Acheter une FERRARI F355 (1994 - 1999)

Stéphane Schlesinger le 08/02/2022

La F355 corrige tous les défauts de la 348, devenant une des berlinettes Ferrari les plus recherchées. Mais sa maintenance est délicate.

Partagez

réagir

Magnifique remise à niveau

FERRARI F355 (1994 - 1999)

Si la F355 ressemble à la 348, elle en diffère profondément. Tout a été revu ! À commencer par le moteur. Le V8 gagne 90 cm3 (3,5 l désormais), des culasses à 5 soupapes par cylindre ainsi que des bielles en titane, et développe 380 ch, soit tout de même une hausse de 60 ch face au 3,4 l de la 348 GTB. Pour sa part, la boîte profite d'un 6e rapport, la direction d'une assistance et la suspension d'un amortissement piloté. Mais ce n'est pas tout : l'aérodynamique a fait l'objet d'un soin particulier, la 355 adoptant un fond plat équilibrant la déportance entre les essieux, au bénéfice de la stabilité à haute vitesse. Un point important sur une auto capable de 295 km/h ! Par ailleurs, Luca di Montezemolo, patron de Ferrari depuis 1991, a tapé du poing sur la table pour qu'on améliore la qualité de ses modèles. Et la 355 est celle par laquelle cette progression a commencée.

Elle est en tout cas très bien accueillie lors de sa sortie en 1994 à Genève, ne serait-ce que pour son esthétique : elle se débarrasse de ces stries si critiquées sur la 348. Facturée 735 000 € (soit 156 500 € actuels), la 355 connaît un succès immédiat. Elle méritée car elle parvient à être plus performante que sa devancière, nettement plus efficace mais aussi plus facile à conduire à la limite. Sa direction et son amortissement ôtent quelques remontées d'informations, mais rien de rédhibitoire. D'abord présentée en coupé et en targa , elle se décline en Spider dès 1995 puis gagne une option boîte robotisée F1 en 1997 (assez lente). Elle n'évolue ensuite que dans le détail et tire sa révérence en 1999, remplacée par la 360 Modena. Les cent derniers Spider se dénomment Fiorano et bénéficient de l'option Fiorano Handling Package. Ils se distinguent par profitent donc d'une direction plus directe, de nouvelles lois d'amortissement, d'une suspension affermie, de freins optimisés et de barres antiroulis plus épaisses, à quoi ils ajoutent des voies élargies. Destinées aux USA, les Fiorano n'existeraient qu'à trois unités en Europe : purs collectors ! Au total, les 355 ont été fabriquées à 11 373 unités, dont environ 45 % de coupés, 36 % de GTS et 19 % de Spider, la boîte manuelle représentant 75 % des ventes.

Combien ça coûte ?

On a longtemps cru que la cote de la 355 allait s'envoler, mais le chiffre élevé de la production l'en empêche. Le gros du marché évolue, quelles que soient la carrosserie et la boîte, entre 60 et 70 000 €, pour des kilométrages supérieurs à 50 000. En dessous, les prix grimpent, parfois déraisonnablement. En revanche, payer plus cher pour un très rare exemplaire doté du Fiorano Handling Package fait sens… mais comptez tout de même plus de 120 000 €.

Quelle version choisir ?

C'est d'abord une affaire de goût mais aussi une question de portefeuille, même si la boîte robotisée connaît des soucis de fiabilité. Globalement, malgré sa qualité en hausse, la 355 coûte plus cher à l'entretien qu'une 348 car elle est plus complexe. Si la mécanique est robuste, les collecteurs se fêlent, l'électronique pose pas mal de soucis, alors que la peinture craque à la jonction montant arrière/aile. La boîte robotisée connaît aussi des soucis de fiabilité.

Partagez

réagir

Derniers guides d'achat FERRARI

FERRARI California (2008 - 2014)
FERRARI California (2008 - 2014)
FERRARI 308 GTB/GTS (1975 - 1985)
FERRARI 308 GTB/GTS (1975 - 1985)
FERRARI 550 / 575M Maranello (1996 - 2005)
FERRARI 550 / 575M Maranello (1996 - 2005)
Tous les guides d'achat FERRARI

Avis des propriétaires

Commentaires