< retour

Acheter une PEUGEOT 504 CC (1969 - 1983)

Stéphane Schlesinger le 19/10/2018

Le clou du Mondial de l'automobile de Paris 2018 était certainement le superbe concept Peugeot e-Legend. Il s'inspire délibérément d'une des plus belles françaises des années 70, la 504 Coupé (également déclinée en cabriolet), dont la ligne est signée Pininfarina, qui en assure aussi la fabrication.

Valeur à suivre

PEUGEOT 504 CC (1969 - 1983)

Le clou du Mondial de l'automobile de Paris 2018 était certainement le superbe concept Peugeot e-Legend. Il s'inspire délibérément d'une des plus belles françaises des années 70, la 504 Coupé (également déclinée en cabriolet), dont la ligne est signée Pininfarina, qui en assure aussi la fabrication.

La berline 504, présentée en 1968, fait l'unanimité par ses qualités routières de très haut niveau, assurées notamment par une suspension arrière indépendante extrêmement bien mise au point. À l'instar de toutes les Peugeot d'après-guerre, elle est rapidement habillée en coupé et en cabriolet, deux versions présentées en 1969. Contrairement aux déclinaisons équivalentes de la 404, elles se distinguent totalement des berlines par leur ligne. Si on retrouve les flancs en dièdre ainsi que les bas de caisse striés typiques du carrossier italien, elles arborent 4 projecteurs originaux ainsi que 6 feux arrière obliques qui ne le sont pas moins. Pour sa part, le coupé se signale par ses montants arrière ciselés, jouxtant une lunette légèrement en retrait.

Sous le capot, c'est malheureusement la banalité qui domine : les 504 Coupé et Cabriolet retiennent, sans le changer d'un iota, le terne bloc 1,8 l à injection de la berline, développant la puissance féroce de... 97 ch DIN. Les observateurs s'attendaient à tout autre chose vu le surcroît de prix exigé par le coupé : 24 000 F, soit 27 500 € actuels, quand une 504 Injection s'en tient à 15 258 F. Curieusement, le cabriolet est moins onéreux, à 23 000 F. À titre indicatif, une BMW 2002 ti coûte alors 21 000 F et une Alfa Romeo 1750 GT Veloce 21 980 F. Deux rivales bien plus puissantes et performantes que la française. Seulement, celle-ci leur en remontre non seulement par son confort - on s'en serait douté - mais aussi par son comportement routier. Belle, raffinée, bien finie et très robuste, la 504 Coupé/Cabriolet voit cependant ses ventes stagner.

Dès 1970, elle reçoit un 2,0 l un peu plus puissant (100 ch), mais toujours insuffisant vu le prix, et il faut attendre fin 1974 pour qu'elle accueille un bloc au pedigree adéquat : le V6 PRV (2,7 l pour 136 ch), qu'elle inaugure chez Peugeot. Le constructeur est si confiant en ce moteur qu'il supprime le 2,0 l. Un choix loufoque car la crise pétrolière de 1973 a fait exploser le prix de l'essence. Or le PRV se montre très glouton ! Simultanément, les coupé et cabriolet subissent un restylage léger : projecteurs à glace unique et grands feux rectangulaires à l'arrière en remplacement des 6 cabochons. Face à la mévente du V6, fin 1977, Peugeot les dote d'une injection (144 ch) qui profite à la fois aux chronos (189 km/h au maxi) et à l'économie de carburant et, surtout, réintroduit le 4-cylindres (poussé à 106 ch). La boîte adopte également un 5e rapport, raffinement auquel les berlines n'auront jamais droit. En outre, le cabriolet V6 est abandonné, faute d'une demande suffisante

En 1979, les fins pare-chocs chromés sont remplacés par de gros boucliers, très laids si on n'opte pas pour la peinture métallisée. Car dans ce cas, ils seront noirs au lieu de reprendre la teinte de la carrosserie...

En 1981, dernière évolution : le combiné d'instruments s'agrandit et se complète, puis 1983 voit l'arrêt de la production du coupé et du cabriolet.

Malgré les évolutions, ces 504 n'ont jamais rencontré leur public : 22 375 coupés et 8 188 cabriolets ont été produits. Les V6 sont les plus rares, fabriqués respectivement à 5 629 et 977 unités. Décimés par la rouille, plus encore que les berlines, ils sont devenus très difficiles à trouver en bon état de carrosserie, la mécanique étant presque indestructible. Toujours aussi beaux, très agréables à conduire, doux et fiables, ils s'intègrent idéalement dans la circulation actuelle et voient leur cote flamber. Leur cinquantenaire et le coup de projecteur produit par l'e-Legend ne peuvent qu'accroître leur prise de valeur, d'autant que les 404 et surtout 403 équivalentes sont devenues inabordables.

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

PEUGEOT 504 Cabriolet
PEUGEOT 504 Cabriolet

Fidèle à sa politique de déclinaison de gamme, Peugeot ne tarde pas à dévoile...

PEUGEOT 404 Cabriolet
PEUGEOT 404 Cabriolet

Si la berline 404 ne laissait pas transparaître son origine italienne, le...

PEUGEOT 203
PEUGEOT 203

Symbole roulant des années 50, la 203 a apporté sa contribution à la...

Tous les guides d'achat PEUGEOT
ASTON MARTIN DB9 (2003 - 2016)
ASTON MARTIN DB9 (2003 - 2016)

Logiquement, la remplaçante de la DB7 aurait dû s'appeler DB8. Mais la...

BMW M5 E34 (1988-1996)
BMW M5 E34 (1988-1996)

Lancée fin 1987, la BMW E34 est la première Série 5 entièrement nouvelle...

CITROEN CX GTI/Prestige Turbo (1984 - 1989)
CITROEN CX GTI/Prestige Turbo (1984 - 1989)

Nul n'est prophète en son pays. La Citroën CX en est une excellente...

Tous les guides d'achat

Commentaires