessiné par un Harm Lagaay inspiré par la 550 Spyder, est présenté. Il reçoit un accueil enthousiaste : on est sur la bonne voie ! Wöhler soigne les sensations de conduite ainsi que l'efficacité routière du Boxster. Celui-ci, dès sa sortie en 1996, remporte ainsi un succès immédiat, d'autant qu'il étrenne un 6-cylindres à plat refroidi par eau très réussi, quoique pas tout à fait assez puissant. Il se limite à 2,5 l et 204 ch, mais les sensations sont là ! le prix Porsche aussi : 283 500 F, soit 58 700 € actuels. Néanmoins, pour satisfaire la demande, le constructeur confie une partie de la fabrication des Boxster à Valmet, en Finlande. Fin 1999, le Boxster comble légèrement son déficit de puissance en passant à 2,7 l et 220 ch en version de base, alors qu'apparaît une évolution S nantie d'un 3,2 l de 252 ch. Là, ça commence à parler, d'autant que la boîte gagne un 6e rapport. Mais le prix s'envole : 334 222 F (66 500 € actuels), ce qui n'empêche pas la clim de rester en option…

À l'été 2002, le Boxster bénéficie d'une légère remise à niveau touchant à la finition (il reçoit une lunette arrière en verre) et à quelques détails esthétiques. Le 2,7 l passe à 228 ch et le 3,2 l à 260 ch. Juste avant de quitter la production, en 2003, le roadster Porsche se décline en une série limitée 550 Spyder en l'honneur du 50e anniversaire de la 550, produite à 1 953 unités et poussée à 266 ch. Il est remplacé en mars 2004 par le 987, qui en est une évolution profonde. Environ 160 000 Boxster 986 ont été fabriqués, dépassant même la 911 sur deux millésimes. Un beau succès.

Voir plus de photos

Au volant

Le Boxster 986 est de cette génération de sportives qui n'arborent pas un avant bêtement agressif. Fine et élégante, elle séduit toutefois moins dans l'habitacle. Les matériaux font vraiment cheap et ne vieillissent pas très bien. Mais tout est bien agencé, la place ne manque pas pour deux et la position de conduite convainc. Au démarrage, le flat-six émet un petit son bien sympa et, dès qu'on roule, on comprend que l'auto est fidèle. Docile en ville, elle s'épanouit sur route, avec sa direction très communicative, son châssis merveilleusement équilibré et sa suspension extrêmement bien amortie. Mais le moteur, s'il monte allègrement dans les tours, manque de punch, c'est indéniable. Heureusement, il est secondé par une excellente boîte manuelle qui permet d'en tirer le meilleur parti. En mode flânerie, la 986 2,5 l ne manque donc pas d'agrément, et vu le contexte répressif actuel, elle est très pertinente.

Avenir

Le passé du Boxster est assez chargé en matière de fiabilité. Roulement d'arbre intermédiaire, pépins électriques, fuites d'huile… Les exemplaires dotés d'un historique complet sont à privilégier. La cote ? Si l'on considère des autos ne nécessitant aucuns frais, elle débute à 10 000 € pour un 2,5 l Tiptronic dépassant 150 000 km et culmine à 20 000 € pour un S totalisant moins de 100 000 km. Entre les deux, un 2,7 l manuel impeccable de moins de 100 000 km atteint 15 000 €, et un 2,5 l en état similaire 13 000 €. Les versions restylées sont plus chers de 3 000 € environ. Ce sont des prix moyens, susceptibles de varier en fonction des – nombreuses – options. Quant au Spyder, il réclame environ 5 000 € de plus qu'un S 3,2 l phase II. Ces valeurs ont légèrement crû depuis 5 ans, une tendance qui devrait se poursuivre.

Evolution

Octobre 1996 : Mise en production du Boxster 986.
Automne 1999 : Le 2,7 l de 220 ch remplace le 2,5 l alors qu'apparaît le S (3,4 l et 252 ch).
Eté 2002 : Lancement du Boxster phase II : moteurs boostés à 228 et 260 ch, lunette arrière désormais en verre.
Fin 2003 : Série limitée 550 Spyder ou “50 ans du 550 Spyder”, 1953 exemplaires, 266 ch. 80 exemplaires ont été réservés pour le marché français.
Eté 2004 : Fin de production.

3 points clés

- Le moins cher des Boxster
- Quelques pépins de fiabilité
- Cote en hausse

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat PORSCHE

PORSCHE BOXSTER SPYDER 3.8
PORSCHE BOXSTER SPYDER 3.8
PORSCHE BOXSTER (987) SPYDER 3.4i S
PORSCHE BOXSTER (987) SPYDER 3.4i S
PORSCHE Boxster (1996 - 2004)
PORSCHE Boxster (1996 - 2004)
Tous les guides d'achat PORSCHE

Avis des propriétaires

Commentaires