Acheter une JAGUAR S-Type R (2001 - 2007)

Stéphane Schlesinger le 08/02/2022

Ne vous fiez pas à son allure vieillotte, la S-Type est une auto très moderne. Et diablement performante une fois déclinée en R.

Partagez

réagir

Boudoir de sport

JAGUAR S-Type R (2001 - 2007)

Le néo-rétro était à la mode dans les années 90. On pense au succès de la Mazda MX-5, mais aussi, outre-Atlantique, de la VW New Beetle. Or, c'est à Dearborn, chez Ford, que se décide l'avenir de Jaguar qu'il possède depuis 1989. L'Américain, synergies oblige, conçoit une plate-forme qu'il destine à plusieurs modèles, dont la Lincoln LS, la Thunderbird et la future berline britannique, codée X200. Ces deux dernières vont recourir au rétro-design, celui de l'anglaise étant dû à l'auteur de la XK8, Geoff Lawson. Elle se dénommera S-Type, un choix assez curieux. En effet, quitte à faire référence à un modèle du passé, pourquoi ne pas prendre pour inspiratrice la MkII, à l'aura autrement magique ? Sans oublier son esthétique bien moins bouffie. Un écueil auquel n'échappe pas la S-Type deuxième du nom, lancée fin 1998. Elle est sévèrement comparée à une autre anglaise au références classiques apparue en même temps, la Rover 75. Pire, celle-ci profite d'un tableau de bord autrement plus réussi que celui de la Jaguar, dessiné dans un style trop américanisant. Pourtant, la S-Type, rigoureusement conçue et bien fabriquée, est appréciée des observateurs et apporte à son constructeur un joli nombre de ventes, s'aventurant sur le marché juteux des BMW Série 5 et autre Mercedes Classe E. Dès décembre 2001, elle bénéficie néanmoins d'un restylage lui apportant un nouveau tableau de bord inspiré de celui de la XJ. Très typé Jaguar, il s'accompagne d'une version R, une sportive dont le V8 4,2 l gavé par un compresseur Eaton développe quelque 406 ch. Mais loin de toute radicalité, la S Type R conserve la douceur qui sied à son blason, ainsi que l'a voulu l'ingénieur en chef de Coventry, Mike Cross. A 70 350 € (88 000 € actuels), elle est 12 500 € moins chère qu'une BMW M5 mais 6 ch plus puissante. De surcroît, elle a droit à une excellente boîte 6 automatique ZF et des trains roulants affûtés, dotés d'un amortissement piloté CATS, sans oublier un ESP, dont se passe sa rivale allemande. Mais son poids élevé (1 810 kg) l'empêche de jouer la gagne. En avril 2004, elle bénéficie, comme les autres S-Type d'une mise à jour importante (poupe et feux arrière redessinés, capot en aluminium, équipement enrichi) puis tire sa révérence en 2007, remplacée par la XF. Sur les 295 000 S-Type produites, 8 043 sont des R. Essai transformé.

Voir plus de photos

Au volant

Le constructeur le renie, mais le cockpit traditionnel Jaguar faisant la part belle au bois et au cuir exhale un charme qui ne se tarit pas, même si le design des cadrans reste très banal. Cela dit, on apprécie mais la présence d'un GPS tactile : la modernité est bien là ! Le siège est confortable, la position de conduite très bonne, contact. La douceur prédomine initialement, de la direction à la boîte en passant par la suspension. Mais si on le sollicite, le V8 à compresseur gronde et miaule en même temps. Ça donne toujours le sourire. Surtout, il prodigue des performances remarquables, alors que la boîte ZF se montre déjà rapide, même si on fait mieux actuellement. Le châssis ? Sain et équilibré, il rassure, mais évidemment, manque un peu de précision et d'agilité, surtout quand on a 400 ch sous le pied. Cela dit, la direction à assistance hydraulique communique mieux que bien des systèmes électriques modernes ! En somme une voiture extrêmement agréable et homogène, souffrant surtout d'une consommation élevée et d'une habitabilité limitée.

Avenir

Mécaniquement, la S-Type R est très fiable, à condition d'avoir été bien entretenue (c'est cher). Eclipsée par la concurrence germanique, et boudée par les puristes de la marque à cause de ses gènes américains, la Jaguar reste dans l'ombre. Aussi, malgré sa rareté, elle est très peu chère : dès 8 500 € pour un bel exemplaire, certes affichant un kilométrage flirtant avec les 200 000, ce qui n'est pas un problème si l'auto a été soignée. Les plus onéreuses se situent vers les 15 000 km, avec 100 000 km au compteur. Des valeurs stables.

Evolution

1998 : Lancement de la S-Type en septembre
2001 : Restylage en décembre (nouveau tableau), et apparition de la version R à compresseur.
2004 : Série d'améliorations : arrière redessiné, capot en aluminium
2007 : fin de production

3 points clés

- Look vintage mais mécanique moderne
- Hautes performances
- Cote stable

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat JAGUAR

JAGUAR S-Type R
JAGUAR S-Type R
JAGUAR F-Type
JAGUAR F-Type
JAGUAR XJC (1975 - 1977)
JAGUAR XJC (1975 - 1977)
Tous les guides d'achat JAGUAR

Avis des propriétaires

Commentaires