Acheter une FIAT Dino 2400 Coupé

Stéphane Schlesinger le 28/04/2021

Si son blason demeure roturier, la Fiat Dino Coupé est un authentique pur-sang habillé par un des plus grands : Bertone. Dans sa version 2400, c'est une auto formidablement aboutie.

Partagez

réagir

Plaisirs d'initiés

FIAT Dino 2400 Coupé

Depuis sa création en 1947, Ferrari ne vit que pour la compétition. Ses modèles de route servent à financer ses activités en piste, toujours plus onéreuses vu les rapides progrès technologiques. En 1966, pour être homologuée en Formule 2, une voiture devait recevoir un moteur produit à au moins 500 unités. Pour un constructeur artisanal comme Ferrari, c'est un obstacle infranchissable. Pire, c'est une frustration, car pour cette catégorie, il dispose alors d'un magnifique V6 ouvert à 65° et doté de 4 arbres à cames en tête. Un bloc qui porte le nom du fils d'Enzo Ferrari, Dino. Pourquoi ? Parce qu'il a été impliqué dans sa conception, avec Vittorio Jano, avant de décéder, à l'âge de 24 ans, en 1956, des suites de sa cardiomyopathie.

Toujours est-il qu'en 1964, les discussions que Ferrari a entamées avec Fiat débouchent sur un accord. Le géant italien doit concevoir une voiture qui recevra le beau V6 et se vendra en nombre suffisant pour permettre l'homologation d'une F2 dotée de cette mécanique. Seulement, cette dernière ne convient absolument pas à un usage routier, aussi est-il nécessaire de la retravailler profondément. Ce sera le travail d'Aurelio Lampredi. Les équipes de Dante Giacosa, ingénieur en chef de Fiat, travaillent vite et bien, sans toutefois avoir le temps de développer des solutions modernes. Ainsi, l'auto reçoit des liaisons au sol aussi banales qu'est moderne le moteur. À l'avant une suspension à doubles quadrilatères est retenue, et à l'arrière un essieu rigide suspendu par des lames, mais rigoureusement guidé et doté de 4 amortisseurs. En 1966, la Fiat Dino Spider, magnifiquement carrossée par Pininfarina, est présentée, suivie en mars 1967 du coupé, signé quant à lui Bertone et dessiné par Giugiaro, qui en était le directeur du style.


Ces autos sont appréciées pour le moteur fabuleux, ce 2,0 l tout alliage développant 160 ch, soit une puissance spécifique exceptionnelle à l'époque. Malheureusement, la suspension est vivement critiquée, même si la tenue de route n'est pas remise en cause, ni le freinage, assuré par 4 disques. Seul ennui, l'auto est chère : en 1969, le coupé revient à 41 400 F, soit environ 47 000 € actuels. Néanmoins, l'auto se vend correctement : 3 645 unités jusqu'à fin 1969. Là, elle bénéficie d'une belle remise à niveau. Le bloc moteur passe à la fonte pour une meilleure endurance, la cylindrée augmente à 2,4 l, la puissance à 180 ch, le tableau de bord est redessiné tandis que, à l'arrière, la très belle suspension indépendante de la berline 130, lancée en mars, est adoptée. Ainsi modernisée, la Dino poursuit son honorable carrière jusqu'en 1972, 2 398 coupés 2400 étant produits.

Voir plus de photos

Au volant de la Fiat Dino

La Dino Coupé accueille dignement quatre passagers, mais son volant très horizontal entraîne une position de conduite particulière. A la mise en route, le son du moteur est un régal. Souple, le V6 connaît un 2ème réveil à 4 000 tr/mn : il se met à pousser bien plus fort, en produisant une mélodie extraordinaire. Un vrai bloc Ferrari ! Il est secondé par une boîte ZF ferme à froid mais douce une fois à température. Seulement, elle tire très court, de sorte que sur autoroute, le moteur a tendance à « mouliner ». Conséquence, c'est sur les nationales sinueuses que la Dino est la plus plaisante : lourde en ville, sa direction devient acceptable, la tenue de route est très rassurante, alors que la suspension prodigue un confort étonnant. Et la consommation n'excède pas 14 l/100 km en moyenne. Une auto très aboutie.

Avenir

La Dino 2400 est moins délicate mécaniquement que la 2000, mais demande un entretien très méticuleux pour rester fiable mécaniquement. Et celui-ci coûte aussi cher que sur une Ferrari contemporaine ! Ensuite, la tôlerie est très sensible à la corrosion, le faisceau électrique se révèle fragile… Une auto à acheter en connaissance de cause. La cote ? Elle va donner le vertige à certains. Elle a flambé une première fois à la fin des années 1980 : jusqu'à 300 000 F (71 000 € actuels) pour les Spider. Puis la bulle spéculative touchant alors les anciennes a éclaté en quelques semaines, et la valeur s'est effondrée. Jusqu'à la fin les années 2000, on trouvait de beaux coupés 2400 à 15 000 €, et des Spider à 25 000 €. Depuis, ces valeurs ont fortement grimpé. Même si elles varient énormément selon la version et surtout l'état, comptez 55 000 € pour un coupé 2000 et 65 000 € pour une 2400, en moyenne. Les Spider sont beaucoup plus chers : 105 000 € en 2000, et 150 000 € pour un 2400. Des chiffres stables.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat FIAT

FIAT Dino coupés et cabriolets
FIAT Dino coupés et cabriolets
FIAT RITMO ABARTH 130 TC
FIAT RITMO ABARTH 130 TC
FIAT Coupé Turbo 20v (1996 - 2000)
FIAT Coupé Turbo 20v (1996 - 2000)
Tous les guides d'achat FIAT

Avis des propriétaires

Commentaires